Humeur

Comment mieux dépenser ?

8 mars 2017 by
Comment mieux dépenser son argent

J’ai déjà eu plusieurs fois cette conversation avec ma maman, ou avec mon homme. Comment mieux dépenser ? Cette conversation où l’on se lance à refaire le monde. Se dire qu’on devrait consommer mieux, acheter local, privilégier le petit boucher du coin plutôt que la viande grise des grandes surfaces. Quand on se dit qu’on devrait aller plus souvent au marché, acheter les fruits et les légumes pour la semaine. Manger mieux, manger bio. Qu’on devrait arrêter d’aller chez H&M, arrêter d’acheter Bengali. Quitte à payer la qualité, plutôt que la quantité. Le problème avec ce discours, c’est que je l’ai souvent trouvé bien hypocrite. Car qu’on se le dise, qui aujourd’hui peut mettre plus d’argent dans ses vêtements ? On nous habitue tellement aux promotions, aux soldes et aux codes promo qu’on ne sait plus dépenser prix plein. Moi la première. C’est vrai quand on y réfléchit : 3€ le tshirt chez Forever21. Moins cher que ton lunch à midi. Ça fait rêver, non ? Alors mieux dépenser, c’est bien joli, mais ça veut dire quoi au juste ?

Doit-on se remettre à faire nos vêtements nous-même ? Cultiver notre potager ? Se remettre au troc ou à la seconde main ? Ce sont des solutions, oui. Et pourtant aujourd’hui ce n’est pas toujours facile d’acheter local. D’où vient le cuir du petit artisan du fond de la rue ? Peut-on lui faire confiance ? Et puis, ne plus acheter Pakistanais ça voudrait dire supprimer des emplois là-bas, alors bon, on fait comment hein ?

Ce sont des questions auxquelles je réfléchis beaucoup en ce moment. On vit dans la société dans laquelle on vit et il est difficile de tout fuir, tout renier. Certains pour s’en sortir prônent le pro-véganisme, d’autre le pro-bio. Pourtant des catégories de tomates dites « bio » sont importées chez nous et viennent d’Espagne. Que fait-on de l’avion, du vieux camion et de l’essence qui les ont transportées ? Ils sont bio eux aussi ? Tu vois, ce qui me dérange avec tous ces discours, c’est qu’on doit tout remettre en question. Et quand je dis « tout » je pense à la chaîne de production. D’où vient le coton ? Comment a -t-il été cultivé ? Tu savais que lui aussi, c’était un OGM ? Doit-on parler de la problématique du cuir en Inde qui pollue les eaux du Gange ? Et le raisin là-bas dans le Lubéron, qui est bio, alors que le champ en face de lui ne l’est pas… Quand on sait que les voitures des habitants sont parfois recouvertes des sables du Sahara tellement le vent peut se montrer puissant, on fait quoi des particules de pesticides présentes dans l’air ?

Il est difficile de revenir en arrière, car une bonne partie de la production mondiale est à revoir. Tant au niveau de la chaîne d’alimentation, qu’au niveau des produits textiles… Et ne parlons même pas de l’affaire Foxcom…

minimalisme consommer mieux

Au-delà des scandales liés à la production, je pense que c’est avant tout à nous de changer notre manière d’acheter. Et par là, je ne veux pas forcément dire « apprendre à lire les étiquettes » ou « acheter plus cher ». Mais plutôt se poser la question : « Est-ce que j’en ai vraiment besoin ?« . Ce vernis-là, à 2,49€, est-ce que je vais vraiment l’utiliser ? Est-ce qu’acheter plein de vêtements pas chers va me rendre plus riche ? Mes armoires doivent-elles être pleines à craquer de nourriture ? Mais surtout prendre le temps de se demander, c’est quoi, finalement, « être riche » ?

On nous a habitués à vouloir du choix, du neuf, du changement. Vite. Maintenant. Tout de suite. Nos iPhones sont démodés après 1 an. 1 an ! Quand on pense que quand j’avais 15 ans (et ce n’était pas il y a si longtemps) cela n’existait même pas et qu’on faisait sans ! Est-ce que je vais réellement relire ce livre ? Oui ? Combien de fois ? Est-ce que j’ai besoin d’avoir les 4 palettes Naked ? Est-ce que je ne saurai pas réparer cette machine cassée ? Ou revendre ce sac avant de le jeter ?

