Allaitement : mon retour d’expérience

débuter allaitement expérience

Certaines d’entre vous m’ont demandé sur Instagram de revenir sur mon expérience avec l’allaitement. Du coup, j’avais lancé un petit sondage et un petit questionnaire pour savoir si vous préfériez que je parle de mon expérience en story ou bien, sur le blog, et le blog a remporté les suffrages. Je vais donc essayer de répondre aux questions que l’on m’a posées, et partager mon expérience du mieux que je peux. Attention, cet article sera très long.

Avant de commencer, un petit disclaimer me semble indispensable. Tout d’abord je ne suis ni « team allaitement » ni « team biberon ». Je sais que c’est un sujet qui fait débat, dans un sens comme dans l’autre. Avant d’accoucher, je ne m’étais jamais renseignée sur le sujet. Dans ma tête, j’allais allaiter « si j’y arrive ». Il s’avère que cela a très bien fonctionné pour moi et ce choix s’est imposé à moi pour 3 raisons (qui ne vous sembleront peut-être pas « obvious ») :

  1. J’avais lu qu’en allaitant on perdait plus facilement ses kilos de grossesse
  2. J’avais lu que le lait maternel est meilleur pour le bébé
  3. Cela coûte moins cher.

Ces raisons me sont donc très personnelles, et c’est là où je voulais en venir, peu importe ce que tu choisis (ou ne choisis pas, car parfois on n’a pas le choix), cela ne regarde que toi. Dans cet article, je souhaite juste partager mon expérience en toute bienveillance, je ne possède pas le Savoir (avec un grand S) et je ne suis pas non plus spécialiste en lactation. Je t’invite donc à me corriger si je fais fausse route, et en toute bienveillance, bien sûr.

Le démarrage de l’allaitement

Comme je le mentionnais, je n’ai pas fort réfléchis à la question de l’allaitement. Quand on me posait la question, je répondais : « Oui, j’aimerais allaiter, si cela fonctionne. Si pas, c’est pas bien grave ». Je ne me suis donc jamais renseignée sur la question, je n’avais jamais lu aucun article à ce sujet, aucun livre. Le jour de l’accouchement, j’ai sauté dans le grand bain sans réfléchir. Quand Miss Ouistitie est née, nous sommes restés 2h avec elle en salle d’accouchement. Pendant ces 2 heures, on a voulu la mettre au sein, mais elle ne semblait pas vouloir téter. Comme j’avais eu un accouchement très long (rentrée le mercredi à 20h, accouchement le lendemain à 15h), j’étais dans les vapes, et heureusement pour moi, je ne me suis pas du tout inquiétée. Ce n’est que quelques heures plus tard, de retour dans ma chambre, qu’elle a commencé à téter. J’ai d’ailleurs pris une vidéo de sa première tétée, où l’on voit qu’elle tète 3 fois, puis fait une pause, et re-tète 3 fois etc.

La deuxième tétée

La première tétée, n’a pas été douloureuse (c’était le sein droit), mais à nouveau, j’étais tellement dans les vapes et fatiguée, que je n’ai pas grand souvenir de cette première fois. Par contre, j’ai senti passer la deuxième tétée (sein gauche). Elle avait beaucoup plus de mal à le prendre, et cette tétée a duré 45 minutes. Ce qui m’a valu une crevasse. La sage-femme qui est passé le lendemain m’a alors dit que Miss Ouistitie avait besoin de téter pour se rassurer, et que donc je pouvais lui donner la tutute (après 24h).

En ce qui concerne ma crevasse, mon petit homme est parti me chercher en urgence la crème Lansinoh que j’ai beaucoup utilisée et qui m’a sauvée plus d’une fois (d’ailleurs c’est une crème à tout faire, on peut même l’utiliser pour les lèvres gercées).

Nouveau disclaimer : La tutute fait GRAND débat au sein de la communauté des mamans allaitantes. Généralement elles sont archi contre, car cela peut perturber l’allaitement, il peut y avoir une confusion tétine / sein et donc faire foirer son allaitement. A nouveau, tout ça je n’en avais absolument pas conscience, puisque pas renseignée sur le sujet, donc j’ai donné la tutute et je n’ai jamais eu aucun souci avec mon allaitement ! Que du contraire. Cela m’a vachement aidé à apaiser Miss Ouistitie et par la suite, cela m’a aidé aussi lors du sevrage. De manière générale, et je ne vais pas rentrer plus que ça dans le débat, je suis POUR la tutute, et si c’était à refaire, je le referais.

