5 attitudes positives à adopter pour la rentrée

développement personnel to do list

Comme tu le sais, je lis beaucoup de livres de développement personnel. Beaucoup, du genre beaucoup. Et forcément, à force d’en lire, j’ai noté certaines similitudes dans les conseils donnés et les attitudes positives à adopter pour voir la vie en rose. Depuis que je les applique, je commence réellement à voir des résultats sur mon quotidien. Le monde ne s’est pas fait en un jour, certes, mais il faut un début à tout, et quoi de mieux que la rentrée pour partir sur de bonnes bases ? L’esprit serein et requinqué des vacances est souvent plus apte à prendre de nouvelles résolutions et adopter de nouvelles habitudes. Si en plus elles sont saines et positives, que demander de plus ?

1. Arrêter de râler sur les petits tracas de la vie

C’est quelque chose que j’ai appris à faire doucement en lisant tous ces livres, et surtout « J’arrête de râler ! » de Christine Lewicki. J’ai compris que dans la vie, malheureusement, on ne peut pas tout contrôler. Le meilleur exemple qui me vienne en tête c’est la météo. Nous sommes malheureusement tributaires du ciel, et nous ne pouvons rien y faire. Personne ne peut le changer, personne n’y peut rien, c’est comme ça et ça ne sert à rien de se miner le moral pour un jour de pluie. Depuis que je m’y suis fait et que j’ai pris conscience que cela ne servait à rien de râler sur un jour gris, je me sens plus sereine. J’ai décidé d’arrêter de changer mon humeur à cause d’un ciel morose et surtout d’arrêter d’en parler. Finalement ce n’est pas comme si j’avais une marge d’action dessus. Il en va de même pour plein d’autres petites choses. Les embouteillages ? J’y suis coincée, c’est comme ça. Je ne peux pas avancer, et je ne peux pas reculer, alors autant rester fairplay et prendre son mal en patience. Les jours de la semaine ? On ne peut pas non plus les changer, il y aura toujours des lundis (où on n’a pas envie d’aller bosser) et il y aura toujours des vendredis (où on veut rentrer chez soi). Les jours tournent, les saisons aussi. Chaque année possède un hiver, mais heureusement chaque année a aussi un été. Il y a plein de choses sur lesquelles nous n’avons aucun pouvoir alors autant arrêter tout de suite de gaspiller notre énergie dessus. On ne peut pas changer le caractère des gens, on est obligé de se lever le matin d’une façon ou d’une autre, on a en effet que 24 h dans une journée, les objets finissent effectivement par se casser, etc. Alors on inspire, on se concentre sur les choses qui valent vraiment la peine, on expire et on sourit.

2. Tourner 7 fois sa langue dans sa bouche avant de parler (ou d’écrire)

J’ai encore beaucoup de mal à me taire et il arrive encore assez souvent que dans la vie de tous les jours je me révolte trop vite en me disant que sur ce coup-là, j’aurai mieux fait de ne pas l’ouvrir. Mais s’il y a bien quelque chose que j’ai appris sur le net c’est de tourner 7 fois mon clavier entre mes doigts avant de réagir. Parfois il y a des actions ou des paroles qui nous énervent vraiment, et on a qu’une envie c’est de démarrer au quart de tour pour se défendre. Mais finalement, est-ce que ça sert vraiment à quelque chose ? Si quelqu’un nous a pris en grippe, est-ce notre problème ? Je pense que c’est surtout le sien. En lisant « Les quatre accords toltèques » et en lisant l’accord « que ta parole soit impeccable« , je me suis rendue compte que parfois, on crache notre venin et on ne se sent pas forcément mieux après. Même, on se sent encore plus mal. Si on avait pris le temps de tourner notre langue 7 fois dans notre bouche on aurait pu éviter de faire du mal à autrui ou même à soi-même ! Doit-on vraiment se dire qu’on est nul ? Doit-on vraiment se dire qu’on est moche et bête ? Doit-on le dire ou l’écrire aux autres ? Est-ce que, ce que nous nous apprêtions à dire va faire évoluer les choses ? J’ai énormément de chemin à faire pour atteindre cette belle habitude, mais je suis certaine que si je prends le pli de ne dire, ou n’écrire, que du positif, ma vie en sera plus sereine. Et puis franchement, qu’est ce qu’on se sent fier quand on a pu adopter une parole positive et en ayant une réaction plus silencieuse.

