Quand mes idées me paralysent

carnet de note idées

J’ai plein d’idées. En fait… J’ai même trop d’idées. Et je ne sais jamais quoi en faire. Alors je les donne à gauche, à droite. « Tu devrais faire ça, ce serait génial ! Oh, regarde ce que j’ai trouvé sur Pinterest, je te verrais bien faire ça ! « . En vérité, ce sont toutes des choses que j’ai envie de faire, et que je ne ferai jamais. Souvent, je développe mes idées. Je les développe vraiment bien. Je les note dans un carnet. Pendant des jours je les élabore dans ma tête, j’imagine un plan d’action. Quand je vois une vidéo que je voudrais faire, je m’imagine en train de la tourner. Mais quand arrive le moment de le faire, je me débine : « Non je n’y arriverai pas. Toute façon, je n’ai pas le matos. Puis la lumière… Ah ! La lumièèèèèère ! Ca me prendra trop de temps de toute façon, et je suis sûre que ce ne sera pas aussi bien que machin. Bon tant pis, je ferai ça une autre fois « . Et voilà comment, quelques mois plus tard, je refile cette idée magique à quelqu’un d’autre et que pendant des mois je ne publie rien nulle part.

Pour le blog par exemple, je me vois faire des choses grandioses. Telles que :

  • t’écrire une newsletter motivante hebdomadaire
  • faire des vidéos douces et inspirantes avec des jolies images (j’en ai une en tête où je me vois me faire du café, avec le liquide chaud et fumant qui coulerait dans la tasse, avec une musique Indie et le bruit de la barista dans le fond… Quelque chose de doux et de cocoon, on y sentirait presque l’odeur du café à travers l’écran)
  • des articles avec des infographies de fou
  • reprendre un carnet de dessin et griffonner pour en faire des articles visuels (de l’aquarelle, du crayon, des instants de vie)
  • continuer mon montage Instagram, justement avec tous mes gribouillages
  • créer un blog inspirant et créatif, comme le magazine Respire (ou le magazine Flow), quelque chose d’imparfait
  • animer ma page Facebook
  • je t’ai déjà parlé de la newsletter ?
  • créer un challenge de gratitude ou un challenge pour se sentir bien
  • écrire un mois entier de contenu, soit 31 articles
  • reprendre les podcasts que j’avais pris tant de plaisir à faire
  • te donner plein de bon conseils pour mieux bloguer, et pour t’aider à monter tes projets, te sentir heureux, épanoui
  • t’encourager à vivre tes rêves…

Tu vois, j’ai plein d’idées. J’ai même des planches Pinterest de fou, où je garde précieusement, et secrètement, toutes ces idées. Mais maintenant que je les écris, je me dis « ridicule « . Alors même que j’écris cet article, je me dis « ridicule « . Je ne sais pas par où commencer, quoi faire. Je me sens comme paralysée. Et c’est bien ça le problème. J’ai envie de faire un milliard de trucs, que je ne fais pas. Je lis un super magazine en me disant « ce serait génial ça, sur le blog » et je n’en fais rien. Je vois des contenus sur des blogs anglais et je me dis que ce serait TELLEMENT génial de pouvoir te les traduire. Je lis en fait un tas de contenus géniaux qui vaudraient la peine d’être partagés, vus, lus et revus. Mais je laisse dormir mes idées, et je les donne à quelqu’un d’autre, qui les réalisera très certainement mieux que moi. Pas vrai que je suis généreuse ? Quelque chose bloque. Impossible de savoir quoi. Est-ce Martha Stewart qui me susurre des mots à l’oreille ? Qui m’empêche de faire toutes ces choses ? Est-ce la comparaison ? Est-ce la trouille ?

blog belge humeur lifestyle

La trouille. Ouais, ça doit être ça. La peur. Les choquottes. La frousse.

Et si on me critiquait ? Et si plus personne ne me lisait ? Et si tout le monde fuyait ? Et si on me comparait en me disant que truc est mieux ? Et si je n’y arrivais pas ? Et si le contenu n’était pas à la hauteur de mes espérances ? Et puis de toute façon, qui suis-je pour prétendre à un contenu de qualité qui va révolutionner le monde ? Oh oui, j’ai peur, comment m’y prendre ? Par où commencer ? Suis-je si inspirante ?

Puis franchement, ça prend bien trop de temps tout ça. Je n’ai aucune patience. Je le sais, que Mozart travaillait d’arrache-pied. Mais nous, là, on est tous bien trop fatigués. On doit tout mener de front, ce n’est pas pour en plus s’enquiquiner avec des TO DO list longue comme notre bras. On travaille a temps plein, où c’est qu’on trouvera encore le temps d’écrire, de dessiner, de créer ? A 17h quand il fait noir ? Ouais, ouais, y a qu’à acheter des lampes, acheter, acheter, acheter. Ca coûte cher d’être blogueuse. Tout ça pour quoi, hein ? Où est-ce que ça va nous mener ? Est-ce que ça en vaut vraiment la peine ?

