Notre âme est une jolie plante

article développement personnel plante

Il y a une métaphore que j’aime beaucoup dans le développement personnel, c’est celle de la plante, du jardin. Plusieurs fois, j’ai lu qu’une relation était comme un jardin qu’il fallait entretenir, avec son lot de mauvaises herbes et de jolies fleurs. Que notre âme était une plante qu’il fallait arroser, soigner, chérir. Récemment, je suis tombée nez à nez avec d’autres jolies métaphores. L’une d’elles concernait les relations amoureuses et disait que l’amour était comme une plante dans notre appartement. Si on oubliait de l’arroser un jour, la plante survivra. Que ce n’était pas d’oublier de l’arroser ponctuellement qui pouvait la tuer, mais d’oublier de l’arroser chaque jour, sur du long terme. Cette métaphore, tirée du spectacle Mars et Venus 2, voulait dire qu’aucun Amour avec un grand A ne pouvait survivre au quotidien s’il n’était pas nourri de plein de petits actes d’amour avec des petits a. J’ai trouvé ça joli.

Dans son roman « Les mots entre mes mains« , Guinevere Glasfurd dit que « même s’il gèle la terre à pierre fendre, l’hiver ne peut empêcher la venue du printemps« . Une autre métaphore pour dire que la nature a besoin de l’hiver pour se ressourcer sous terre. On croit que tout est mort, mais sous terre se déroule un vrai ballet. Ce qui veut dire que, quoi qu’il arrive le printemps viendra toujours. Où plus populairement qu’après la pluie, vient le beau temps… Qu’un ciel sans nuage cela n’existe pas.

Mais la métaphore qui m’a le plus émue et touchée récemment est celle des racines. Lorsque l’on plante une fleur en pot, on ne vient pas chaque jour retourner sa terre et vérifier ses racines pour voir si elle pousse. Il faut l’arroser avec amour et attendre avec patience son premier bourgeon. Si cette métaphore résonne particulièrement en moi, c’est parce que je pense que j’ai un peu trop tripoté mes racines ces dernières années. J’ai passé beaucoup de temps à retourner la terre pour vérifier que je poussais bien. Que je me dirigeais bien sur le chemin du bonheur. Que je ne me trompais pas et ce, pour être sûre d’être heureuse. Parce qu’être heureux, c’est important. C’est ce qu’on nous dit chaque jour. Il faut être heureux. À tel point que si l’on ne l’est pas, on se culpabilise.

être plus heureux zen epanoui

Et c’est d’ailleurs comme ça que pour moi tout a commencé. Je n’étais pas heureuse. Et puis surtout j’étais fauchée. Alors plutôt que d’aller voir un psy, j’ai commencé à lire des livres de développement personnel. C’était en 2008. Je découvrais « le Secret« . Ce livre a littéralement bouleversé ma vie. À cette époque, le développement personnel faisait rage aux Etats-Unis mais était encore timide en Europe. Je me rappelle avoir passé des après-midis au rayon psychologie de la bibliothèque afin de trouver le Savoir. Avec un grand S. Oui. Celui-là. En vérité, je cherchais la paix, dans quelques pages beiges et beaucoup d’encre. Depuis, j’en ai lu des livres. J’en ai écrit des carnets de gratitude, fait des collages de « vision board », été à des séminaires, rencontré des gourous. J’ai essayé toutes les méthodes possibles et inimaginables : réciter des affirmations, me lever à 5h du matin parce que « Miracle Morning« , méditer, faire de la marche en pleine conscience,… Et oui, je dois le dire, beaucoup de ces trucs fonctionnent. Beaucoup de ces choses apaisent, remontent le moral, aident à aller de l’avant. Mais ce que j’ai surtout fait, pendant toutes ces années, c’est me triturer les méninges. Me faire des nœuds. Des spaghettis. Laisser mon araignée tisser sa toile. Et je peux te dire qu’il y en a du bazar là-haut. Il est temps de tout dépoussiérer.

Cette année, j’ai découvert le minimalisme. Je ne me considère pas comme une minimaliste, mais j’ai appris tout ce concept de « slow living » et je pense que j’en avais grandement besoin. Chill. Respire. Zen. Vivons lentement. Vivons avec le minimum, entourons-nous de choses et de personnes qui nous font du bien. Peu, mais mieux. Privilégions la qualité, plutôt que la quantité. Posons-nous les questions : « Est-ce que ceci me rend heureux ou est-ce que j’ai besoin de cela« . Ce qui en résulte c’est que le minimalisme va bien au-delà de notre maison, de nos collections, de nos objets. Il s’agit aussi de notre esprit. Le désencombrement, ce n’est pas juste se délester de quelques vieux objets qui ne nous servent plus. C’est se délester de vieilles idées, de relations toxiques, de vieux schémas, de toutes ces choses qui ne font pas de nous des personnes plus épanouies.

