Se concentrer sur ce qui change, pas sur ce qui stagne.

Après un jour de formation, j’ai déjà pris conscience de quelque chose. Avant, je ne sortais pas de chez moi…. Mais ça… Beh c’était avant. Comment je m’en suis rendue compte ? Simplement au détour d’une conversation pendant la pause. Une des participantes me disait qu’il existait un Pêle Mêle à côté de chez moi, et ma surprise a été vraiment grande, puisque je me tapais toujours le centre ville. Du coup je lui demande si c’est récent, et elle de me répondre en riant
« Mais non, mais tu faisais quoi ? Tu sors de chez toi parfois ? Ca fait bien un an ! »
Et la suite de la conversation à suivis son cours.
C’est vrai ça, je faisais quoi ? Simplement, j’aimais mon petit confort, ma petite voiture, mes petites habitudes, ma zone de sécurité. Quand en février-mars je me suis retrouvée à passer mes journées avec Jules, j’ai commencé à foutre mon nez dehors. Pas que je ne le mettais jamais dehors, le nez. Et le chien aussi, mais jamais vraiment loin. Je me contentais du parc derrière chez moi, du bout de ma rue, de la zone commerçante, des endroits avec place de parking facile. Mais en mars, nous avons eu quelques jours de beau temps en Belgique. J’ai emmené le chien, le chien m’a emmené, et on a marché. J’ai été plus loin que le bout de la rue. J’ai trouvé ça amusant et relaxant. Le lendemain, j’ai été plus bas, j’ai visité les rues et j’ai découvert un itinéraire magnifique où poussaient des maisons toutes plus cossues les unes que les autres. Des voitures clinquantes, des grands jardins. Je savais que je vivais dans une commune de richards, mais je ne pensais pas découvrir ça. Et cette ballade est devenue quotidienne. Jules était heureux, j’étais heureuse, et en plus, en me bougeant les fesses, mon corps lui aussi me le rendait bien.
Puis, j’ai du me rendre à mes rendez vous en re-orientation. Comme c’était dans le centre de Bruxelles et que là bas, le parking c’est « no way », je me suis renseignée pour le tram. Il y a longtemps je prenais les transports en commun, mais j’ai vite découvert les joies de la voiture. Les lignes ont changé de noms, de numéros. Plutôt que d’apprendre, j’ai préféré payé le parking souterrain plein pot. Donc, par la force des choses et du portefeuille, j’ai repris le tram. Tiens, ya un Lush ici. Tiens c’est là la boutique Zaabar ? Ca alors, si je prend ce tram pour aller dans le centre je ne mets que 30 minutes et je ne paye que 4 euros. Et ce trajet de tram, est devenu sympa. Mon portefeuille était heureux, j’étais heureuse et en plus, je faisais tourner l’économie de la STIB.
Avant je ne marchais jamais, de façon anodine, j’ai commencé à aimé ça. Avant, je ne prenais jamais les transports en commun, et je m’obligeais souvent à rester chez moi. Aujourd’hui, je vais au centre de formation à pied (s’il ne pleut pas). Il y a 4 mois de cela, ça aurait été impensable pour la moule fermée que j’étais.  Aujourd’hui, je connais mieux le nom des rues de mon quartier ou j’ai plaisir d’aller reporter mes biblio-livres à pied avec Jules. C’est ma petite victoire.
Je ne m’étais pas rendue compte jusqu’à aujourd’hui comme ces minuscules
choses avaient pu changer ces 4 derniers mois. Comme quoi, tu te
concentres vraiment sur les choses qui ne vont pas et que tu dois
améliorer, sans voir les choses qui ont déjà changé. Et toi ? C’est quoi tes derniers petits changements ? Est ce que tu t’en es seulement rendu compte ? Ça se fête, non ?

Crédit photo: http://media-cache-ec5.pinterest.com/upload/27443878948788799_O9VpDJcT_f.jpg
♥ ♥ ♥

14 Replies to “Se concentrer sur ce qui change, pas sur ce qui stagne.”

  1. Rien ne vaut un bon changement de ses habitudes pour redécouvrir le monde qui nous entoure et appréhender la vie d'un oeil neuf

    1. Oui c'est tout à fait ça

  2. Je me sens un peu pareil, c'est bête mais j'ai la trouille. Peur de me perdre en voiture, de ne pas trouver ce que je cherche. Moi aussi je préfère payer plein pot un parking plutôt que de m'aventurer à prendre le tram, aller dans des boutiques que je connais plutôt que d'en essayer de nouvelles. Un truc bête, mon Jules, lui, il prend différents chemins pour aller chercher le pain, boire un coup. Moi je prends toujours le même. Du coup il connait plein de choses que je n'ai jamais vues.

