Alors ? Elle fait ses nuits ?

bébé fait ses nuits

Il m’en a fallu du temps pour songer à avoir des enfants. Je savais que le jour où j’en aurais, ma vie changerait du tout au tout. En bien, et en mal. Je savais que je devrais faire preuve du fameux « don de soi », et longtemps, j’ai eu trop peur de ça. De voir mon quotidien chamboulé, balancé, désorganisé. Et puis, l’Amour frappe à notre porte, avec un grand A, et un enfant n’est pas juste un chamboulement, mais une envie. L’envie de fonder une famille, de créer un « nous », de faire perdurer notre Amour. C’est alors, qu’un bel après-midi de septembre, après 9 mois d’attente, de doute, de joie, on tient notre bébé dans ses bras. Ce petit être magique qui révolutionnera tout. Ce petit être sans défense, qui te regarde avec ses grands yeux, lui aussi chamboulé par son arrivée dans la vraie Vie, après avoir passé 9 mois dans un cocon bien chaud et hermétique.

Dodo l’enfant do

Depuis la maternité, notre Miss Ouistitie a toujours dormi une grosse période en début de nuit (4-5h) pour après se réveiller toutes les 2 heures afin de téter. Petit à petit, jusqu’à ses 2 mois, elle a commencé à rallonger ses périodes de boire la nuit, à mon grand bonheur, moi maman allaitante. Je me souviens avoir rapidement posté sur Instagram que j’avais pu dormir 6h de suite. Et puis 8h… Jusqu’au matin du 20 novembre… Ou elle a commencé à faire machine arrière. Alors qu’elle dormait jusque 8h, elle a commencé à raccourcir ses nuits. Réveil à 6h. Puis 5h. Puis 4h. Puis 3h. Puis 2h…. Et puis à nouveau toutes les 2-3 heures pour téter. C’est alors que le Doute avec un grand D a commencé s’immiscer en moi. Mais qu’est-ce qu’il se passe ? Ma fille a un problème ! Qu’est ce qui ne tourne plus rond ? Elle ne dort plus ! Que faire ? Au secours !! Je n’oublierai jamais notre mois de décembre chaotique, et notre réveillon de Noël crevés et malades.

Désesperée, j’ai sorti les grands remèdes : forum, blogs, vidéo youtube, livre sur le sommeil… Tout pour devenir super calée en sommeil du bébé.  Et pourtant, la réponse était si simple : « Tout est normal. Elle fait ses nuits à elle, oui. Mais pas les nôtres… ». C’est à ce moment-là que j’ai compris la différence entre un être humain maturé dit « adulte » et un petit bébé tout frais tout neuf.

Bébé girafe

As-tu compté le nombre incalculable de mammifères qui, lorsqu’ils naissent, se mettent de suite debout ? Courent et gambadent ? Trouvent facilement les mamelles de leur mère ? Ils ne leur restent plus qu’à grandir, et ils le font généralement très rapidement (un bouledogue français par exemple, atteint sa taille adulte à 8 mois). Si nous, êtres humains, nous devions avoir les mêmes aptitudes en naissant, notre tête ne pourrait tout simplement pas passer après 9 mois de gestation. Comme la nature est bien faite, il a fallu faire un choix, et en naissant, le cerveau d’un être humain n’est tout simplement pas fini. C’est pourquoi un bébé pleure pour s’exprimer ; ce ne sont pas des caprices, il en est physiologiquement incapable, c’est son seul moyen de communication. Et c’est pour cette raison aussi, qu’il ne dort pas comme nous. En naissant, un bébé n’a que 2 phases de sommeil, contre 5 pour un adulte. C’est à partir de 3-4 mois qu’il apprend toute nos phases de sommeil, faisant régulièrement des retours en arrière pour tester celui-ci.

J’ai alors compris que nous aussi nous avions plusieurs réveils. Qui ne s’est jamais levé pour aller faire pipi ? La gorge sèche ? Un petit creu (sisi) ? Qui ne se réveille jamais pour remettre sa couverture ou à l’inverse se découvrir parce que trop chaud ? Qui n’a jamais fait d’insomnies, regardant les heures du réveil défiler ? Qui n’a jamais eu du mal à s’endormir en repensant à sa journée stressante ? Tout ça, un bébé le vit aussi, à la différence que, de par son cerveau immature, il ne sait pas l’exprimer autrement qu’en pleurant. Il ne peut tout simplement pas réajuster sa gigoteuse, ou se lever pour aller boire un p’tit coup. Il ne peut pas non plus soulager sa vessie ailleurs que dans son lange qui devient lourd, mouillé et froid. Pauvre petit coeur, ma petite Ouistitie faisait simplement ses essais, comme elle le pouvait.

Il n’y a donc pas d’apprentissage à donner à nos enfants, pas de méthode magique (« Laisse-le pleurer » te diront certains), il faut juste, en tant que parent, beaucoup de patience, beaucoup de compréhension et surtout, beaucoup d’amour. Je fais partie de ces personnes qui pensent que plus tu donneras de l’amour à quelqu’un (et encore plus à ton enfant), plus il se sentira en sécurité pour avancer dans la vie. Si tu es confiant, il le sera aussi. Pas de jugement à avoir envers ses parents qui pratiquent ou non le co-dodo. J’ai appris ces 3 derniers mois, qu’on fait bien comme on peut, et que parfois, nous avons juste besoin de grappiller 2-3 heures de sommeil, en mode survie, pour pouvoir s’occuper de son enfant correctement le lendemain.

Mais comment les aider alors ?