C’est comme ça, que je ferme la porte. Je ferme les volets. Je tire les rideaux. Je coupe tout. Et je me mets devant Netflix. Mon meilleur ami.

Comme je le dis souvent, si on ne fait rien, on ne fait pas d’erreur, et si on ne fait pas d’erreur pas d’échec ou de mauvaise surprise. La vie est facile, non ?

Mon petit doigt me dit que tu te reconnais dans tout ça. Que ce que je me dis, tu te le dis aussi. Qu’on est quand même bien mieux sous son plaid à faire du binge watching de série, plutôt que de s’occuper à un projet qui nous tient à coeur et qui demande toute notre énergie. Puis quand on a trop d’idées, trop de choix, mieux vaut ne rien faire et ne pas choisir, comme ça, on ne sera pas déçu. Pas vrai ?

Mais… Et si on s’encourageait plutôt ? Et si on se donnait une bonne petite, tape dans le dos ? Allez, tu peux le faire ! Si j’étais ma propre meilleure amie, je me dirais : « Note tes idées, choisis en une, coupe la en petits morceaux, ne te mets pas de pression, fais le parce que tu as envie, pas pour ce qu’on dira, ne te laisse pas paralyser par tes peurs, par le temps, par les autres, par Martha Stewart. Coupe tes écrans et fais-le. Juste, fais-le. Même 10 minutes. Fais-le pour ne jamais regretter de ne pas l’avoir fait quand tu pouvais encore le faire, car qui sait de quoi demain sera fait ?  »

Ce serait peut-être une bonne idée d’écouter notre meilleure amie, tu ne crois pas ? Alors faisons-le !

Allons-y. Ensemble. Main dans la main. Juste un petit pas.

Va chercher une feuille, un stylo (un carnet ou Evernote), et notes tes idées. C’est la première, la toute première étape, elle ne prendra que 10 minutes (ou plus si tu te laisses aller… Vas-y laisse toi aller). Ne te bride pas. Et pour la suite ? Écoute ta propre meilleure amie, celle que tu essayes d’étouffer et qui est tout au fond de toi. Elle te guidera pour la suite. En cas de doute, écris-moi un mail. On sait jamais, peut-être que ça peut fonctionner ?

Courage, tu peux le faire. Je peux le faire. Ensemble, on peut le faire !

Enregistrer

Enregistrer

19 Replies to “Quand mes idées me paralysent”

  1. Au début, je souriais, je me disais « oh bah c’est dommage qu’elle ne fasse pas tout ça, ça a l’air trop bien ses idées!! » Et puis quand tu écris « tu te reconnais dans ce que je dis hein? », j’ai arrêté de sourire. Parce que merde, t’as raison…
    Et puis quand ta meilleure amie a commencé à parler, j’ai souris, parce que j’avais envie de te dire la même chose.

    Alors je crois que t’as raison. Une idée à la fois, sans viser la perfection, mais juste oser. Se donner le droit de se tromper.
    Tient, une personne hyper inspirante pour moi là dedans, c’est ma chef rédac’, chez Les Lubies de Roxy le Mag (lldrlemag.fr si jamais…). Elle ose tout. Si elle se plante, tant pis, au moins elle a essayé. Et putin qu’est ce qu’elle a raison !!

    1. Merci pour ton commentaire.
      Tu as raison, faut que je me lance. Fini les excuses, si je n’essaye pas, je ne saurai jamais. Et puis si je me plante, ben je me plante.
      Merci !!

  2. C est exactement cela « tu te reconnais dans ce que je dis »
    Moi aussi j ai la trouille, mais le probleme c est que je n arrive pas à articuler mes pensées correctement pour faire ressortir une idée.. celles qui te fait avancer, sortir de ta zone de confort, celle qui te fait exister quoi!
    J’aime tjs autant tes articles odile 🙂

    1. On est nombreuse à avoir la trouille. Et pourquoi finalement ? C’est bien de reconnaitre ses petites voix et d’essayer de les faire taire.

      Pour t’aider, pourquoi n’essayes-tu pas un petit carnet ? Ou le mind mapping pour décortiquer tes idées ?

  3. Celui qui ne fait rien, ne se trompe jamais ….. fait le tri de tes bonnes idées et fonce .
    Amicalement et bisous

    1. C’est vrai.
      Merci beaucoup

  4. Je crois effectivement que nous sommes nombreux.ses dans ce cas… Pour ma part je rêve de lancer mon podcast depuis des mois mais je me bloque au fait que je ne sache pas du tout comment m’y prendre pour intégrer l’audio à mon blog et mettre tout cela en ligne. Du coup je procrastine, alors même que j’y pense tous les jours…
    Je ne suis pas sûre que ce soit de la peur, plus un manque de temps et une flemme aiguë qui nous accroche à notre zone de confort.
    Je suis néanmoins certaine que je finirai par me lancer car chaque jour je fais un petit pas pour essayer de comprendre comment tout cela fonctionne.
    C’est un très bel article en tout cas.
    Bisous ma belle,
    Pêche
    https://pecheneglantine.fr

    1. Pour le podcast, tu verras c’est tout simple. C’est un média comme un autre. Si tu as besoin de conseils, n’hésite pas ! A l’époque je faisais bêtement les miens sur mon iPhone 🙂 Je n’ai jamais réussi à les mettre sur itunes, mais j’avais trouvé plein de tuto pr pouvoir les intégrer au blog.