    Et j'ai aussi réalisé ça il y a peu.
    C'est tout bête, sauf qu'à rester dans sa zone de confort, on ne fait plus grand chose. Heureusement, mon "Jules" me sort un peu de cette zone. D'ailleurs, demain soir on sort à Bruxelles 🙂

    Merci pour cet article, je vais essayer d'élargir ma zone :p

    1. Il faut commencer petit, tu ne dois pas explorer le monde du jour au lendemain. Ca commence par le bout de la rue 🙂

  3. ah, y a un lush à bruxelles ? 😉 Remarque, moi à Logroño, je faisais tous mes trajets à pied et je sortais au moins une fois par jour de chez moi, mais depuis que je suis rentrée en Belgique, si je mets le nez dehors trois-quatre fois sur la semaine, c'est déjà beaucoup (enfin, j'exagère mais j'ai bien passé les trois derniers jours sans sortir de la maison)

    1. He oui, yen a même 2 🙂
      Un à Louise
      L'autre derrière la rue neuve

  4. Je suis pareil, je suis à 5min de tout, à pied, mais depuis que j'ai la voiture, la flemme m’envahis et je me dis : aller je prends la voiture, ça ira plus vite. Alors qu'en fait non!! Le temps de trouver la voiture (oui malgré la couleur vert anis de ma twingo, j'arrive à la perdre ^^), de m'installer, de me taper le feu en bas, et ensuite de trouver une place de parking, et bien je me demande si je ne mets pas plus de temps au final oO'
    J'adorerai vivre aux pays bas où le vélo est roi et où la voiture est "une paria" 😀

    Par contre à la différence de toi, ces 4 derniers mois, je ne sors plus trop et je deviens une geek :s Et ça c'est "à cause" de Pshiiit. Depuis que j'ai découvert son blog, je me surprends à surfer pendant des heures à la recherche de bonnes idées manucures, je vais de liens en liens et je découvre tout un univers qui m'étais encore inconnu : les blogs beauté. (d'ailleurs c'est grâce à elle que je t'es trouvée/découvert :p)
    Mais bon je me sens pas plus mal pour autant, c'est grave docteur?!

    1. L'important c'est d'être heureux
      tu ne DOIS pas sortir si tu n'en a pas envie
      si tu es heureuse à surfer, ya pas de mal 🙂

  5. Moi aussi je suis un peu pareil.
    J'ai continué mes études dans une autre ville, mais même là, pendant que tous ceux de ma classe faisaient des sorties le jeudi soir ou des repas, soit je n'étais jamais au courant ou pas invité (ce qui n'était pas plus mal parfois), je restais chez moi, à bosser ou alors TV + Internet jusqu'à minuit environ…
    Là je suis en vacances et je ne sors quasiment jamais de chez moi, à part pour aller faire les boutiques, chez mes grands parents et puis c'est presque tout. J'avais essayé de joindre des amis au début des vacances pour qu'on essaie de se voir, mais on ne me rappelle jamais donc… Là je passe mes journées sur l'ordi, jusqu'à 1h du mat, à chercher des idées nailart, regarder des vidéos… et voila la journée est très terminée, et on recommence 🙂
    Bisous ma belle !!!

    1. Le tout c'est d'être bien avec ces choix je crois 🙂

  6. Dans le fond je crois qu'on est tous un peu casanier dans l'âme. La faute a qui? A quoi? Je crois qu'on se sent souvent en sécurité quand on vis dans une certaine routine, la voiture, le supermarché de bas de la rue, le trajet pour le boulot…
    C'est vrai que ça fait un bien fou de laisser aller ces pas et découvrir de nouvelles choses.
    Il faut se mettre un coup de pied au derrière de temps en temps car c'est tellement bon pour le moral (sur un air de la compagnie créole!!!)
    Merci pour cet article il est très vrai et très bien écrit
    Des biz'

    1. Tu as bien raison
      Je ne sais pas quoi ajouter de plus.

  7. Ce qui est bon c'est de voir le chemin parcouru. De se rendre compte qu'on était à un stade parfois critique, mais en tout cas vraiment pas sain pour nous, mais qu'on a réussi à surmonter ça, parfois consciemment, parfois non. Mais ça fait tellement de bien de se sentir fier de soi pour une fois 🙂
    Merci pour ce joli article qui m'a remonté le moral, un peu bas ces derniers temps 😉

    1. Il faut parfois surtout ce concentrer sur des petits changements et sur nos petites victoires plutôt que de sortir tjs le fouet pr se flageller 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.