Comme dit plus haut, avec tout notre amour et notre compréhension, mais aussi avec un minimum de point repère. Ça m’a saoulé ces 3 derniers mois de lire et relire l’importance du rituel du coucher, et pourtant sans m’en rendre compte, je l’ai pratiqué et ça a grandement aidé. Au retour de la maternité, j’allais tous les soirs me coucher à 21h30, en même temps que Miss Ouistitie, simplement parce que je ne pouvais pas tenir plus longtemps. Quitte à me relever à 23h30. Quand elle a commencé à allonger sa première période de la nuit, de mon côté j’avais décidé de la coucher tous les jours vers 19h30-20h. Sans réfléchir, je la couchais toujours dans son lit, dans sa chambre (sans savoir qu’on recommande de laisser le berceau dans la chambre des parents) mais toutes portes ouvertes (et notre chambre est située à 3 pas de là). Et puis j’ai répété inlassablement chaque soir les mêmes gestes : la changer, fermer les volets, allumer la petite lumière, l’allaiter / lui donner le biberon et la coucher. Rapidement j’ai introduit la petite musique du babyphone qui, à force de répétition, a joué comme un réflexe de Pavlov. Aujourd’hui quand elle entend la musique elle se calme.

Je n’ai trouvé aucun remède miracle pour qu’elle dorme 10h d’affilé sans réveil. Nombreuses sont les nuits où je me lève 4-5 fois de suite pour remettre sa tute. Où je m’énerve parfois de rester une heure éveillée à 3h du matin en tentant péniblement de la rendormir. Où je finis par la prendre dans notre lit pour quand même dormir un peu (et qu’elle s’endort en tripotant mon t shirt). Mais j’ai compris que tout ce processus est normal. Ce que je voulais te dire, toi jeune maman qui me lit, c’est de ne pas t’inquiéter. Tu fais ce qu’il faut. Tu fais tout bien, et surtout, tu fais comme tu peux. Le cerveau d’un bébé est juste immature, et il lui faudra encore du temps pour se développer. Rassure – toi dans quelques années, tout sera fini, et finalement, c’est quoi quelques années sur l’échelle d’une vie ?

Amour, confiance, et compréhension sont les seuls remèdes dont vous avez besoin.

♥ ♥ ♥

Pour aller plus loin, je te conseille grandement ce super bouquin qui est très intéressant et très déculpabilisant :

7 Replies to “Alors ? Elle fait ses nuits ?”

  1. Un très bel article. Tu dis une phrase qui résume complètement le concept d’attachement : « plus tu donnes de l’amour à ton enfant, plus il se sentira en sécurité pour avancer dans la vie ». Je crois que tu as tout dit.
    Merci pour ce beau billet !

    1. J’ai effectivement lu des articles sur la théorie de l’attachement, et je suis entièrement d’accord avec ce principe 🙂
      Merci pour ton commentaire

  2. Très chouette article. Les débuts ne sont pas simples, on veut tellement faire au mieux 😉
    Ton article m’a motivé à écrire un article sur ce sujet sur mon blog, cela faisait plus d’un an que je n’avais rien publié mais le sujet me tient aussi à coeur !

    1. J’ai été lire ton article 🙂 Contente que ça t’ai donné envie de reprendre le blog. Ca me reprend un peu aussi 🙂

  3. Bon, je me permets, mais je ne suis pas entièrement d’accord avec toi… Oui, le sommeil du bébé (et du jeune enfant) est différent de celui d’un adulte. Oui, il a quantité de micro réveils durant la nuit. Mais cela ne veut pas dire qu’on est condamnés à remettre une sucette 4 ou 5 fois par nuit ou à rendormir un bébé pendant une heure à 3 heures du matin. Un bébé peut très bien se rendormir seul après ses micro réveils, en étant tout à fait sécurisé (affectivement). Et cela ne nécessite pas de le laisser pleurer des heures durant en fermant la porte. Il y a comme toujours un juste milieu, qui consiste à apprendre à bébé, en douceur et en restant attentif à ses besoins (réels) à dormir (et s’endormir !) de manière autonome. Dans ce contexte, oui, bébé fera ses nuits quand il sera prêt 🙂

    1. Merci pour ton commentaire mais je ne suis pas sure de le comprendre. Il ne me semble pas avoir écrit que j’étais condamnée à me lever toutes les nuits pendant 1h pour remettre la tute, ni que je laissais ma fille pleurer en fermant la porte… du coup, pour ne pas polémiquer sans être sur d’avoir bien compris ton commentaire, peux tu m’éclairer ? 🙂 cet article d blog se veut avant tout bienveillant et encourageant pour les mamans aux petites nuits….

  4. Mon commentaire n’était pas là pour polémiquer non plus. C’est vrai que sans le ton, il peut paraître un peu « sec » mais ça n’était vraiment pas le but 🙂
    Je voulais juste préciser que je n’étais pas d’accord avec ton point de vue (« il n’y a pas d’apprentissage à faire, dans quelques années ça passera »), à mon sens, il y a justement un apprentissage qui peut se faire, pour permettre à bébé d’accéder à un sommeil autonome. Durant lequel il aura un sommeil de bébé mais il saura s’endormir et se rendormir sans intervention extérieure. Et cet apprentissage ne signifie pas « laisser pleurer bébé » comme certains ont pu (te?) le conseiller.
    Il est difficile de faire passer le ton dans un commentaire aussi court, mais je le dis avec toute la bienveillance dont je suis capable et avec toute ma sympathie pour les mamans qui vivent de petites nuits, comme tu le dis. Parce que j’aurais aimé qu’on me le dise, à moi aussi, quand je galérais avec mon deuxième enfant 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.