Le développement personnel m’a énormément aidée. Énormément. Cela m’a ouvert l’esprit. M’a permis de me construire de meilleures habitudes, plus saines. D’être plus douce avec moi-même, mais aussi avec ceux qui m’entourent. Être plus patiente, plus tolérante, plus sage. Mais je pense que je suis arrivée à un stade où j’ai besoin d’agir. De faire. Et surtout, de me laisser faire. Sans tout jauger, juger, réfléchir, mijoter, planifier. Vivre sans vouloir « réussir ma vie ». Parce que finalement, qu’est-ce que ça veut dire, réussir sa vie ? Qui décide de tout ça, si ce n’est, nous-même ?

Alors n’oublie pas que comme moi, ton âme est une jolie plante. Tu dois arrêter de retourner sa terre pour voir l’état de ses racines. Prends simplement soin d’elle : arrose-là et puis agis ! C’est important d’agir. N’aie pas peur de l’échec. Car tu sais, même une plante peut-être changée de pot, replantée dans un autre jardin, et pousser à nouveau.

blog lifestyle humeur développement personnel

14 Replies to “Notre âme est une jolie plante”

  1. Très bel article, j’aime toute la bienveillance qui s’en dégage ♥ Lorsque j’avais découvert la métaphore des racines, l’invisible qui est bien là et qui se développe sous terre jusqu’au jour où ça devient visible, cela m’avait fait beaucoup de bien. J’aime beaucoup cette idée de pouvoir changer de pot, dans ta phrase de conclusion ; je trouve que c’est une pensée qui allège 🙂

  2. Tu me fais du bien Odile sacoche. Loin derrière toi j’emprunte ce chemin. Merci de me faire espérer des jours meilleurs. Ce texte tombe à pic.
    Je te remercie chaleureusement et t’encourage à continuer ce partage.

  3. Bravo pour ton joli texte….C’est toujours un plaisir de te lire sur ce genre de sujet.
    Bises

  4. Je m’intéresse de plus en plus au développement personnel et tu me donne encore plus envie de m’y mettre ! Merci <3

    1. Si tu as besoin d’idées lectures ou vidéo, n’hésite pas !

  5. Confucius( 551-479 av jc) : « Le sage donne tous soins à la racine ».
    « L’ expérience est une bougie qui n’éclaire que celui qui la porte ».

  6. J’adore tes articles Odile ! C’est dingue je ne peux jamais m’empecher de te laisser un commentaire. C’est joliment dit tout ça, cependant je pense que nous sommes tous de sacrés insatisfaits dans le fond, le bonheur n’existe pas, je dis qu’il n’existe pas car pour moi on est heureux a un instant T et même si un jour on croit « atteindre le bonheur » au final on en voudra toujours plus, il faudrait que l’etre humain apprenne à se satisfaire des choses simples, ce que tu tente de faire et ce que nous devrions sûrement tous faire..

    1. Et ça me fait toujours plaisir de voir qu’on me laisse des commentaires. Même si je ne réponds pas toujours (parce que je suis souvent gênée de dire simplement « merci <3" ).

  7. wahou merci pour ce partage! il me parle beaucoup! et oui lacher prise des fois ça fait du bien!

  8. hello, disons que moi aussi le livre « le secret » m’a beaucoup plu et j’ai fais pas mal de choses pour me sentir bien dans mon corps et le développement personnel je m’y intéresse beaucoup, seulement le minimalisme je n’ai pas encore essayer, en lisant ton article, ça m’a donné envie du coup je vais essayer de le mettre en place ! merci pour ton partage toujours aussi inspirant, Xx

  9. Qu’est ce que c’est beau et que ça résonne en moi !
    J’ai aussi découvert le développement personnel pour me donner des objectifs, ça a rendu ma vie bien plus belle ces dernières années, mais j’ai très vite découvert aussi la spiritualité. Un domaine qui invite à la contemplation, à la gratitude, à l’amour… Etre plutôt que faire.
    Je crois que cette année, j’ai aussi besoin de me laisser vivre. Le développement personnel ne devrait pas être un moyen d’être toujours plus dur avec soi.
    J’aime cette métaphore des racines, je la garde dans un coin de ma tête. Merci follement.
    Merveilleuse année à toi !

  10. J’aime beaucoup cet article. J’ai découvert ton blog et j’adore la façon dont tu écris. Le développement personnel est un sujet que j’aime beaucoup. Et oui  » vivons avec le minimum » …

  11. C’est très beau tout ça ! C’est un sujet qui m’intéresse également surtout depuis que j’ai fait de l’anxiété, je ne connaissais pas trop le minimalisme mais ça sonne bien et me parait vrai tout ce que tu dis donc je vais + m’y pencher !

  12. Merci à toutes pur vos gentils commentaires <3

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.