On va s’aimer

blog belge développement personnel

Mon corps et moi, on n’a jamais vraiment été de très bons amis. Ou plutôt, il s’est toujours donné beaucoup de mal pour être mon ami alors que je ne cessais de le rejeter. Le soir, avant de prendre ma douche, je lui tâtais le bourrelet en le jugeant avec méchanceté. Quand je faisais du shopping, je le maudissais de ne pas rentrer dans cet énième pantalon que j’essayais. Je l’ai mis au régime, je l’ai affamé, je l’ai interdit, je l’ai caché,… Non vraiment, je n’ai pas été une chic fille sur ce coup-là. Mais très récemment j’ai compris qu’il était urgent que j’arrête d’être « such a bitch » avec lui. Que je devais à tous prix me faire pardonner pour tout le tort que j’avais pu lui causer et toutes ces fois où j’avais mal parlé de lui. Que mon corps était la « personne » avec qui j’étais H24, qu’il était grand temps de le traiter comme un ami. J’ai compris que je devais faire la paix avec lui, mais surtout, surtout, que je devais l’aimer, le chérir et l’honorer.

Quand on y pense, le corps humain est une machine super bien foutue. Et comme Lise Bourbeau le dit si bien au travers de ces nombreux livres : « Ton corps te parle« . Tu as de l’acné alors que tu as 30 ans passé et que c’est censé être réservé aux ados ? Quel est le problème de ton adolescence que tu n’as pas résolu ? Que veux te dire le petit ado qui est en toi ? Ou bien, tu grossis encore et toujours ? Est-ce pour prendre de la place ? Quel place aimerais-tu prendre ? Tu as mal aux dents ? Et si tu mordais un peu trop sur ta chique ? On ne se rend pas compte comme ces petites expressions du quotidien en disent long sur nos maux. « Porter le poids du monde sur ses épaules, en avoir gros sur le coeur, en avoir plein le dos,… » Que te dis ton corps ?

Ce que mon corps m’a dit récemment, ou plutôt ce que j’ai compris, c’est qu’il était en très bonne santé et que je ne pensais jamais à le remercier pour ça. J’oublie à quel point mon corps est beau de par son génie. J’oublie de le remercier car il me porte chaque jour, moi, mes peines et mes sautes d’humeur. Il est là le matin quand je me lève à 6h, là le soir, quand je vais me coucher, il essaye de me rassurer comme il peut grâce à un fonctionnement impeccable. Ce corps est un magnifique bateau qui avance. C’est, le bateau de mon âme.

apprendre à s'aimer

Si je te raconte tout ça aujourd’hui, de manière toujours aussi désordonnée, c’est parce que 2017 approche à plus que grand pas, et à 32 ans je me suis dit qu’il était grand temps de créer de bonnes résolutions. En réalité, je n’ai jamais pris de bonnes résolutions. Comme tu le sais, j’aime me fixer un objectif, qu’il soit matériel ou non, et tenter de m’y tenir. Il y a 5 ans, mon objectif était de maigrir. Je me suis inscrite à Weight Watchers et j’ai perdu 10 kilos. Tu sais quoi ? 5 ans plus tard, j’ai tout repris. Je m’apprêtais à m’y réinscrire, en me disant quelle nouvelle chose je pouvais m’interdire, mais en allant voir ma coach la semaine passée je me suis rendue compte que je faisais fausse route. Il était plus que temps de m’accepter telle que je suis. Plus que temps d’arrêter de vouloir changer ce corps qui est le mien.

Je me suis demandée, avec 5 ans de recul, si j’avais été plus heureuse avec mes 10 kilos en moins. Tu sais quoi ? Pas le moins du monde. Durant ces 5 années, j’ai changé 2 fois de boulot. J’ai fait un « presque burn out ». Je rentrais tous les soirs en pleurant. J’ai eu une gastrite sévère qui m’a empêché de jouir de la vie et qui me faisait « rejeter » tout ce que j’ingurgitais. J’ai été fatiguée et triste. J’ai repris mes 10 kilos sur une année et demi environ. Et cette année et demi a été une des plus belle. Quand je vois tout ce que 2016 m’a apporté, je suis tellement, mais tellement heureuse. Alors certes, 2016 m’a apporté 7 beaux kilos, des poignées d’amour, une nouvelle taille de soutien et un maillot trop petit. Mais 2016 m’a ramenée une famille unie, un nouveau plan de carrière, un amoureux chaque jour plus présent et des nouveaux amis.

