mardi 11 décembre 2012

Si j'avais été une autre que celle que je suis.


L'autre soir, je demandais à Mona de me rassurer en DM sur Twitter sur un sujet sur lequel, après 28 ans, je n'arrive toujours pas à me rassurer. Et sur un sujet, sur lequel, je suis devenue tellement pathétique, que même mon copain ne veut plus me rassurer. Je te le donne en mille, mon poids. Cependant, alors que je demandais du réconfort auprès d'une proie facile, celle-ci m'a renvoyée une question au quelle je n'avais jusqu'ici jamais pensé. Elle me tint à peu près ce langage :

" (...) Maintenant il faut voir si tu veux qu'on t'aime pour ce que tu es ou pour ce que tu aimerais être mais qui ne serais pas toi. "

Fin de citation.

Je me suis sentie un peu con.

Oui parce que la question de "plaire ou ne pas plaire aux autres" je me la suis déjà posée un million de fois. Mais certainement pas sous cet angle là. Ai-je envie qu'on m'aime pour ce que je suis ? Autrement dit, lourde, pas forcément mince, pétillante, attachante, bonne vivante. Ou pour ce que j'aimerais être ? Fine, mince, plus calme... Je dis bien, pour ce que j'aimerais être. Parce que au delà de cette question, je me suis dit qu'entre ce que je suis, ce que je voudrais être, et ce que les autres voudraient que je sois, il y a une sacré marge.

Cette question me trotte en tête depuis 2 jours.

Ce que je suis.
Ce que j'aimerais être.
Ce que les autres voudraient que je sois.

Pas sûre en plus de cela, de bien comprendre ce qu'ils voudraient réellement que je sois. Parce que dans les actes et les paroles, il y a toujours une pointe d'interprétation, pas toujours correct. Donc, pour essayer de me dépatouiller avec toute cette histoire, j'ai commencé à lister la liste des personnes de mon entourage direct ou indirect. Il y a ceux que j'aime, ceux que je côtoie et que je n'apprécie pas forcément. Ceux qui sont à mes côtés non pas par choix, mais par sang. Ceux que j'ai choisi pour des amitiés durables. Celui que je chéris. Parmi toutes ces personnes, ils y en a qui me veulent du bien. D'autres qui me veulent du mal. Et ceux là encore qui croient qu'ils agissent pour mon bien, mais qui en fait, sans le vouloir, me font du tort. Et là, je me suis dit, la relation aux autre et à soi même, c'est quand même un sacré foutoir. Je me suis dit aussi, que cela faisait 28 ans, que je ne me suis pas posé cette question primordiale, et qu'un petit bout de Mona débarque un soir de désespoir et en une phrase me remet les idées en place.

Je suis celle que je suis. Si j'étais celle que j'aimerais être, les gens qui me veulent du mal ne m'en voudront plus ? Pas forcément. Parmis ces gens qui veulent du mal aux autres, il y en a des profondément malheureux, incapable de discerner le bien du mal. Et si j'étais ce qu'ils voudraient que je sois, ma relation serait-elle plus facile ? Pas forcément. Parmis ceux qui agissent pour mon bien, se trouvent des réels éternels insatisfaits.

Certes, je résonne un peu comme un philosophe maladroit. Me perdant moi même dans mes interrogations. Tout ça pour répondre à une question bien stupide que plus de la moitié des filles sur cette planète se pose: suis-je grosse ?

Si je suis grosse ? Non. Si j'aimerais être mince ? Oui. Si les autres m'aimeront plus pour cela ? Pas sûre, du moins, pas ceux qui m'importe vraiment.

Ce que je comprends juste au final, c'est que chacun à son modèle de perfection. Ou son modèle de couple. Ou son modèle de corps parfait. Voir son modèle de famille, de façon d'élever ses enfants. Son modèle professionnel, dicté ou non par un mentor qui lui même avait le sien. Et on se retrouve tous là, non pas avec un modèle unique à suivre, mais 7 milliards. Alors entre ce que je suis, ce que je voudrais être et les autres, je pense que le travail le plus important à faire, c'est de construire mon propre modèle.

♥ ♥ ♥

Crédit photo: Google image
Rendez-vous sur Hellocoton !

