La fille aux milles projets

eugenie-faure-1163778-unsplash

Je suis la fille aux milles projets.

J’ai dans mon tiroir un roman, dont j’ai écrit 3 chapitres. Un moodboard fait avec amour et un classeur rempli de fiches personnages.

Une machine à coudre qui prend la poussière, et dont la housse jaunit d’être trop restée devant la fenêtre.

Un Moleskine noir, acheté avec amour, accompagné de ses feutres, toujours emballés.

Le livre d’August Wren, pour m’encourager à dessiner chaque jour… Griffoné, raturé, gondolé, abandonné.

Un carton avec un mini stock de Sacoches, que j’avais dessinées, brandées, vendues en partie sur Etsy au côté d’un pack de logo.

Un podcast avec un jingle travaillé sur Garage Band et englouti lors du dernier crash de mon Mac.

Des lingettes lavables et des bocaux en verre gardés soigneusement, pour acheter en vrac. Parce que « vrac is the new black ».

Un compte Pinterest plein d’idées pour plus tard…

Un blog, souvent désert.

Je suis la fille aux milles projets. Celle qui commence, et qui ne termine pas. Qui se réjouit d’avoir trouvé une idée, qui fait des collages et qui rempli des fiches en se disant : « C’est bon, cette fois ça y est, j’ai l’idée du siècle » puis qui laisse tout tomber 2 minutes après. Faute de temps, de motivation, de courage, de tripes. 

Je suis la fille aux milles projets qui s’emballe à chaque idée. Pleine de passion, d’entrain, d’envie. Qui a les yeux qui pétillent et qui parfois n’en dort pas. Qui raconte et à qui on dit : « Tu iras loin dans la vie ».

Je suis la fille aux milles projets, douée pour encourager les autres et leur trouver un plan parfait. Pleine de bons conseils, d’article de blogs à lire et de vidéos YouTube motivantes. 

Je suis la fille aux milles projets, qui se compare et se décourage. Qui traine devant Netflix. 

Consistency. C’est ce mot anglais qu’on ne traduit pas. Celui qui veut dire d’être régulier. De faire. De tenir bon. Celui qui me manque quand je commence quelque chose. 

Je suis la fille aux milles projets. Celle qui a peur de l’échec. Qui se terre, se carapate, se défile. Qui attend. Qui regarde. Et qui se dit que ce n’est pas si grave, si « elle ne va pas loin ». Parce que c’est où loin ? C’est quoi loin ? C’est quand loin ?

Je suis la fille aux milles projets, dont le plus beau, est celui d’être maman. Celui que je ne pourrai jamais abandonner. Celui qui me donnera peut-être envie de reprendre les autres. Pour pouvoir dire un jour à ma fille : « Regarde ! Regarde tout ce que ta maman a fait. »

Je suis la fille aux milles projets. La maman fière de l’être. La rêveuse. L’amoureuse. Je ne suis plus celle que j’étais hier et pas encore celle que je serai demain. Un jour j’ai une idée, et cela me rend heureuse. Le lendemain elle m’abandonne et je la garde pour plus tard. Car les idées voyagent, et je voyage avec elles. Up. And down.

On dit que la vie c’est ce qui se passe quand nous sommes en train de faire des plans. Des projets. Je suis donc la fille aux milles projets. Je suis, la vie.

PS : J’ai volontairement fermé les commentaires de cet article. Je sentais ce billet plus comme une humeur, une inspiration, et je pense publier à nouveau ce genre d’articles de temps à autre, comme je le faisais avant, ou dans la newsletter, sans pour autant vouloir « partager » à ce sujet 🙂 Ceci étant dit, il vous est toujours possible de venir me faire un coucou par mail ou sur Instagram.