En pensant à tout ça, j’ai pris mon stylo, j’ai ouvert mon journal intime (celui que tu ne peux pas lire), et j’ai écrit une lettre à mon corps. Une lettre, où je le remercie d’être ce qu’il est. Cette lettre que j’ai pour habitude de dédier à l’année qui vient de s’écouler, je l’ai dédiée à ce merveilleux bateau qui me fait avancer chaque jour. Je lui ai demandé pardon pour tout le mal que j’avais pu lui faire et pour toutes ces vilaines choses que je disais sur lui en permanence. Je l’ai remercié encore et encore. Je lui ai promis, qu’à partir d’aujourd’hui, j’allais l’honorer, le chérir, l’aimer et ne parler de lui qu’en bien. Le nourrir correctement, l’entretenir, le cajoler. C’est mon petit corps à moi. Le seul que j’ai. Le Merveilleux. L’Unique.

J’ai envie de t’emmener sur ce chemin là avec moi, et aujourd’hui, je ne peux que te conseiller de faire le même exercice que celui que j’ai fait. Écris une lettre à ton corps. Remercie le pour ce qu’il t’apporte, et promets lui de l’aimer et de faire de lui, ton nouveau meilleur ami. Tu te disputeras peut-être avec lui, comme avec n’importe quel ami, il y a des jours où ce ne sera pas facile, tu ne voudras plus le voir, plus lui parler, mais tu finiras par comprendre qu’il te veut du bien, et que toi aussi, tu lui dois du bien.

Allez vient 2017. Allez vient mon corps, on va s’aimer !

on va s'aimer - aimer son corps
[ Isabel Allende – magazine Happinez ]

♥ ♥ ♥

 

Enregistrer

19 Replies to “On va s’aimer”

  1. Quel bel article ! Ce n’est pas simple au quotidien d’aimer son corps, je galère beaucoup personnellement ! Mais tes remarques sont intéressantes, je sais qu’il faut que je me réconcilie avec mon corps mais je ne sais pas trop par quel bout m’y prendre, ce n’est vraiment pas simple tant le complexe est enfoui et profond.
    Gros bisous à toi et passe de bonnes fêtes de fin d’année <3

    1. Sois tolérante envers ton corps, il fait ce qu’il peut.
      Essaye de te réconcilier avec lui oui 🙂
      Bonne année à toi !

  2. J’adore ! 🙂 Je devrais l’écrire, cette lettre… Et m’y tenir !

    1. Oh oui !
      Fais-le ! Ca fait beaucoup de bien 🙂

  3. Sommes-nous à 5 kilos du bonheur? Comme tu le dis si bien : NON. Malheureusement notre société nous faire croire le contraire en permanence parce des ‘gros’ marchés sont en jeu. On est plongés malgré nous sans une spirale infernale et permanente, qui finalement nous dévie de notre vrai chemin : celui de l’acceptation. Plus dur à dire qu’à faire, certes… Mais qu’est-ce que c’est chouette quand on a décidé de s’aimer. De mon côté, encore du boulot pour y arriver mais… Keep going ! On s’accroche.
    Bisous et passe de belles fêtes ! #QuandOdileSaccroche

    1. Il y a un livre comme ça, et je ne l’ai plus jamais retrouvé. Il s’appelle justement à 10 kilos du bonheur.
      C’est pas facile en effet de s’aimer et s’accepter, mais je pense qu’on a plus à gagner d’essayer ça, qu’un énième régime 🙂
      Comme tu dis, faut s’accrocher (essaye la lettre, ça aide bien).

      Bonne année !

  4. Très bonne idée la lettre à son corps!
    De mon côté, c’est le contraire, je suis en sous-poids depuis mon enfance et adolescente, je prenais des médocs qui avaient pour effet secondaire de donner faim. J’ai pris du poids, j’étais toute contente, puis, quelques années plus tard, j’ai perdu ce que j’avais pris.
    Depuis ce moment-là, j’ai décidé d’accepter mon corps comme il est, il prendra du poids quand il le voudra!
    Très intéressant le livre de Lise Bourbeau et ça me parle beaucoup cette notion de gros-mince corps et le fait de prendre sa place! Car en effet, je suis plutôt du genre à me cacher, comme si j’avais peur de prendre la place qui me revient pourtant de droit! Je vais rajouter cette peur à ma liste de blocages à travailler avec l’EFT!

    1. Ce serait intéressant en effet que tu lises Lise Bourbeau (les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même).
      Et puis, par rapport à ce que tu dis, ça me fait penser à un passage dans le secret (la loi de l’attraction)
      Quand on dit « je mange tout le temps et je ne prends pas un gramme » … Your wish is my command ! 🙂
      « Je ne mange rien et je grossis ! » … Your wish is my command.
      Est-ce que tout est dans la tête ?

      Bonne année à toi !