3. Ne pas voler le moment de gloire de quelqu’un d’autre

As-tu déjà vécu ce genre de conversation où chacun raconte ses péripéties ? Tu sais ces moments où l’on renchérit sur autrui en essayant de raconter la blague ou l’histoire la plus drôle ? Ces moments aussi où on se dit que l’autre nous a volé notre temps de parole, qu’il a pris toute la place, qu’on n’a pas pu en placer une ? Ces moments où du coup, on se sent mal parce qu’on aurait aussi voulu briller, raconter notre histoire, épater la galerie. Et puis forcément, après, on se sent vraiment nul. Eh bien tu veux que je te dise ? Ce fameux moment de gloire, il finira par t’arriver à toi aussi. Parce que oui, nous avons tous un moment ou à un autre une minute de gloire, et il faut savoir le reconnaître. Ne pas voler le moment de gloire de quelqu’un d’autre c’est pouvoir se dire que dans cette conversation en effet, on n’a rien dit, mais il est certain que dans la prochaine on pourra aussi amuser les autres. C’est pouvoir se dire que peut-être que cette personne qui en fait des caisses en a, qui sait, plus besoin que nous. Il (ou elle) est peut-être si mal dans sa peau qu’il veut attirer l’attention sur lui. Qu’est-ce que ça peut bien nous faire de lui laisser ce moment de réconfort ? Avant, je voulais être sur tous les fronts, dans toutes les conversations, tout réussir et surtout m’en vanter dès que possible. Est-ce que je me sentais mieux d’être toujours celle qui parle le plus fort ? Pas toujours. Maintenant, quand je sens que je suis un peu « out » dans une conversation, je me dis que ce n’est pas mon moment de gloire mais qu’il viendra. Une jolie attitude à adopter aussi dans d’autres circonstances par exemple lors d’un mariage, à la naissance d’un enfant, à un repas destiné à fêter la promotion d’un(e) ami(e), … Laisse donc son moment de gloire à autrui, le tien viendra sûrement plus tard aussi, j’en suis certaine !

4. Faire des listes

Je ne sais pas comment expliquer le pouvoir des listes, mais c’est sûr que je me sens mieux, depuis que j’en fais. Surtout au moment où je l’écris. Parfois, j’ai mal de tête rien que d’avoir tant d’idées qui y tournent en boucle. Dans ces moments-là je me dis qu’il est bon de coucher tout ça par écrit. Je fais des listes pour à peu près tout : faire les courses, dire merci, lister ce que je dois faire, comparer les points positifs et négatifs d’une situation, faire le point sur mes finances, poser des objectifs, … Peu importe la situation, quand je n’arrive pas à y voir clair, où quand je broie du noir, je fais une liste. Elle n’a pas besoin d’être jolie, bien écrite. L’idée c’est juste de calmer son esprit et poser point par point les pensées qui nous viennent. Organiser ses pensées. Et puis surtout, mettre par écrit l’objet de nos tourments nous permet de nous décharger de la situation. Ma liste préférée ? Celle de tous mes petits bonheurs. Histoire de me rendre compte que finalement, la vie est plutôt cool.