Penser à l’économie, aux conditions de travail, à l’éthique, c’est une chose. Et entendons-nous bien, c’est une chose merveilleuse. Mais ne faudrait-il pas déjà réduire notre taux de consommation avant ? Le samedi, plutôt que d’aller lécher les vitrines, où attendre les soldes pour vite dépenser notre salaire, on pourrait, je ne sais pas moi, passer du temps avec nos proches ? Regarder un bon film ? Aller bruncher avec des copines ? Au lieu de dépenser tout notre argent pour vivre dans une « abondance matérielle »…

Mieux dépenser, c’est aussi investir dans des formations : ce cours d’aquarelle qui nous fait envie depuis si longtemps. Cet atelier maquillage qu’on rêve de faire. Apprendre une langue, participer à un cours de photo, s’inscrire à un cours de danse. De quoi va-t-on se souvenir dans 50 ans quand on sera vieux ? De cette jolie petite robe qui nous faisait de l’oeil depuis la vitrine ? Où de cette belle après-midi en famille à manger du gâteau fait-maison ? A-t-on vraiment besoin de toutes ces choses ? De ces collections ? De plus, toujours plus ?

Mieux dépenser, c’est conscientiser l’argent que nous allons dépenser. Profiter des choses que nous avons déjà. Faire preuve de créativité en leur trouvant une nouvelle utilité. Ou simplement se demander : « Est-ce qu’avoir plus, va m’amener plus de joie dans ma vie, et à long terme ? Est-ce qu’avoir cet objet, précisément, va me procurer tant de bonheur ?  »

Simplifier sa vie

Depuis un moment déjà, je n’achète que les vêtements qui me donnent envie de faire un petit pas de danse. J’avais lu ça dans un livre. Livre que j’ai savouré et que pourtant, j’ai donné il y a bien longtemps déjà. Je veux que chaque chose ait une histoire, mais surtout, je ne veux pas que les choses me possèdent. Être définie par un achat, un objet. Ce qui fait que je suis, celle que je suis, ce n’est pas cette paire de chaussures que j’ai achetée juste parce qu’elle était à moitié prix, mais les expériences que j’ai vécues. Les gens que j’ai rencontrés. Les liens que j’ai tissés. Les souvenirs que j’ai créés. Et ceux-là, bio ou pas, ils sont bien à moi !

♥ ♥ ♥

Enregistrer

Enregistrer

Article précédent Article suivant

Articles similaires

13 commentaires

  • Répondre Blog du Dimanche 9 mars 2017 à 10 h 26 min

    Excellent billet !! Merci beaucoup pour ce partage de réflexions !
    Je suis à fond dans le sujet moi aussi !

    • Répondre odilesacoche 26 mars 2017 à 17 h 36 min

      Oui on dirait qu’on est sur la même longueur d’onde 🙂

  • Répondre Juliette 9 mars 2017 à 11 h 37 min

    Hello hello 🙂

    Je réfléchis pas mal au sujet ces derniers temps. Depuis que j’ai créé mon blog en fait. Je me suis rendue compte que tout pouvait vite devenir incontrôlable. L’envie de toujours plus, de toujours mieux. L’achat compulsif. Parfois je n’arrive pas à me contenir, mais parfois j’y arrive et ce sont toutes ces petites victoires que je compte en essayant de ne pas me juger pour mes faiblesses. Le chemin est long, c’est ce dont j’ai le plus conscience.

    Bon, j’ai encore deux/trois rouges à lèvres à swatcher pour mon futur article (ahah) mais bonne journée !
    A bientôt 🙂

    • Répondre odilesacoche 26 mars 2017 à 17 h 37 min

      C’est pareil que pour toi, plus je blogue et plus j’ai envie de plein de trucs. On est finalement constamment en contact avec la tentation et les jolies images qui donnent envie.