40 commentaires :

  1. je suis loin d être mince, je suis enrobée, des fois je m aime pas, et pourtant, mon mec il kiffe mes formes de femme ! mes enfants m ont fait passer d un 38 à un 46 ... c est dire !
    et bien aujourd hui, même si je m assume pas du tout en robe, j ai appris à accepter mon corps défait! et je t assure que pour rien au monde mon homme aimerait voir partir les courbes de la maternité !
    c est tout dans la tête en fait le poids ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. complètement dans la tête.
      mais dans ma tête, j'ai tjs voulu être mince. je ne l'ai jamais été. et il y a beaucoup de chance que je ne le sois jamais. Je suis pas du genre longue asperge bien svelte. non je suis plutôt mini J-Lo. Alors après ya la question du sexy et de la forme.
      Ce qu'il y a, c'est que, même si j'étais mince, pas sure que je serai plus heureuse, ou que les autres auront un regarde différent.

      Supprimer
    2. Sans être anti-mince, ça m'énerve les gens qui ne mangent rien et qui trouvent toujours un truc pour ne pas manger >:(

      J'préfère me gaver de chocolat devant un film avec des meufs qui aiment ça :)

      Supprimer
    3. a ba ici c'est le contraire, je suis aussi passee d un 38 a un 42 avec ma grossesse et mon homme reverait d un 36 que j ai jamais fait! Ca aide pas a s accepter , et difficile de se dire qu on serait pas forcement plus heureuse plus mince....et pourtant il m aime depuis 14 ans!! mais plus je grossis plus son ideal feminin est de plus en plus mince....

      Supprimer
  2. Qu'est-ce que je me reconnais dans tes écrits ...
    J'ai fait le yoyo avec la balance depuis l'adolescence et constamment cette impression d'être dans le mauvais corps ... Que ce soit lorsque je maigris beaucoup et que je me perçois grosse, tout ça pour ne pas me reconnaître sur les photos (d'ailleurs je déteste être prise en photo), ou bien lorsque je suis plus enrobée et que ça ne me correspond pas non plus ...
    Bref, on dit qu'il faut s'aimer soit-même et ne pas faire les choses pour les autres, mais on est forcément influencée par la société, si nous étions nées il y 300 ans, notre idéal de corps ne serait pas le même, et malheureusement de nos jours, la minceur est considérée comme un accomplissement, la preuve que quelqu'un garde le contrôle en quelque sorte sur sa vie ...
    Donc comme toi, j'ai envie d'être une autre que celle que je suis, mais quand j'arrive à atteindre ce but, je n'arrive pas à y rester ... Très complexe tout ça :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est tut à fait ça
      ou plutot le sentiment d'avoir atteint un but et de ne pas être satisfait
      sans cesse les mêmes questions c'est lourdingue à la longue :)

      Supprimer
  3. Ahhhh ma sacoche, j'aime quand tu philosophe (et meme pas maladroitement) moi je sais pas si t'es un cachalot ou une crevette, mais je t'aime pour ce que tu es, ça c'est sûr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha ha ha, je ne suis ni un cachalot, ni une crevette. Si on tape dans les produits de la mer, je dirais... Une gros homard ? :p

      zÔtem Ôssi ma Pshiiitouille

      Supprimer
  4. Pfffff, mon poids est un problème permanent. Je me pose cette question tout le temps, je fuis les miroirs, je déteste les photos, c'est dur... Mais c'est clair que les gens qui m'aiment, aiment aussi mes 10 kilos de trop... Et que les personnes qui me font des remarques sur ma prise de poids ne le font généralement pas par soucis pour ma santé ou mon bien être, mais plutôt pour s'auto-congratuler de ne pas avoir pris de poids et pour mettre un peu de croustillant dans leur morne vie... Le fait est que mon poids n'influence pas mes rapports aux autres, mais plutôt l'image que j'ai de moi... Si je veux perdre du poids, c'est pour moi... Rien à voir avec l'amour des autres...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien déjà que tu n'ai pas ce rapport aux autres. C'est une première victoire :)

      Supprimer
  5. L'éternelle question de poids... Je ne suis pas un critère de mannequin ... loin de là! J'ai moi même du mal à m'accepter par moment! Mais ce qui m'étonnera toujours c'est que les gens que j'aime vraiment m'aiment telle que je suis avec mes rondeurs et mon look qui me définit.
    Si j'avais été mince, peut-être que je ne prendrais pas la vie de la même façon. Le fait d'être gourmande ça me donne aussi de la gourmandise dans tout ce que je fais, de la passion etc... Admettons qu'on soit mince! Est-ce que le reste diminue aussi? Parce que quelque part, quand on nous drague, on sait que c'est pas pour notre plastique de rêve! Quand on se rapproche de nous c'est pour ce qu'on dégage et ce que l'on donne aux autres non? Être mince c'est bien (peut-être) mais si c'est se priver sur un tas de choses et ne plus être celle que l'on est!!! Ça laisse à réfléchir effectivement!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas comment je serais si j'étais mince.
      Je veux dire dans ma tête. Est ce que je me sentirais mieux ?
      Est ce que le regards des autres auraient moins d'importance ?