5. Dire merci à la vie.

C’est le point que je vois revenir le plus souvent dans les livres de développement personnel et je pense que c’est le point aussi le plus important. Dans chaque article que je lis, dans chaque livre, parfois même dans des tweets, éprouver de la gratitude envers ce qu’on a déjà en vivant l’instant présent nous offre la possibilité d’être plus heureux. Depuis 2-3 mois, chaque soir (souvent quand je promène le chien) je dis à voix haute trois choses pour lesquelles je me sens reconnaissante lors de ma journée. Cela peut être n’importe quoi : j’ai bien mangé, j’ai porté des vêtements qui me plaisent, j’ai regardé un bon film, lu un bon livre, j’ai apprécié les rayons du soleil pendant mon temps de midi, une conversation avec des collègues ou des amis, etc. Si tu réfléchis bien, il y a toujours des petites choses pour lesquelles tu te sens heureux(se) et t’en rendre compte, c’est finalement déjà avoir une vie meilleure. Si tu n’as pas envie de dire ça à voix haute, tu peux tenir un journal de gratitude où tu peux les écrire en les listant. Quand je sens que j’ai un petit coup au moral, j’essaie de me recentrer et de me dire :  » OK ! À nous deux maintenant ! Pourquoi j’éprouve de la gratitude là tout de suite ? « . D’y penser me permet de retrouver le sourire, et une forme de sérénité. Et puis il parait que c’est prouvé, plus tu dis « merci » à la vie, plus tu reçois d’elle. J’avoue que depuis que je dis « merci », j’ai l’impression que les choses tournent plus facilement en ma faveur.

Ce sont des petites habitudes qui, je pense, ne sont pas trop difficiles à adopter et qui peuvent vraiment nous aider à voir la vie du bon côté. Elles reviennent assez souvent dans les livres de développement personnel et je pense que c’est pour une bonne raison. Depuis que je les adopte, je me sens plus fière de moi et même, mieux. Rome ne s’est pas fait en un jour, mais qui n’essaye rien, n’a rien.

Quelles sont les habitudes positives que tu as déjà adoptées et qui t’ont permis d’avoir un œil nouveau sur la vie ? Ou quelles sont celles que tu aimerais adopter pour te sentir plus serein(e) ?

♥ ♥ ♥

33 Replies to “5 attitudes positives à adopter pour la rentrée”

  1. J’ai lu beaucoup de livres sur le développement personnel et je m’y remets doucement car j’ai besoin de certaines piqûres de rappel alors ton article tombe à pic. L’habitude que j’aimerais vraiment adopter c’est d’arrêter de râler! Pourtant chaque fois que ça arrive j’en suis bien consciente et je me dis alors « il y a des choses plus graves dans la vie », « râler n’y changera rien ». Je dois encore m’améliorer sur ce point!!!
    La meilleure habitude que j’essaie d’appliquer mais qui n’est pas encore évidente c’est de lâcher prise! 😉

    1. Je râle encore beaucoup (vraiment beaucoup) mais il y a quelques petites choses sur lesquelles j’arrête de pester, parce que finalement, je ne peux rien y faire. Il y a un début à tout ^^
      Si tu arrives à lâcher prise, je veux bien ta recette

  2. Tous les soirs, a table, avec Papalou et Loulou (6,5 ans) nous disons chacun la chose qui nous a le plus plu dans la journée. C’est un rituel…. Et Loulou adore, c’est d’ailleurs souvent elle qui y pense.

    D’un autre coté je suis une mode « je ne lis/écoute/bois/mange » que du positif. Les choses de la vie étant ce qu’elles sont, je n’ai pas envie d’en rajouter avec mes lectures par exemple. Les témoignages de gens malheureux me rendent malheureux et ne rend pas les gens qui témoignent plus heureux… alors je zap!

    Voila pour mes efforts pour voir la vie du coté positif! c’est pas grand chose mais je trouve que c’est deja chouette.

    1. Comme toi j’essaye de lire le plus possible (et regarder et écouter) des choses positives.
      C’est une belle idée que de parler d’un truc positif le soir à table.