De retour à la maison, la montée de lait

Unesage-femme est venue me voir le lendemain de mon retour à l’hôpital. J’avaistoujours quelques soucis avec mon sein gauche, et il s’est avéré par la suiteque c’était le sein qui produisait le plus de lait. J’ai donc été rapidement mechercher un tire-lait manuel pour me soulager lorsque je n’arrivais pas àdonner ce sein-là. J’ai commencé à stocker le « lait en trop » dansdes sacs de congélation Medela pour « plus tard ».

La montée de lait n’a pour ma part pas été douloureuse, du moins, je n’en ai pas souvenir. Par contre, quand Miss Ouistitie a commencé à espacer les tétées, mon sein gauche était souvent engorgé, et la nuit cela me faisait souffrir. Je me réveillais avec des seins comme des pastèques, et donc je tirais toujours un peu de lait pour me soulager. Mais à comparer, quand je suis tombée enceinte (je te parle des 3 premières semaines), mes seins étaient beaucoup plus douloureux que lorsque j’allaitais.

De manière générale, à ce niveau-là, j’ai été plutôt chanceuse car tout s’est très bien passé. Miss Ouistitie buvait très bien, une tétée durait en moyenne 10-15 minutes, je donnais un sein à la fois et ça lui suffisait. Je ne l’ai jamais laissée s’endormir au sein, et elle a toujours bien pris du poids. Au début elle buvait toutes les 2 heures, avec une grosse période sans boire en début de nuit (de 5h). Elle est passée au 3 heures quand elle a eu 5 kilos (environ). Mais… Il y a un gros « mais ».

Les complications

Un mois après avoir commencé l’allaitement, j’ai ressenti des brûlures dans le sein gauche dès que Miss Ouistitie tétait. Brûlure qui lançait dans tout le sein : je ressentais réellement comme un feu qui remontait dans ma poitrine. On a d’abord cru à une mastite mais la sensation de brûlure persistait. Une gerçure a commencé à se faire sur le téton (je précise bien gerçure et non crevasse). Il s’est avéré que c’était une candidose mammaire. Pourtant, Miss Ouistitie n’avait pas le muguet. A partir de ce moment-là, l’allaitement a commencé à devenir vraiment douloureux. J’ai TOUT essayé pour me sortir de cette candidose sans grand succès. Si tu veux un article à ce sujet, je peux le faire, mais je n’ai pas envie de m’attarder plus là-dessus dans cet article-ci. Certaines mamans ne supportent pas la douleur que provoque la candidose et arrêtent l’allaitement à cause de ça. Personnellement j’ai tenu bon jusqu’à « la date » que je m’étais fixée. Mais je sais que j’ai parfois donné la tétée les larmes aux yeux, les pieds cambrés, en serrant les dents. La candidose mammaire c’est une belle crasse (et je ne sais pas si j’en suis débarrassée : puisque je n’allaite plus, je n’en ressens plus les symptômes).

Une autre complication a été les engorgements récurrents du sein gauche. Celui-ci produisait énormément de lait. Et alors qu’au début Miss Ouistitie préférait le sein droit, elle a vite commencé à préférer le sein gauche qui « donnait plus ». J’ai donc dû trouver le rythme pour ne pas trop le solliciter (et ne pas faire en sorte qu’ils produisent encore plus) tout en le soulageant, avec le tire lait.

Le tire-lait utile ou pas ?

Ma grande question en début de l’allaitement était de savoir si j’avais besoin ou non d’un tire-lait. Finalement j’en ai rapidement acheté un petit manuel pour me soulager (j’ai opté pour le Medela). Je te le conseille si comme moi, c’est occasionnel et si tu ne dois pas tirer ton lait en grande quantité. Sinon, il faudra passer à un modèle plus conséquent.

J’ai été très contente d’avoir mon tire-lait. Au total j’ai stocké un litre de lait sur une période de 3 mois. J’ai gardé ce lait pour le sevrage. Lors du sevrage, j’ai également utilisé quelques fois le tire lait pour soulager un peu l’engorgement (je ne tirais alors que 50ml, pour ne pas trop stimuler ma lactation, mais pour pouvoir me soulager également).

