samedi 30 août 2014

Sortir de l'hibernation.

Un jour, il y a longtemps maintenant, mon frère m'a dit un truc du genre : " Ce serait bien si on pouvait hiberner. Genre on prendrait plein de livres, on s'instruirait, et trois ans plus tard, on sortirait de notre grotte en disant "Bonjour le monde" et en ayant appris toutes les choses de la vie ". Cette phrase m'avait beaucoup amusée, et je sais que j'ai eu l'occasion de la ressortir quelques fois sur le ton de l'humour. D'abord parce que je la trouvais très drôle, et ensuite, parce qu'elle me faisait bien envie. J'avais, et j'ai encore, parfois ce besoin de me couper de tout et de tout le monde. De partir à l'autre bout du monde, lire, ne rien faire. Disparaître comme par enchantement. Ne pas me soucier ni de ce que je suis, ni des comptes que je dois rendre, ni des responsabilités que je dois prendre. Faire l'autruche en somme. 

Toujours est-il que pendant mes vacances, à la lecture d'un énième livre de psychologie*, je me suis rendue compte qu’inconsciemment, depuis 5 ans, je m'étais mise en mode hibernation. Cette hibernation même dont mon frère me parlait sur le ton de l'humour. Je me suis réfugiée dans un monde que peu de gens connaissaient autour de moi, et que certaines appréhendaient : les livres de développement personnel. 

Ça a commencé avec "Le Secret" de Rhonda Byrne. Cette année là j'avais une blessure amoureuse à panser. Je me suis plongée dans cette lecture en vacances, avec ma meilleure amie. Je n'attendais pas grand chose de ce livre, d'ailleurs c'était une amie qui me l'avait recommandée et je ne savais pas trop où je mettais les pieds. Et puis, j'ai eu cette sensation de détenir le pouvoir. La connaissance. C'était donc de là que venaient tous mes maux. Tout s'éclairait. D'un livre, je suis passée à deux. Puis 3. Pour finir à en lire presque 1 par mois. Toujours à la recherche de ce qui clochait chez moi. J'avais envie d'apprendre, encore et encore. Pourquoi les gens réagissent comme ci, pourquoi je pleure comme ça, pourquoi j'ai mal, comment être heureuse, comment me délivrer de mes démons, de ceux des autres. Sans m'en rendre compte, je nourrissais le pire masque que je porte aujourd'hui* : celui du contrôlant. Une énième fois, et de façon complètement inconsciente en plus, j'avais trouvé un domaine pour contrôler ma vie. 

Avant les vacances, alors que je commençais justement ce livre de Lise Bourbeau* (qui m'a d'ailleurs appris bien plus que plein d'autres livres), j'envoyais une photo d'un petit paragraphe à ma mère. Une sorte de petit mot que je trouvais touchant, pour lui dire merci d'être ce qu'elle est et de la façon dont elle m'avait éduquée. Mais sa réaction ne fut pas celle que j'attendais puisqu'elle me dit : "Tu ne crois pas que de lire tous ces livres soit mauvais pour toi ? Est-ce bien nécessaire de t'analyser comme ça tout le temps ? ". Énervée, je me suis demandée en quoi essayer de comprendre comment l'humain (je) fonctionne pouvait m'énerver. J'étais piquée au vif. 

Seulement, peu de temps après, j'ai reçu une deuxième remarque du même genre. De quelqu'un qui m'est tout aussi proche, celui qui partage ma vie (et ce, sans se téléphoner avec ma mère). Ayant lu pas mal de livres sur les relations et les conflits, je sais bien qu'à partir du moment ou 2/3 personnes différentes vont à l'encontre de ce que toi tu penses, c'est peut être que le problème, c'est toi. Que ce n'est pas le monde entier qui est contre toi, mais toi qui vas à l'encontre le monde entier. Je suis toujours un peu dure avec moi même, c'est vrai, mais un autre livre me disait, que si justement tu te sens blessé, c'est que tu sais qu'il y a une part de vérité dans ce que l'autre avance. C'est d'ailleurs souvent ce satané égo  qui pense te défendre, et qui ne fait que nourrir encore un peu plus tes blessures (cela dit entre nous, notre égo, ne nous aide pas beaucoup). D'où cette petite expression sarcastique (mais très vraie malheureusement) : il n'y a que la vérité qui blesse.