  3. Je te rejoins complètement sur ces points. Je vais même ajouter un petit quelque chose que j’ai découvert il y a quelques semaines et qui a bouleversé ma vie !
    Ça rejoint un peu le point « Ne pas voler le moment de gloire de quelqu’un d’autre ».
    En fait, je suis très très « éponge » dans la vie. Je suis presque trop emphatique. Je prend la tristesse, le stress, et les tracas des autres.
    Il y a quelques jours, je suis allée à un enterrement. J’avais peur d’être triste. Pourtant je ne connaissais pas la personne, j’y allais pour soutenir une amie qui a perdu son père.
    Et là, j’ai eu comme une révélation. Du genre : mais cette tristesse ne t’appartient pas. Ce n’est pas la tienne. Laisse lui.
    Pas dans le mauvais sens, mais dans le bon. L’idée n’était pas de la laisser dans son chagrin, mais simplement d’admettre que ce n’était pas le mien.
    Avant j’aurai pleuré pour elle, souffert pour qu’elle souffre moins. Non seulement c’est un leurre, mais en plus ce n’est pas juste pour elle. C’est son histoire. Sa douleur. Elle en a besoin pour faire son deuil et avancer.
    Et bien, pour la première fois de ma vie, je n’ai pas pleuré pour quelqu’un d’autre. Bien sûr j’étais émue et j’avais de la compassion, mais c’est tout.
    Ne volons pas non plus la tristesse aux autres. Soyons là pour eux, simplement.
    Bises
    Laura WB
    http://www.carnetdefie.fr

    1. Je comprends ce que tu veux dire avec la tristesse d’autrui. Cependant, si tu éprouves de la tristesse toi aussi, je ne pense pas qu’il soit bon de trop la canaliser, de trop la contrôler et de l’enterrer. Tu as le droit d’être triste toi aussi et d’être touchée par une situation. Même si je comprends où tu veux en venir. Le drame d’un autre, n’est pas ton drame. Mais ne sois pas trop dure avec toi même non plus : si tu te sens triste, tu as le droit de l’exprimer.

  4. Je suis bien d’accord <3

    1. Merci <3

  5. Nathalietoutsimplement dit : Répondre

    Je suis entièrement d’accord avec toi sur le pouvoir des listes. Ca permet de se vider la tête. J’ai parsemé la maison de petits carnets (voiture, table de nuit…) où je note tout ce qui me passe par la tête. Je dors beaucoup mieux depuis…

    1. Pas con l’idée de mettre des carnets partout.
      Perso j’utilise toujours l’outil « notes » dans mon téléphone.
      Mais comme toi j’ai un carnet sur la table à manger et plusieurs à côté de mon lit. Je note quand ça me prend et quand je sens que ma tête est trop pleine

  6. Je suis une nana hyper positive. Je souris constamment, je suis polie avec autrui (et cela fait du bien aux autres de voir un sourire ou de recevoir une politesse) , je fait du sport pour me vider la tête et éviter de m’énerver (oui cela m’arrive).
    Mais surtout la vie c’est ma drogue et je l’adore.

    1. Et bien tu as entièrement raison !
      C’est beau ! bravo 🙂

  7. J’ai adoré ton article c’est tellement riche !
    Je suis une « madame liste » depuis toujours et c’est vrai que ça apporte vraiment une tranquillité d’esprit d’organiser ses pensées par écrit.
    Depuis 2 mois je me suis mis aux lectures « développement personnel » (je me suis notamment inspirée de ton top 5 pour mes choix) et je reconnais qu’il y a quelques conseils « universels » qui se détachent souvent comme la gratitude, j’essaie de m’y mettre. Idem pour les 3 éléments positifs de la journée à se dire le soir.
    Pour ce qui est de la parole « impeccable », j’avoue que c’est pas facile non plus… Pour ma part, c’est difficile parce que je suis dans une phase d’affirmation de moi-même et de mes besoins et par conséquent je trouve que c’est paradoxal voire peut-être contradictoire de garder une parole impeccable et de s’affirmer en disant ce que l’on pense, comme par exemple quand on estime qu’un de nos proches nous manque de respect.
    Idem pour la loi de l’attraction développée dans « le secret », c’est un idéal difficile à atteindre car on reste avant tout des êtres humains avec des humeurs, des limites physiques etc, n’est-ce pas limite utopique de dire qu’un être humain peut être positif à chaque heure de chaque jour ?
    Enfin bref, tout ça pour dire que j’ai encore du chemin à faire, mais que c’est agréable de travailler sur soi pour vivre au mieux le chemin du bonheur 😉
    Des bisous