      Si je m'écoutais moi, moi me^me, je boufferais tout le temps ^^

      Supprimer
  6. J'ai essayé d'être ce que je voulais être plutôt que ce que je suis. C'était pas moi, e ouais nnrole je me mentais à moi même je me sentais coincée et dans la vie j'ai besoin d'exploser. Je suis revenue à moi et les autres m'amène encore plus ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un jour en fait j'ai eu cette conversation avec qqun de proche. A propos du poid justement. Je lui ai dit "jai besoin d'être moi, et de manger pcq j'aime ça, il faut que je m'accepte telle que je suis".
      Cette personne m'a répondu "bah oui vas y et deviens obèse !"
      Quelques moi plus tard, je commençais un régime et j'ai perdu 10kg.
      Mais même ajdhui, même si cette personne m'a dit que j'étais "mince" et qu'elle devait maigrir, je n'ai pas ce sentiment de victoire.
      J'entends tjs cette voix...

      Supprimer
    2. C'est vraiment pas gentil ce que cette personne t'a dit !

      Supprimer
  7. Mais pour repondre ici au sujet de base, effectivement il est difficile de savoir si on s aimerait plus differente. J ai beaucoup de poitrine et ce depuis mes 8 ans ( oui oui 8 ans...). C est lourd, chiant et compliquer pour s'habiller, mais je crois que si je m en faisais enlever je ne serait plus moi même ! Je serais surement plus tranquille dans la vie de tout les jours, mais mes "gros nichons" font partis integrantes de ma personnalité.
    C'est qu en prenant des détails de moi que je me rend compte de ce qui joue sur ma personne ou pas, mais pas mon moi dans sa globalite...aller comprendre!!
    en tout cas c'est toujours un réelle plaisir de te lire, ça fait réfléchir, sourire, emouvir ( sinon ca rime pas) bref c est du <3 en blog!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vrai que le sujet c'était pas forcément le poid ^^
      Le poids était un prétexte :)

      Un jour j'ai lu, je sais plus où, que la nature nous a donné notre corps telle qu'il est pr une bonne raison. Parfois j'ai envie de l'accepter telle qu'il est, pr faire honneur à la nature. Parfois je me dis qu'elle aurait pu m'en donner un mieux ;)

      Supprimer
    2. a toi aussi des fois tu te dis que dame nature avait du picoler la veille et qu elle a eu la main lourde ? ^^

      Supprimer
    3. Crois-moi avec un poitrine menue c'est très difficile pour
      s'habiller (et à vivre aussi)

      Supprimer
  8. Alala, tu me renvois direct à mon combat du moment... Tu sais, celui dont je t'ai parlé l'autre fois, celui que je suis sensée construire jour après jour, pas à pas.... Je le combats chaque jour...
    Cette question que tu te poses, je me la pose chaque jour, ça me renvoie à ce que ma mère va penser de moi dans 15 jours lorsque je vais la voir, je crois que j'accorde tellement trop d'importance à ce qu'elle pense c'est affreux !!!! Je n'arrive pas à me détacher de ça....
    Bref, à méditer pour moi...
    Bizzzzzzzzz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'avoue que c'est pareil pr moi.
      Pas ma maman, mais mes grandes soeurs. J'attends toujours qu'elles me félicitent ou m'admire, pcq je suis la petite dernière.
      Seulement je commence à comprendre, que cela n'arrivera jamais, et qu'il faut avant tout s'auto féliciter, et s'auto admirer.

      Supprimer
    2. Oui tu as tout a fait raison !!!!
      Moi aussi je suis la petite dernière... Tiens syndrome de la cadette ????

      Supprimer
  9. Tu l'as déjà ton propre modèle, c'est ça le pire.
    T'essayes de sortir d'un cadre pour voir si c'est mieux ailleurs, mais je peux t'assurer que moi, la proie facile (ça va me rester, mais je fais comme si), l'image que tu me renvoies, c'est celle de la joie de vivre, avec ton petit air mutin, ta bonne humeur et tes piques de grognasse.