Alors je me suis analysée. Pour la millième fois depuis Le Secret. Je me suis demandée ; depuis 5 ans combien de livres ai-je lu au final ? 10 ? 20 ? 30 ? Plus ? ... Combien en ai-je en ma possession ? 5 ? 10 ? 15 ? Et en repensant à cette année du Secret, aujourd'hui est-ce que je me sens vraiment mieux ? Est ce que de lire tout ça a réellement changé ma vie ? Puis-je affirmer que je n'ai plus du tout de problèmes ou que j'en ai résolu quelques uns ? C'est là, que la phrase de mon frère m'est revenue. J'ai souris un peu tristement. Depuis 5 ans, je me suis juste mise en hibernation avec mes livres. J'ai cherché à savoir, savoir, savoir. Comprendre, comprendre, comprendre. Remuer le passé, me projeter dans le futur. Et je suis passé à côté de l'essentiel. Mon ego a complètement occulté la base de tous ces livres : aimes-toi.

En y réfléchissant mieux, mis à part lire, ces 5 dernières années, qu'ai-je mis en pratique pour m'aimer ? J'ai potassé de la théorie, pensant y trouver une espèce de théorème étant la solution géniale à tous mes soucis, mais qu'ai-je fait moi, concrètement, pour m'aimer ? Je me suis un peu jetée dans la consommation oui, pensant que tel ou tel vêtement, ou tel ou tel produit de beauté me permettrait de me sentir mieux dans ma peau. J'ai mis le doigts sur tooooutes les choses physiques qui n'allaient pas chez moi, cause peut être de mes mauvais ressentis. J'ai fais attention au regard et aux remarques des autres, me disant qu'ils avaient peut être raison, me remettant encore plus en question. J'ai lu encore quand je ne trouvais pas que la solution essayée était parfaite à mon goût. Mais finalement, je comprends aujourd'hui que j'étais juste à côté de la plaque. Mon poids, mon acné, mes complexes, tout ça, ce n'étaient qu'une sonnette d'alarme de mon corps pour me dire que je me gourais. Que j'occultais. Me formant une sorte de carapace. Et moi, mon corps, je ne l'ai pas écouté. 

Sur ce constat, septembre étant le mois des grandes promesses et des bonnes résolutions, j'ai passé 2 pactes avec moi même. Le premier, c'était d'apprendre à connaître/écouter mon corps et de devenir sa meilleure amie. D'ailleurs, de devenir meilleure amie avec moi même. Dans le but, de m'aimer. De m'accepter. D'accepter que je ne suis pas un être parfait de lumière, et que je peux donc laisser tomber mon masque de contrôlant qui me pourrit la vie. Je peux, je dois, enfin être moi. Je n'ai plus besoin de me protéger. Le deuxième, c'est d'arrêter mes lectures de développement personnel (et du coup, lire plus de romans). Je ne vais pas te dire que j'en sais trop, on est toujours en apprentissage, mais je pense qu'à ce stade de ma vie, et en 5 ans de temps, j'en sais assez pour avancer. J'ai toutes les clés en mains. Il est temps de sortir de mon hibernation, temps de sortir la tête de mes livres et de vivre les théories. Parce qu'au final, quand on passe à la pratique, on apprend à vivre le moment présent. Et quand on vit le moment présent, je veux dire, quand on le vit réellement, sans se soucier des maux du passé, et de l'avenir incertain, paraîtrait-il, qu'on vit plus heureux et ... Plus zen ! Ce qu'il faut conclure de toutes ces lectures, c'est que pour être heureux, c'est pas si compliqué. Il faut avant tout s'aimer. A partir de là, le reste, le lâcher prise, tout ça, ça viendra tout seul.