    1. En effet la parole impeccable ce n’est pas évident.
      Cependant il ne faut pas confondre s’affirmer et « critiquer ». Ce n’est pas le terme exact mais l’idée des accords toltèques c’est que la parole peut être un poison. Par exemple si tu dis a une amie « tiens tu as l’air fatiguée aujourd’hui », inconsciemment elle peut enregistrer ça comme une critique, et puis du coup, se sentir réellement fatiguée.
      Tu peux donner ton avis, tu peux t’affirmer, tu as le droit d’avoir tes idées et de dire non, le tout est de ne blesser personne : ni toi, ni les autres. En général, parler avec un ressenti aide beaucoup dans ces cas là. (« je ressens que, j’ai l’impression que, je pense que,… » au lieu du « tu qui tue » )

      1. Merci beaucoup pour ta précision et ton éclairage Odile 🙂
        Biz

  8. j’aime j’aime j’aime ma odile et je rajouterai « lire ton blog » à la liste <3

    1. Oh mais dis t’es trop un chou !!!
      Merci 🙂

  9. Un article qui sent bon la rentrée positive ! J’aime 🙂
    C’est drôle, je viens de terminer le livre de Mahtob Mahmoody, Vers la liberté. Et elle y parle aussi du pouvoir des listes : elle a appris à lister en fin de journées 5 choses qui l’ont rendues heureuses durant la journée. Du coup, elle fait plus attention aux petits bonheurs, aux plaisirs quotidien en se disant « Tiens, là je suis heureuse, je pourrai le noter dans mon carnet ce soir ! ». Je trouve cette démarche très belle et il ne me reste plus qu’à trouver un beau carnet pour m’y mettre !
    J’essaie d’ailleurs de pratiquer de plus en plus la pleine conscience : je me force à penser à mes sensations, à ce que je suis en train de vivre, et ce de façon plus profonde. Parce qu’on fait plein de choses machinalement, sans s’en rendre compte pleinement, comme manger par exemple : on fait attention à la saveur des premières bouchées puis on ne fait plus attention aux suivantes et on mange mécaniquement… Je m’efforce de ralentir, et de me concentrer sur le goût de chaque bouchée, de profiter pleinement de chaque repas … et ça change tout ! C’est important de vivre pleinement dans le présent.

    1. Je ne connais pas ce livre, je vais aller voir, ça m’intrigue 🙂
      C’est vrai qu’en réfléchissant à ce qu’on peut mettre dans notre liste, on se concentre déjà sur le positif / l’instant présent. Je n’arrive pas à me mettre à la pleine conscience ni à la méditation (pourtant j’en ai fait pendant quelques mois). Je devrais vraiment m’y mettre car je sens que c’est salvateur, mais qqch bloque en moi. C’est que ce n’est pas le moment, ça viendra de lui même, il ne faut rien forcer 🙂

  10. merci pour ce bel article bien écrit et apaisant. j’ai pris l’habitude d’écrire chaque soir dans un joli carnet trois petits bonheurs et depuis je dors mieux! je file acheter « j’arrête de râler » 😉

    1. Quelle belle habitude !
      J’espère que tu aimeras le livre, je l’ai adoré

  11. Je valide ces très bonnes résolutions, difficiles à adopter, mais tellement salvatrices !

    1. C’est pour ça qu’il faut y aller sur des petites choses : ne plus râler sur le temps, faire une liste de 3 petites choses, etc… Et petit à petit, l’oiseau fait son nid !

