Opération zéro déchet, épisode 1

steve-johnson-544215-unsplash

Comme tu le sais (parce que je radote comme une grand-mère), depuis désormais un an, je m’intéresse au minimalisme. Je te le disais dans un de mes articles, j’ai même pensé tout bazarder pour partir vivre dans une Tiny House. Et puis j’ai eu un déclic. Le déclic que je ne suis pas prête pour cette vie-là. Du moins, pas complètement. Et même si cette vie faite de simplicité et de frugalité me fait parfois encore rêver (qui ne rêve pas de partir faire le tour du monde en caravane ?), j’ai essayé de penser à ma vie autrement. C’est en regardant la série de reportage « Blue Planet II » de la BBC, que je me suis dit qu’il était possible de faire quelque chose, sans partir vivre dans la pampa. Je me suis alors demandé : « Que puis-je ajouter / changer / adapter dans mon quotidien pour lui apporter du minimalisme, de la simplicité, et un brin de conscience ?« . J’ai alors commencé à m’intéresser au mouvement du zéro déchet. Voir Blue Planet, et ces morses sur la banquise, qui n’ont pas assez de glace pour survivre à cause de nous, hommes égoïstes, ça m’a fait du mal. Et même si je ne peux pas changer le monde, je peux changer mon monde, et contribuer à ma façon.

scott-van-hoy-591000-unsplash

Un soir, j’ai donc commandé le livre « biblique » de Bea Johnson, mangé toutes les vidéos possibles et inimaginables sur le sujet sur YouTube et sorti mon petit carnet pour élaborer un plan. L’opération zéro déchet.

J’ai conscience que je ne peux pas tout changer du jour au lendemain, et il y a certaines pratiques auquelles je n’adhère pas. Comme celle de jeter tout ce qu’on a qui est en plastique. Je pars du principe que si ce n’est pas cassé et qu’on peut encore l’utiliser, pourquoi le jeter pour racheter ? A mon sens cela encourage la (sur)consommation. Mais ! Il y a plein de petites choses que je peux faire. Voici mon plan d’attaque :

  • Privilégier le seconde main : depuis que j’ai acheté ma maison, je dois revoir mes finances et il n’est pas possible pour le moment d’investir des marques de mode éthiques. Je suis aussi enceinte et je trouve que continuer à faire circuler ce qu’il y a sur le marché plutôt que de produire du neuf est une excellente alternative (et je peux te dire qu’on trouve PLEIN de choses).
  • Ramener mon propre mug chez ma petite madame café (qui fait des lattés extras). Je n’avais pas de mug à la bonne taille, j’en ai acheté un en bambou recyclable, lavable en machine. Ceci étant dit, depuis que je suis enceinte le café me dégoutte assez bien, je ne bois plus que du latté de temps en temps.
  • Eviter de racheter du plastique : je ne veux pas jeter tout ce que j’ai, mais je peux contribuer à ne pas en acheter plus.
  • Vider mon frigo / mes placards et ne pas racheter de produits emballés (gaufres, biscuits, légumes,…)
  • Privilégier les emballages papier/ carton et verres (yaourt dans du verre, légumes en bocal au lieu de conserve,…)
  • Faire moi-même mes « goûters » et essayer de faire moi-même le plus possible (biscuits, cookies, muffins, compote, plat du midi,…). Il y a d’ailleurs plein d’astuce de conservation (personnellement, je surgèle ma pâte à cookies).
  • Réutiliser mes anciennes rideaux en voile de coton et en faire des sacs à vracs pour y contenir mes légumes et fruits en vracs du magasin. Par conséquent, coudre mes petits sacs (j’ai fait des cours de couture et j’ai une machine, il est donc temps de m’y remettre)
  • Faire mon spray entretien maison plutôt que de l’Antikal qui est très nocif (spray maison à base de bicarbonate, de vinaigre et d’huile essentielle de lavande ou de citron)
  • Acheter un pin dermatologique pour laver mon visage (plutôt que du gel nettoyant visage contenu dans une bouteille en plastique) : j’ai trouvé un savon d’Alep chez Dille et Kamille
  • Tenter l’expérience du « je me lave au savon solide » (et donc arrêter le gel douche) : J’ai un gros traumatisme d’enfance avec le savon (héhé). A la maison on ne pouvait pas avoir de gel douche, donc faut que le savon et moi on redevienne potes. Je ne l’ai jamais trouvé particulièrement sexy.
  • Me renseigner sur le composte : qui, que, quoi, comment,…
  • Terminer tous mes produits ménagers, et les remplacer par des produits « fait maison » (en plus, mon plan de travail de la cuisine est en granit, ça ne peut lui faire que du bien)
  • Privilégier le vrac (fruits, légumes, thé, légumineuses, biscuits pourquoi pas,…)
  • Acheter des serviettes en tissu et en finir avec l’essuie-tout (ou sopalin pour les français) pendant le repas.

Voilà ce sont des petites choses pas très compliquées à faire et qui peuvent faire déjà beaucoup de différence. Actuellement, mon homme et moi ne compostons pas. Nous trions bien nos déchets (plastique, cartons, détritus) mais nous avons environ 1 sac de détritus de 60L par semaine. Je suis curieuse de voir si je vais pouvoir réduire ce sac.