  5. Un article très touchant. Cette lettre c’est une belle déclaration d’amour à faire à son corps (donc à soi-même)

    1. Oui et c’est un bon exercice à faire 🙂

  6. Merci pour cette très belle première lecture de 2017. Que ça fait du bien !
    J’attends avec impatience tes prochains articles.
    Ton blog est parfait !! 🙂

    1. Avec grand plaisir.
      Les autres arriveront petit à petit, selon l’inspiration ! 🙂

  7. nathalietoutsimplement dit : Répondre

    Quel bel article… Bonne année à toi

    1. Merci.
      Bonne année à toi aussi !

  8. j’adore <3 <3 Merci bkp pour cet article

    1. Avec plaisir !

  9. Bonjour Odile, (« mettre une petite intonation guillerette » haha)
    Tes articles sont toujours si parlant, ils résonnent tellement souvent avec mes « interrogations » du moment que ça en devient parfois troublant Haha
    Je suis totalement d’accord avec toi, il faut s’accepter tel que l’on est, même si cela est fort difficile, je pense que accepter pleinement ce qui nous apparaît comme être des vilains petits défauts peut rendre une vie triste, aigrie, pleine de remords… tellement plus joyeuse et on deviendra dès lors, je crois, davantage reconnaissant de toutes les bonnes choses qui nous entouraient auparavant mais qui étaient dissimulées derrière cet épais nuage de désespoir…!
    J’ai tout de même une petite réserve (vraiment pas méchante ou quoi hein!) à propos du corps qui nous parle. Je ne suis pas forcément convaincue que tout ce qui se passe dans notre corps trouve nécessairement une explication psychologique, philosophique ou que sais-je d’autres… Par ailleurs, et ce n’est que mon opinion personnelle, je pense même que se concentrer sur ce que notre corps souhaite nous dire, nous révéler, sur notre style de vie, notre personnalité… peut parfois nous conduire à devenir des personnes quelque peu égocentrique car à toujours regarder notre nombril quand regardons-nous les autres? En tout cas ce n’est d’aucune manière un reproche pour ton article, je n’ai absolument pas un avis tranché, c’était simplement une petite interrogation. 🙂

    Je te souhaite une belle journée.
    Et une bonne continuation

    https://blogmadamecompliquee.wordpress.com/

    1. Je vois bien ce que tu veux dire. Je ne le prends pas mal du tout 🙂 Ici c’est libre et on peut discuter (cool, non ?)
      Effectivement tout est histoire de croyance, il ne faut pas virer hypocondriaque non plus, mais je pense sincèrement que le corps parle et annonce ce qui se passe dans la tête. On a d’ailleurs vu tellement de « miraculé » qui ont guéris par la force de leur esprit. Mais comme je dis, je pense que c’est une histoire de croyance, de foi, tout ça tout ça.
      Par contre je ne suis pas trop d’accord sur ta remarque concernant l’égocentrisme. Personnellement je pense que notre notion d’égoisme / égocentrisme est erronée. Ensuite, comment aider les autres si on n’est pas bien soi-même ? C’est quelque chose qu’on apprend en lisant les livres de développement personnel. La notion de responsabilité. Le bonheur commence par soi, et c’est important de « se regarder le nombril ». On pense à tort que c’est mal.
      Se regarder le nombril ne veut pas forcément dire, ne penser qu’à soi. Ca veut aussi dire, « penser à soi ». Tu vois la nuance ? 🙂

      1. Ca me rassure de savoir que tu ne l’aies pas mal pris et puis qu’on puisse ici discuter librement 🙂
        Peut-être. C’est une conception. Je ne réfute pas complètement cette idée du « corps qui parle » car je ne l’ai jamais expérimenté donc je ne peux pas réellement savoir mais je dois tout de même reconnaître que ce n’est pas un truc qui m’intéresse, pour le moment du moins…
        Sinon, concernant l’égocentrisme, loin de moi l’idée de te définir comme une telle personne! Vraiment aucunement!! J’espère réellement que tu ne t’es pas sentie blessée par mes propos hein! Je voulais simplement écrire que, d’après moi (et je peux me tromper bien sûre), il fallait tout de même trouver un certain équilibre au « penser à soi », ne pas tomber dans cet extrême « je pense à moi puis je verrai si j’ai du temps à consacrer aux autres après ». En relisant mon commentaire je reconnais que je n’ai pas bien préciser cela et que j’ai mal nuancé mon propos. Je ne voulais en aucun cas faire l’inquisition de ceux qui « se regardent le nombril » (car je dois bien dire que je le fais pour ma part aussi, parfois trop d’ailleurs…) mais je voulais tout même rajouter qu’il n’est pas forcément non plus bénéfique de tomber dans l’extrême à ne regarder qu’à soi. D’ailleurs je vois tout à fait la nuance que tu as apporter dans ta réponse.
        En tout cas je te remercie d’avoir pris le temps de me répondre.
        Je te souhaite un bon emménagement (j’ai lu ton dernier article Hihi)
        Peut-être à très vite, sous un nouvel article 🙂

        https://blogmadamecompliquee.wordpress.com/

Laisser un commentaire