    Tu peux maigrir d'où tu veux, mais le gras en moins dans ta cuisse te changera pas.
    Ca te fera peut-être juste coller au cadre de la mince qui a l'air plus cool vu de loin comme ça, mais en vérité, toutes les filles sont pareilles : elles veulent voir si le changement les rendra plus fortes.

    T'es déjà une wonder woman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beh tu vois, je souris bêtement derrière mon PC
      A croire que celle qui me remet toujours sur le droit chemin c'est toi !

      (grognasse toi même vilaine :p )

      Supprimer
  10. Cette quête de 'l'idéal', je l'ai vécue et je la vis encore parfois. Mais avec le temps je me suis rendue compte que celle que je suis, celle que je suis devenue avec le temps, est une personne que plein de gens aiment bien. Je sais que je ne ferais jamais l'unanimité, car on ne peut pas plaire à tout le monde, mais au moins j'essaye de me plaire de plus en plus. Je pense que c'est ce qu'il y a de plus difficile au fond, se plaire à soi-même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, se plaire à soi même c'est un loong looong chemin

      Supprimer
  11. Je t'admire pour ta façon de t'exprimer, oser te mettre à nu comme ça!
    Merci pour ce que tu dis, ça m'aide aussi même si pas pour le poids =$
    Merci pour tes mots Odile <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne me mets pas tant à nu que ça tu sais.
      Les sujets que j'ai du mal à aborder, je n'en parle pas ici ^^
      Puis, derrière un écran, caché, c'est facile :)

      Supprimer
  12. Je voulais juste laisser un mot pour dire que j'ai lu et que tu as mis des mots sur la question qu'on s'est peut être toute posé un jour (si ce n'est plus).
    Pour dévier légèrement le sujet, j'avais la même interrogation a propos d'un des traits de mon caractère. Je suis hypersensible. C'est à dire que je suis capable de pleurer au ciné quand un film est UN PEU émouvant, que je pleure devant le journal télévisé... Bref, un rien (ou presque) me fait monter les larmes...
    Je prenais ça pour une faiblesse jusqu'à ce qu'on me fasse réaliser que je suis tellement forte par rapport à certains problèmes dans ma vie, que l'hypersensibilité c'est juste le moyen d'équilibrer tout ça...
    Depuis que je vois les choses de cette façon, ça va beaucoup mieux et je me sens moins cruche de pleurer au ciné. Et je sais que ce qui fait que je suis moi c'est ce mélange entre un fort caractère et cette faiblesse...
    Je pense que pour le poids c'est un peu pareil. Ta personne est un tout, un mélange de ta personnalité et de ton corps et comme tu l'as si bien dit, si les gens t'aiment aujourd'hui, ils continueront à t'aimer (que tu perdes ou que tu prennes 10kg). De même pour ceux qui ne t'aiment pas.

    :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le sujet c'était pas vraiment le poids hein, c'était juste une manière de l'aborder ^^
      Je te comprends, je suis aussi hyper sensible, c'est bien de me l'avoir dit, du coup maintenant je comprends mieux que ce côté la me sert à contrebalancer autre chose ^^

      Supprimer
  13. Je pense que le plus important c'est de rester telle que tu es tout en évoluant. Ne pas rester figée sur ce toi actuel mais te rapprocher du toi qui te comblerait.
    En fait c'est étrange, le but n'étant finalement pas de changer, sinon tu deviendrais celle que tu aimerais, le but c'est juste de faire au mieux pour t'accepter toi comme tu es.

    Je pense que dans ce genre de réflexion, les autres n'ont pas leur place. Même si ils comptent, ils ne sont pas toi. Même si ils sont dans ton coeur ou ta tête et si ils t'ont aidé à un moment ou à un autre à être celle que tu es, ils ne sont pas toi. Il faut avancer d'abord pour toi et t'aimer d'abord pour toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûre, tu as raison, ds ce genre de réflexion, les autres ne doivent pas intervenir. Seulement parfois on tourne en rond (ou alors je fait semblant de tourner en rond lol), et on a besoin d'un avis extérieur