♥ ♥ ♥

*Référence au livre " Les 5 blessures qui empêchent d'être soi même" de Lise Bourbeau

Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 12 août 2014

Braun ♥ 2 brosses électriques visage au banc d'essai

Comme tu le sais déjà, au début de l'été j'ai reçu plein de jolies choses de la part de P&G. Parmi elle un kit Silk Epil avec une brosse électrique pour le visage. Non seulement j'étais ravie de l'épilateur (tu trouveras ma revue ici) mais j'ai littéralement sauté sur la brosse visage. J'avoue que c'est d'abord elle qui m'a ravie avant même le Silk Epil. Et pour cause. Cela faisait des mois que je lorgnais sur les brosses électriques en général mais je n'osais jamais sauter le pas. D'abord parce que cela a un coût (on pense toutes à l'impayable Clarisonic) mais en plus les avis étaient plutôt mitigés : une merveille pour certaine, une catastrophe pour d'autres. Etant face à ce 50 / 50 jusqu'ici je préférais m'abstenir.

Test et revue de Braun Face Brush

Aussi, quand j'ai vu dans mon kit Braun une brosse électrique visage je me suis dit qu'enfin je pouvais la tester et jouer le cobaye pour toi. Quoi qu'il en soit, je pense que j'aurai étudié la question dès sa sortie en magasin puisque celle ci, seule, ne coûte qu'une 60aine d'euros (autrement dit, la moitié du prix de certaines de ses copines). J'ai donc commencé au mois de juillet à utiliser la première brosse électrique de Braun, la Sonic Face Brush, avec sa forme de "coude".

Avant de commencer d'utiliser cette brosse électrique, je me suis bien sûre renseignée sur son utilisation et j'ai fais le tour de quelques revues sur le net. Ne voulant pas faire partie des 50% de catastrophe, j'ai décidé d'utiliser ma brosse avec parcimonie. J'ai commencé par une fois par semaine (selon l'expérience de certaines). Après 2 semaines, j'ai augmenté la cadence et je suis passée à 2 fois par semaine. Mais pas plus. Parallèlement à son utilisation, j'ai complètement arrêté les masques d'argiles, les masques détox et les gommages. J'insiste donc, cette brosse électrique (et toutes les brosses électriques d'ailleurs) nettoie en profondeur, pas besoin d'en abuser ! On ne l'utilise pas deux fois par jour ! On commence doucement et en fonction de sa peau, on augmente la fréquence petit à petit.

Concernant cette première brosse donc, j'ai accroché de suite. Je l'ai trouvé très facile d'utilisation et après son passage je vois de suite que ma peau est plus "claire" (pas en terme de couleur, mais en terme de netteté). Avec la brosse, ma peau est douce, et vraiment bien nettoyée. Comme je te disais, durant tous le mois de juillet j'ai utilisé cette brosse, je n'ai ni ajouté de masque, ni ajouté de gommage. Par contre, une fois par semaine j'enlève les points noirs de mon nez avec un "strip" (parce que je trouve que le nez et l'arrête du nez sont des zones difficiles à avoir avec la brosse). Quand j'ai été chez la dermato, elle m'a d'ailleurs dit que je n'avais pas de points noirs. Premier essai gagnant !


Pour utiliser cette brosse, il faut vraiment bien écouter sa peau. Si tu sens que tu ne la supportes pas (c'est possible) mieux vaut arrêter de suite ou diminuer son usage. Par exemple, comme je te le disais dans mon dernier volet de mon histoire d'acné, j'ai fait une poussée de boutons (dû au stress, au manque de sommeil et à mes règles). Du coup, j'ai de suite arrêter la brosse. Pas parce qu'elle ne me convenait pas, mais parce que je sentais que ma peau était en train de livrer bataille et que je devais la laisser tranquille. Cette brosse possède d'ailleurs deux vitesses et durant mon mois d'essai, je n'ai utilisé que la plus lente.

Bon et la deuxième brosse alors ? 

J'y arrive, j'y arrive !