      Bon swatch ! 😀 (haha)

  • Répondre maman est occupée 9 mars 2017 à 15 h 32 min

    J’ai adopté une technique depuis quelques temps pour réduire ma fièvre du shopping, partant du constat que je ne porte pas le 10ème de ce qui se trouve dans mes placards : avant d’acheter quoi que ce soit, je me donne un temps de réflexion d’au moins une journée avant d’acheter l’article en question. En règle générale, je finis par ne rien acheter car je n’y pense même plus !

    • Répondre odilesacoche 26 mars 2017 à 17 h 38 min

      C’est une bonne idée la réflexion.
      J’essaye de faire ça aussi mais parfois la réflexion tourne à l’obession 😀
      (mais siiiiiiii j’ai très envie de cette chose !! Mais siiiiii j’en ai besoin!!!! 😀 )

  • Répondre prettylittletruth 9 mars 2017 à 15 h 42 min

    Completement d’accord qu’il faut vraiment repenser notre consommation pour depenser moins et mieux. J’essaye au maximum de le faire en privilegiant des produits de saison et locaux, et me posant la question « ai-je-vraiment besoin de ca? » avant tout achat. La plupart du temps la reponse est non 🙂

  • Répondre Cleo 9 mars 2017 à 16 h 19 min

    Hello Odile,

    J’ai lu avec attention ton article et je partage tout à fait ton opinion. Je suis de ceux qui se posent la question avant d’acheter : « est-ce indispensable ? » « Quelle est ma véritable motivation ? » « Cet achat s’inscrit-il dans le temps ? » « Quel genre d’entreprise j’encourage ? ». Bref ! Et j’ai aussi appris depuis un moment à acheter malin pour limiter cette sensation de « se faire avoir ». Est-ce que tu connais iGraal ? C’est devenu mon nouveau réflexe. En clair, j’achète (en mode réflexion) mais je me fais rembourser une partie de mon achat. J’aime bien 🙂 Au cas où ça t’intéresse : http://comme-un-poisson-dans-leau.fr/economiser-produit-beaute/

    • Répondre odilesacoche 26 mars 2017 à 17 h 39 min

      Oui je connais iGraal, mais pour le coup je ne pense pas qu’il m’aide
      On a souvent tendance à plus acheter car « ristourne » ou « moins cher » 😉

  • Répondre Elisa 10 mars 2017 à 15 h 43 min

    Hey,
    Merci pour cet article si inspirant, qui nous pousse à réfléchir à la manière dont nous consommons au quotidien.
    Je n’ai jamais été une grande dépensière (excepté pour les livres !), mais pour autant, avant d’acheter quoi que ce soit, je me demande si j’en ai véritablement besoin et si cet « objet » va m’apporter de la joie sur le moyen ou long terme. En ce qui concerne les livres, je me dis que je devrais aller à la bibliothèque, mais je suis encore bien trop souvent séduite par quelques nouveautés… Bref, chacun suit son propre chemin, sa propre réflexion et fait de son mieux, j’imagine. C’est un sujet si vaste ! Merci de l’avoir traité et de provoquer chez nous des réactions qui, j’en suis certaine, vont faire avancer nos réflexions 🙂

    • Répondre odilesacoche 26 mars 2017 à 17 h 40 min

      J’allais à la bibliothèque aussi avant.
      Entre temps j’ai acheté une Kobo. Je n’achète plus que les « beaux livres » ceux qui se regardent
      Mais très peu, comparé à avant !

  • Répondre Serena 10 mars 2017 à 21 h 05 min

    Coucou,
    Quel joli billet ! J’ai adoré, c’était vraiment intéressant à lire et ça fait réfléchir 🙂
    J’essaie de consommer mieux progressivement mais ce n’est pas toujours facile car parfois je suis influencée je le reconnais^^ Comment se dire qu’on en a pas besoin, que ça ne fait pas si plaisir que ça, quand on a l’impression qu’il nous le faut ?^^
    Gros bisous à toi 🙂

    • Répondre odilesacoche 26 mars 2017 à 17 h 41 min

      Il faut trouver un juste milieu.
      Se faire plaisir ça peut-être en achetant quelque chose, mais faut bien se demander si c’est pas pour combler un manque. Souvent on achète quand on est triste, on se sent mieux mais que temporairement 😉

    Laisser un commentaire