Il y a encore plein de choses à faire (je suis en train de lire le livre de Bea Johnson) mais j’aimerais commencer par cette liste et y aller en douceur aussi. L’idée n’est pas de devenir une radicaliste-bobo-extremiste du déchet, et je ne m’imagine pas arriver à l’extreme du 1kg de déchets par an. Ceci étant dit, je suis curieuse de voir où je peux arriver.

J’aimerais te tenir au courant de mes progrès et te faire des petits bilans. Et si l’envie te dit de te joindre à moi, allons-y ! Ensemble, on est plus fort !

En route pour sauver la planète !

natalie-walters-420837-unsplash

PS : si tu as d’autres astuces à lister ici, ou des recettes maison de produits d’entretien, je suis plus que preneuse !

9 Replies to “Opération zéro déchet, épisode 1”

  1. C’est super ce que tu as entrepris, si chacun faisait ces petits pas on pourrait changer significativement les choses !
    Pour ma part j’ai récemment troqué mon flacon plastique de liquide vaisselle contre un bloc de vrai savon de Marseille à l’huile d’olive, et je suis bluffée de son efficacité !
    J’achète aussi en majorité en vrac tout ce que je peux, et je fuis les supermarchés au profit des petits magasins Bio et producteurs locaux du marché.
    Autre aspect dont je n’avais pas du tout conscience jusqu’à récemment : notre épargne ! Laisser de l’argent à une grande banque « lambda » est loin d’être anodin en terme écologique, puisqu’ils s’en servent pour financer des actions pas très « green » (qui sont loin de l’être en vérité). Pour approfondir je te conseille cet article très bien fait sous forme de BD : https://www.causette.fr/odeur-de-largent/
    Du coup je viens juste d’ouvrir un livret à la Nef (mais en Belgique je ne sais pas ce qu’il y a…).

    Bonne journée !

    1. Je n’y avais pas pensé le truc de l’argent (en même temps, j’ai plus rien sur mon épargne hahaha) mais ton article m’intéresse. Je vais aller lire ça.

  2. Bravo pour ta démarche, j’ai aussi entrepris mon chemin vers le zéro déchet après avoir lu le livre de Bea.
    Ça prend du temps mais ça vaut le coup ! Mon objectif serait de réduire à un sac de 30L par mois dans un premier temps.
    Bonne continuation en tout cas !
    Bise

    1. Je n’ai pas d’objectifs chiffrés, mais ma liste d’objectifs huhu
      Je sais juste que je n’ai pas envie de rentrer dans le perfectionnisme que peut avoir le zéro déchet. J’ai justement vu une vidéo d’une fille sur YT. Le titre c’était « I quit zéro déchet », et elle parlait de tout ce côté rigueur, et perfection qui pouvait mettre la pression.
      Après je pense qu’il y a plein de petites choses qu’on peut faire pour la planète, et se conscientiser c’est déjà pas mal 🙂

  3. J’aimerais beaucoup aussi prendre le temps d’y réfléchir et de mettre certaines choses en place ! Bravo pour cette démarche en tout cas 🙂

    1. Tu peux commencer par un tout petit pas : comme acheter des yaourts dans des pots en verre, et pas en plastique.
      Et puis après un autre petit pas. 🙂

  4. Il y a quelques temps (années), j’avais vu un reportage sur Béa Johnson et je l’avais trouvée un peu trop extrême dans sa démarche. Mais depuis quelques temps, je suis tentée par cette démarche : le fait de vivre à la campagne surement! J’ai lu le livre de Béa Johnson et j’ai été plus que surprise…je suis déjà dans la démarche! Depuis que je suis loin de tout, j’ai plus tendance à faire mon shopping sur le net et à privilégier les sites d’occasion pour acheter mais aussi pour vendre! Dans notre maison, nous avons fait un jardin, nous allons nous promener et nous ramassons plein de fruits trouvés dans la nature.
    Depuis que j’ai lu le livre, nous avons réduit nos déchets de bouteilles plastiques : plus de jus de fruits du commerce nous les faisons maison, plus de bouteilles d’eau nous prenons celle du robinet et plus de sodas! L’air de rien, ça évite de sortir la poubelle jaune toutes les semaines!
    Petit à petit, j’essaie de convaincre mes hommes de réduire nos déchets, notre consommation,….mais bon ce n’est pas tous les jours faciles!

    1. Je pense effectivement qu’elle est très extrême, mais il y a aussi plein de bonnes idées à piocher.
      Ceci étant dit, je trouve que chaque petit geste compte, imagine si on s’y met tous <3

  5. Je crois qu’il y a une tendance à s’améliorer de ce côté
    J’ai commencé en lisant moi aussi le livre de Béa Johnson
    Ca a été une vraie claque dans la gueule
    Puis j’ai poursuivi avec le livre « No Impact Man » que je te conseille, l’histoire est incroyable et je m’y suis beaucoup reconnue à mes débuts dans le zéro déchet
    C’est pas toujours évident parfois on replonge dans les mauvaises habitudes puis …… on se dit qu’on apporte notre pierre à l’edifice et c’est génial!

Laisser un commentaire