  12. Bonjour ! Je suis particulièrement d’accord avec le premier et le dernier point. Pour ce qui concerne le fait de remercier la vie, j’ai un peu de mal mais j’essaye de m’y mettre. Et j’ai aussi adoré le livre  » J’arrête de râler ! « . Je ne m’attendais pas à quelque chose de spécial en le lisant mais j’ai trouvé ça très instructif. Cela demande vraiment un travail sur soi mais cela ne peut être que positif !

    1. Pareil, je ne m’attendais pas à grand chose en le lisant mais je l’ai trouvé simple et plein de bon sens.
      On oublie vite que nous sommes des privilégiés, c’est dommage 🙂

  13. Je me rends compte que depuis quelques années j’ai adopté (ou en tous cas j’essaie) les réflexes dont tu parles dans ton article (la sagesse, peut-être ?). Sauf le fait de « dire merci » : j’ai déjà tenté de le faire le soir avant de me coucher mais je suis souvent si crevée que je m’endors avant…
    Sinon je rajouterais une chose, que je trouve importante : ne pas ressasser. Ce que je veux dire par là c’est que quand quelque chose s’est mal déroulé, ne nous a pas plu, voire nous a fait du mal mais qu’on n’y peut rien, car cette chose est passée, finie… rien ne sert de revenir dessus. C’est un peu le pendant de ton point n°1 « Arrêter de râler sur les petits tracas de la vie » : il faut aussi « arrêter de retourner en boucle ces petits tracas » et se concentrer sur le positif. En tous cas, moi, j’essaie.

    1. C’est de la sagesse, évidemment ! Surtout après 30 ans 😉
      Si tu n’arrives pas à dire merci en te couchant, dis le en te levant 🙂 ça marche aussi ! (ou en te brossant les dents, en y pensant très fort)
      Bon point ! Ne pas ressasser ! Je devrais essayer, j’adore sortir les vieux dossiers alors que ce n’est vraiment pas nécessaire !

  14. J’ai lu, il y a maintenant quelques semaines, « j’arrête de râler ». Ce livre a été un vrai declic ( j’en ai partagé mon ressenti sur mon blog d’ailleurs – je dis ça pour partager pas pour voler ton moment de gloire 😉 ). Chaque jour je tente de râler un peu moins et ça fait du bien ! Du coup, j’ai pris l’habitude de tourner ma langue 7 fois dans ma bouche avant de parler…
    J’ai du mal à écrire des listes mais je reconnais que c’est une technique libératrice que je devrais mettre à profit plus souvent. Tout comme celle de remercier la vie. Te lire me fait penser qu’il faudrait que j’intensifie un peu ma pratique.
    Merci pour ces lignes positives !

    1. Tu as bien raison de partager ^^ Puis le blog, c’est aussi votre moment à tous, vous qui participez ^^
      Je ne suis jamais arrivé à relever le défi de Christine, j’essaye parfois de remettre le bracelet, mais je pense que je devrais relire le livre. En tous cas il y a déjà de petites victoires comme la météo ^^

      Bonne pratique !

  15. Je suis en train de terminer « Les cinq blessures qui empêchent d’être soi-même ». J’essaie d’être agréable pour ceux qui vivent autour de moi. J’aimerais réussir à mieux me protéger des râleurs. J’ai du mal à arrêter de dire que j’ai chaud quand je meurs de chaud mais je devrais garder cette remarque pour moi 😉
    C’est vrai que les listes font du bien !

    1. Il ne faut pas être trop sévère envers soi même. C’est déjà top que tu penses à faire des changements. Les résultats se verront petit à petit 🙂
      Patience est maître mot !

  16. […] élan, elle continue de nous transmettre ses bonnes ondes et son esprit positif au travers de son article inspiré du développement personnel spécial rentrée. Je vous le recommande vivement pour bien « commencer […]

  17. Merci pour cet article frais et positif ! Je pense aussi que si la plupart des gens passaient autant de temps à se focaliser sur les bons moments de la vie qu’à râler le monde tournerait un peu plus rond.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.