      Allez première étape : enregistre le premier !! Go go go

  5. En effet te lisant je me sens moins seule. Le trop de choix, le trop d’idées clairement un nouveau mal qui atteint beaucoup d’entre nous ! Alors comme toi, je découpe en étape et essaie d’avancer pas à pas. Pour le blog, je suis encore loin du défi des 31 articles (oui, j’ai aussi eu cette envie) mais j’ai réussi à finalement programmer mes 10 prochains articles, 10 articles 2 fois par semaine, déjà près soit tout le mois de novembre. Et c’est déjà une grande victoire pour qui d’habitude faisait tout à la dernière minute sur le blog !

    1. Waw ! 10 articles ! C’est canon !
      Bravo bravo, tu peux être fière de toi !!

  6. Chère Odile, je crois qu’il faut rajouter également un facteur à cela c’est le manque de temps. Le manque de temps couplé à notre hyper-activité débordante et stimulée par les nombreuses sollicitations externes et bah on se dit mince, je suis nulle, je n’arrive à me lancer dans rien parce-qu’au fond on voudrait se lancer dans tout !
    J’étais un peu dans ce cas-là il y a peu en multipliant les formations en même temps, en avalant tout et au final j’avais l’impression de rien faire bien…..Maintenant 1 chose à la fois ! On prend le papier, on écrit ce qu’on veut et on sort pas du chemin….
    Finalement c’est jouable 😉

    1. Oui je le mentionne brièvement. Le temps manque. Ceci étant dit, je pense qu’on peut se trouver 10 min par jour à caser à gauche à droite : se lever 10min plus tôt, prendre 10min de moins à sa pause lunch, bloguer dans les transports sur son téléphone via Evernote, ou… au petit coin 😉
      Un petit pas devant l’autre 🙂

  7. Ah Odile ! Mais où est donc passé ta confiance en toi ? Pourtant tu devrais avoir confiance en toi car oui tu es une blogueuse influente (même si tu dis toujours le contraire dans tes articles : parce que tu es trop dure avec toi même). Cesses donc de penser à ce que va penser untel ou untel, depuis bien longtemps que je te suit ce n’est pas la première fois que tu dis te comparer toujours aux autres etc… Laisse un peu de côté Marta Stewart 😉 Je me souviens de cet article ou tu avais décidé de ne plus y faire attention, tu en avais assez de te comparer avec les Instagram et blogs des « autres » alors fais le ! Et réalises toutes ces choses dont tu parles, tu ne le fera pas mieux que les autres ni moins bien, tu le fera et ce sera toi 😉

    1. Oui tu as raison. Enfin… En partie 😀
      C’est vrai que je laisse trop parler Martha Stewart, ça doit changer !
      Comme tu dis, je le ferai, et ce sera moi.

  8. Les journées sont malheureusement trop courtes pour pouvoir ne serait-ce réaliser que la moitié des idées qui nous trottent par la tête…et encore moins quand il faut s’occuper d’une série de bambins à la maison…

    1. Oui c’est vrai. Comme dis plus haut, le temps est difficile à prendre. Je n’ai pas d’enfant, donc je ne connais pas le chamboulement que ça peut-être, et je saurai difficilement conseiller. Mais comme je le dis plus haut aussi, peut-être as-tu 10 minutes ici, ou 10 minutes là ? Pour tenir un carnet, un journal, une appli ? Courage à toi !

  9. Je suis à la fois super rassurée par ton article, et en même temps ça me mine un peu le moral !
    Pour le coup, je me reconnais à 3000% dans ce que tu viens d’écrire, cela en est même troublant ! C’est quand même dingue que l’on soit tant à ressentir ça !
    Parfois, j’ai tellement d’idées qu’il a une sorte de brouhaha dans ma tête, ça grouille de partout et que je n’arrive pas à me concentrer sur une tâche. Et puis nous sommes sollicitées de partout, il y a de l’inspiration qui se cache partout… Ajoutons à cela un petit manque de confiance en soi, la frustration de voir tous les autres avancer, la déception de voir que toi tu es restée plus ou moins au même stade, l’exigence de vouloir que tout soit parfait tout de suite… Eh bien je fais exactement comme toi, du coup je ne fais rien !
    En tout cas c’est un super article, ton blog est une jolie découverte 🙂

    Je te souhaite une belle soirée,
    Nastasia

    1. Je voulais simplement te remercier pour ton commentaire car il m’a inspiré un article (que je publierai mardi).
      Du coup, tu verras, il sera un peu ma réponse. Et j’espère que ça te rassurera.

      <3

      1. J’ai hâte de lire cela alors 🙂
        Belle journée <3

Laisser un commentaire