La semaine dernière donc, j'ai reçu une deuxième brosse, la Braun Face Cleansing Brush de la part de P&G. La différence c'est que cette deuxième brosse est commercialisée avec une tête interchangeable pour s'épiler le visage. Tandis que l'autre n'est vendue qu'avec le kit Silk Epil complet (si je ne m'abuse). Ensuite, j'ai noté une différence au niveau de la vibration : l'une tourne, l'autre vibre. Enfin, le manche est différent. Par contre, l'une comme l'autre peuvent s'utiliser sous la douche.

Mini epilator + Cleansing Brush


Qu'est ce que j'en pense du coup ?

Comme j'étais impatiente, à la réception du colis, je l'ai d'abord testée à sec sur le dos de ma main (avant le visage donc) et à priori, j'ai trouvé le deuxième format "micro" plus doux que le premier. Ensuite, je l'ai testée ce week end sur mon visage et dans un premier temps j'ai eu plus de difficulté qu'avec la première, car le gel nettoyant mousse beaucoup moins qu'avec la brosse "coude" (en même temps, j'ai changé de gel nettoyant j'utilise maintenant un Now Food de chez iHerb) : cela est dû aux vibrations. J'ai décidé de ne pas m'avouer vaincue après mon test non "mousseux" sur le visage et j'ai fait plusieurs test avec plusieurs gels différents (sur ma main toujours sinon je n'allais plus avoir de peau, tu comprends, parcimonie on a dit). En fait, le problème réside dans le gel qui, seul, mousse peu mais aussi dans la technologie de la brosse : elle vibre et ne tourne pas. Par contre, avec ma mousse visage Nuxe, aucun soucis, c'est très agréable (mais de nouveau, j'ai remarqué que même la mousse Nuxe mousse moins avec la brosse "micro" qu'avec la brosse "coude"). Je dois donc peut être prévoir un nettoyant spécial pour la brosse. Quoi qu'il en soit, selon ce que j'ai lu, il est mieux d'avoir une brosse vibrante que rotative car la brosse qui tourne va plus abîmer la peau sur le long terme (car elle tourne la peau). Même si en pratique, je trouve la sensation de la brosse rotative bien plus agréable !

Epilateur + brosse électrique


En ce qui concerne l'épilateur visage, je ne suis pas vraiment cliente, simplement parce que, comme je te l'ai déjà dit, j'ai une pilosité très faible. Je ne m'épile donc que les sourcils et pour les sourcils je ne l'ai pas trouvé très pratique. Dans le mode d'emploi ils précisent d'ailleurs de faire très très attention aux cils quand on s'épile les sourcils. La zone cils/ sourcils étant très courte, j'ai trouvé ça un peu dangereux. Je pense d'ailleurs qu'elle est plus conçue pour les parties "duvet" du visage. Par contre le miroir est une vraie petite tuerie (on voit bien tous les détails du visage) et j'apprécie que ce kit soit vendu avec une petite trousse.



En résumé, je suis très contente de ces 2 brosses électriques. Elles offrent un nettoyage de la peau en profondeur et une peau clairement plus nette. Je fais partie des 50% des heureuses satisfaites. Par contre, je ne l'utilise pas depuis assez longtemps pour un feed back sur le "très long terme" mais je continuerai de te tenir au courant via mon histoire d'acné. En tous cas, ce qui est sûre, c'est que je n'ai quasi pas de points noirs, foi de dermato (est-ce grâce à ma routine ou aux brosses ?)