      Supprimer
  14. Salut Odile !
    Je voulais que tu saches que ce n'est pas uniquement les filles qui ont quelques kilos en trop qui ont ce problèmes, celles qui sont minces aussi.
    Moi même je suis mince et je l'ai toujours été, et je ne saurais pas dire le nombre de fois où l'on m'a fait des réflexions concernant mon poids : "Tu es trop maigre !" "Tu vas devenir anorexique !" "Mais tu ne manges rien !" "Mange ! Toi tu as la chance de pouvoir manger à ta faim, et tu restes maigre, les petits enfants d'Afrique te détesteraient !" Ces réactions sont très désagréables, et je pensent qu'elles le sont autant que celles que certains font sur les kilos en trop. C'est fou ce que les gens donnent d'importance à un seul nombre !
    Les regards méchants sur notre physique on les partage, les gens ne nous trouvent pas normales, mais c'est quoi la normalité, un nombre inscrit sur une balance, la taille d'un jean ? Je ne pense pas !
    Mais les regards les plus difficiles à supporter sont les regards envieux, on peut se dire que ça fait plaisir d'être regardé car on est mince, mais en fait c'est assez atroce ! Certains vous dévisagent avec un mélange de haine et d'envie, ils seraient prêts à tuer pour votre corps mais en même temps ils vous détestent car vous êtes ce qu'ils pensent être la perfection qu'ils n'arrivent pas à atteindre, ils sont jaloux de vous. Et c'est très dur car vous n'avez rien fait pour ça, et en plus vous êtes loin d'être parfaits !
    Les gens, enfin la plupart des gens, ne voient que votre physiques, et vous, votre personnalité, vous passez au deuxième plan, on ne vous voit plus. Tous les gens ne sont pas comme ça, fort heureusement, mais beaucoup le sont quand même.
    Alors toutes les filles qui se trouvent un peu trop grosses, maigrissez si cela vous permet d'être plus à l'aise, mais ne chercher pas la perfection, cela n'existe pas, faites cela pour vous, pas pour le regard des gens, il ne vaut rien !
    Il faut s'assumer soi et qu'importe ce qu'en pensent les autres.
    Aujourd'hui, je suis heureuse d'être comme je suis, même si parfois le regard des autres me désole, mais au fond, ceux qui ne sont pas heureux, ce sont eux ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout dit.
      Et tu es à 100% dans le juste.
      Je n'ai plus qu'à prendre exemple du coup !

      Merci :)

      Supprimer
  15. Ton article m'a touchée. Mieux, ton article m'a fait réfléchir. Ou plutôt il a planté une graine appelant à la réflexion qui aura besoin certainement d'un peu de temps pour germer. Nous sommes toutes en proie aux complexes mais ceux-ci nous emprisonnent. En revanche, je ne définis pas celle que je suis en fonction de mon apparence physique mais de celle que je suis "au fond". Ma personnalité, mes réactions, ce que j'aime, ce que j'aime moins, ce qui me fait vibrer, ce qui me fait peur, ce qui me fait rire... Je ne crois pas que mon poids, ma taille, mon visage, l'état de ma peau (oui, mon gros truc à moi c'est l'acné) définisse celle que je suis. J'ai lu dans les précédents commentaires un "tout est dans la tête" que je trouve particulièrement juste. Changer pour les autres ? Certainement pas. S'améliorer pour soi-même ? Définitivement. On met tellement d'importance dans le physique alors qu'il ne nous définit pas. Avec 10 kilos de plus ou de moins, tu serais encore la même personne. Si tu brides ta spontanéité pour devenir "plus calme" en revanche, là tu changeras. La question est de savoir, quelle personne veux-tu être ?
    Merci pour cet article, et merci à Mona grâce à qui tu l'as écris.
    Bises :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est plutôt vrai ce que tu dis
      Il y a une différence entre changer de physique et de personnalité.
      Même si parfois, changer de physique peut changer ta personnalité (te rendre plus sure de toi, ou moins sure, ou plus confiant, ou... )

      Supprimer
  16. Tes articles philosophiques me touchent à chaque fois parce que ils trouvent toujours un écho dans ce que je ressens !

    Je pense que les gens qui t'aiment et te veulent du bien souhaitent simplement que tu sois heureuse !

    L'autre matin, je marchais avec le froid qui me piquait les joues (j'adore ça) et je me disais que si je voulais que la vie me sourit, il fallait que je lui sourit d'abord ! Et j'ai pensé à toi et tous tes supers articles !

    Bref, moi j'en suis restée au stade que si je ne m'aime pas, personne ne peut m'aimer... j'ai encore du chemin à faire !

    Merci pour tout Mademoiselle Sacoche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Waw !
      Et bien ça me fait énormément plaisir que tu partages cela avec moi.
      Merci je suis touchée !

      Supprimer

Toi aussi, laisse traîner ta plume !