Avant de finir je voulais encore insister sur quelques points qui me paraissent essentiel au bon usage d'une brosse électrique :
  • on y va en douceur et on commence par une fois par semaine a raison de max 1 min par usage
  • de mon avis, ce genre de brosse n'est pas pour un usage quotidien (surtout si on a une peau à problèmes type acné, rosacée, couperose ou trop sensible )
  • le gel à utiliser à son importance, personnellement, je conseille une mousse ou un gel qui mousse beaucoup et ne pas lésiner sur la quantité de produit
  • on n'utilise pas son gommage sur sa brosse (elle gomme déjà la peau d'elle même)
  • on se renseigne bien avant de l'utiliser et on lit les avis de nos copines (ça pullule de bons trucs)
  • je pense qu'il n'est pas nécessaire de continuer les masques détoxifiant ou gommages en parallèle mais ça, c'est mon avis propre, celui de ma peau sensible à problèmes (après, chacun fait comme il veut car chaque peau est différente)
Si tu respectes tout ça, tu ne devrais pas avoir de mauvaises surprises.

Je trouve que la brosse "coude" (celle qui tourne) que j'ai reçu dans le kit Silk Epil est plus facile / rapide d'utilisation mais je pense que je dois encore apprendre à apprivoiser la nouvelle brosse "micro" ( celle qui vibre) et trouver le nettoyant parfait qui ira avec. En regardant différentes vidéos, de différentes brosses concurrentes, j'ai remarqué que les brosses électriques n'avaient pas l'air de mousser beaucoup. Je dois encore faire des tests pour trouver THE technique.

Qu'est ce que tu en penses toi ? Tu as déjà testé ce genre de brosse visage ? De quel 50% fais tu partie ? Des conseils de gel nettoyant pour une bonne utilisation de ce genre de brosse ?

♥ ♥ ♥

Pour info :
Braun Face, Mini Epilator & Cleansing Brush, en vente à partir de 60 €
Le kit présenté est vendu au prix de 89 € (brosse, épilateur, pochette, miroir)
La recharge de la brosse est vendue au prix de 15€
Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 8 août 2014

Mon histoire d'acné # 4 ♥ Parlons un peu

Cette semaine, j'ai eu mon rendez vous chez ma nouvelle dermato et la personne à qui je voulais parler en premier c'est toi. C'est parce que j'ai repris le goût de t'écrire. Et puis, tu comprends, tu suis mes histoires depuis le début alors... Cet article sera un peu différent des autres car je ne vais pas parler de routine à proprement parler mais plutôt de ce qui a été dit. Et puis surtout je ne vais pas te faire de photos non plus parce que j'ai fait une énorme poussée d'acné la semaine passé et même si j'essaye de faire face à mes complexes, cela reste quand même un gros travail que de se prendre en photo avec des vilains trucs rouges sur la tronche.

J'ai été un peu bousculé pendant ce rendez vous avec ma nouvelle dermato et peut être que c'est ce que j'avais besoin. Nous avons parlé d'acné oui, mais pas que. De complexes. Des mes émotions face à mes vilains boutons, du fait que je leur accordais bien trop d'importance. Ce n'est pas nouveau, sinon cela ne serait pas un complexe. Il y a une phrase que ma dermato m'a dit et que je me répète depuis, c'est que mes boutons ne sont pas ce qui me rend belle. Dans le sens qu'être beau, c'est un tout. Être bien dans sa peau c'est un tout. Ça commence par plein de choses : le sommeil, l'hygiène de vie, la confiance en soi, le lâcher prise. D'ailleurs toi et moi nous savons bien que je suis en plein "travail d'acceptation et de zenattitude".

Je suis arrivée là avec une idée en tête : je voulais qu'elle me trouve une solution purement bio et naturel, ou qu'elle me dise un truc du genre "han mais c'est pas bien grave ma bonne dame, une petite huile de noisette et le tour est joué" mais c'est un autre discours qu'elle a tenu. Celui d'un médecin certes, mais celui d'une personne qui a vu à quel point j'étais devenue complexée. Elle m'a plutôt dit : "Si vraiment ça vous complexe, si c'est à ce point, et je peux comprendre qu'à 30 ans on en a ras la casquette, et bien il faut se donner les moyens de guérir". Je ne voulais pas forcément passer par la case antibiotique, crèmes fortes, tout ça. Traitement finalement. Mais elle a ajouté : "Quand on a un complexe, on se sent mal. Comme on se sent mal, le corps va mal. On est stressé. On dort pas bien, on est déprimé. Et nous, ce n'est pas ce qu'on veut. On veut rentrer dans un cercle vertueux. Il n'y a que des solutions, et ce que vous voulez, c'est vous sentir mieux, non ? L'enjeu est important vous ne croyez pas ? "

Me sentir mieux. Sortir sans maquillage. Avoir une peau nette. Reprendre confiance. Oui, l'enjeu est important.

Je ne sais pas si son discours m'a convaincue, mais je pense qu'il m'a suffisamment convaincue pour accepter de commencer les produits qu'elle me proposait (et donc pas de l'huile de noisette). D'une certaine façon, elle a raison, l'enjeu c'est de me sentir bien. De reprendre confiance en moi. De régler cette satané histoire d'acné. Celle qui me rend la vie un peu difficile 3 semaines par mois depuis que j'ai 13 ans. Et surtout, j'ai un jour lu quelque chose qui disait : "C'est en faisant ce que tu as toujours fait, que tu auras ce que tu as toujours eu". Cela veut dire beaucoup je pense...

Donc voilà, je suis repartie avec une crème antibiotique à appliquer jusqu'à la fin de mes vacances. Ensuite, à mon retour et l'exposition au soleil étant finie, il y aura une autre crème à ajouter ainsi que des antibiotiques par voie orale. Je lui ai fait part des témoignages de certaines concernant les antibio : que ça fonctionne et dès qu'on arrête ça revient. Mais elle a ajouté à cela que souvent les dermatos prescrivent ça sans autre crème, sans traitement, sans suivi, sans rien. Juste les pilules. Elle m'a déjà proposé une autre alternative si jamais ce traitement ne fonctionne pas d'ici quelques mois, mais j'avoue que je ne suis pas encore prête de parler ni même de penser à cette alternative là (ça commence par Roa et ça finit pas Cutane). J'ai envie de me dire que cette fois ça va fonctionner.

Je lui ai parlé de ma routine vite fait, elle m'a dit que je pouvais me nettoyer le visage 2 fois par jour avec un gel nettoyant doux (le matin je ne faisais quasi plus rien, que de l'eau) car je cite : "Si vous faites la vaisselle à l'eau les assiettes sont toujours sales et puis chez vous, le problème c'est pas le savon". Pas faux. Je peux toujours utiliser mon gel d'aloe vera pour hydrater mes joues mais elle m'a assurée que les 2 nouvelles crèmes n'étaient pas sensibilisantes (contrairement au Différin). Quoiqu'il en soit, je sens qu'elle me suit bien puisque je dois déjà prévoir un nouveau rendez vous fin septembre.

A part tout ça, voici d'autres prescriptions :
- faire du sport 
- être zen
- éviter les sucres (car mon acné est inflammatoire et elle pense que le sucre n'arrange rien)
- utiliser du maquillage non comédogène

Pour en revenir au maquillage d'ailleurs, elle m'a félicitée de me maquiller. Preuve que je me prends en main, que je ne laisse pas tout ça prendre le dessus sur moi (du moins, pas complètement).

Comme je te le disais j'ai été un peu bousculée pendant ce rendez vous et je pense que ce n'est pas si mal. Je pense que l'idée à retenir de cet séance c'est que c'est à moi de prendre mon destin en main. Soit je peux laisser mon problème m'envahir, soit je peux penser aux solutions. Je repense à sa phrase "ce ne sont pas vos boutons qui font votre beauté" suivi de "plus vous porterez votre attention dessus, pire ce sera". Si on combine les deux, je comprends que je dois apprendre à me focaliser sur ce qui est beau chez moi. Faire taire mon petit démon intérieur. Prendre encore plus de plaisir à me faire belle, à prendre soin de moi. Et pas que physiquement, mentalement aussi.

La suite, et ça aussi elle me l'a dit, la patience et le temps nous le dira !

Ne laisses pas ton acné te ternir

♥ ♥ ♥

Montage photo réalisé par mes soins
Crédit du fond photo utilisé
Rendez-vous sur Hellocoton !