178-Switching-formulas_723750391

L’arrêt de l’allaitement, le sevrage, le passage au biberon

Dans ma tête ça a toujours été très clair, je ne voulais pas continuer d’allaiter pendant que je reprenais le travail. Beaucoup de mamans gardent la tétée du matin et/ou du soir, ou tirent leur lait au travail (une pause allaitement peut d’ailleurs être demandée). Moi je n’avais pas envie de m’embêter avec ça. Il faut savoir que je suis quelqu’un de très pudique. Je n’ai jamais aimé allaiter en public ni déballer mon sein comme ça (même à la maison). Avec la candidose, et les engorgements récurrents (à partir du moment ou bébé espace les tétées), je ne me sentais plus à l’aise avec mon corps, ni avec ma poitrine. Il était donc temps pour moi d’arrêter.

Mon conseil ? Si tu veux sevrer ton bébé, il faut que ce soit clair dans ta tête. Si ce n’est pas clair et net pour toi, bébé le sentira et pourrait refuser le biberon. Pour moi, comme c’était clair, ça a été finalement assez facile et comme je le disais, le fait de donner la tutute a aidé à accepter la sensation du silicone. N’hésite pas à lui expliquer ta démarche aussi, un bébé comprend tout. Mais vraiment, c’est hallucinant.

J’ai commencé le sevrage un mardi (avec le lait que j’avais congelé), il a fallu 2-3 jours pour trouver le biberon et la tétine idéale, et puis j’ai commencé à introduire le lait en poudre le week-end qui a suivi.

Le principe est assez simple. On remplace une tétée par un biberon de lait, et ça pendant 2-3 jours (parfois 4 jours si les seins sont engorgés), puis 2 tétées, puis 3 etc. Au total il faut compter environ 2 semaines pour être à 100% au lait artificiel. A nouveau j’ai eu beaucoup de chance (mon dieu que j’ai un bébé facile), elle a accepté le lait tout de suite, et à part un peu de régurgitation, j’ai trouvé de suite le bon lait (cf. le Nestlé NAN Complete Confort). Elle avait tout juste 3 mois quand j’ai commencé le sevrage, elle était à 6 tétées par jour (dont une de nuit). Aujourd’hui à 4 mois 1/2, elle est passé à 4 biberons par jour (et plus de biberons la nuit depuis début janvier).

Quelques infos utiles en plus

  • J’avais acheté des pads d’allaitement lavables, je n’en étais pas satisfaite. Ils devenaient humides et ne séchaient pas, et avec une candidose mammaire rien de pire, c’est un nid à microbes. Je ne suis pas pro « jetable » mais pour le coup, les meilleurs pads pour moi ont été les Philips Avent jetables, qui restaient bien secs et étaient très discrets.
  • J’ai testé les coupelles de recueillement de lait Medela à mettre dans son soutien, je ne les recommande pas. Cela appuie sur le sein, donc le lait coule, et quand on s’abaisse on en a partout. Vraiment pas pratique.
  • J’avais 3 soutiens d’allaitement reçu de ma sœur, je les ai usé et re-usé. L’un d’eux était en coton blanc, bien utile pour la nuit. Les 2 autres étaient noirs et vert d’eau, que j’ai alterné la journée.
  • Je n’ai pas acheté de vêtements spéciaux pour allaiter si ce n’est un pyjama. Je mettais simplement des t shirts assez larges que je soulevais et cela m’a suffit (ou des chemises que j’ouvrais devant).
  • Un coussin d’allaitement pour moi, c’est vraiment LE truc à avoir, tant pendant la grossesse (pour bien dormir la nuit avec son gros bidou) que pendant l’allaitement.
  • La crème Lansinoh est THE must have pour le bout des seins (et maintenant je l’utilise comme baume à lèvres, ou sur nez gercé par les rhumes).
  • Les biberons qui ont sauvés mon sevrage sont ceux de la marque MAM : tétine plate, hyper facile, qui rappelle la forme de la tutute que ma misstinguette aimait déjà.
  • Je n’ai pas bu une goutte l’alcool pendant mon allaitement, mais j’ai appris par la suite, qu’apparemment c’est autorisé. Personnellement, je ne bois pas d’alcool en temps normal, donc cela ne m’a pas dérangé. Idem pour les médicaments, je n’ai rien pris à part des dafalgans, mais apparemment certains médocs sont autorisés aussi.
  • On peut manger de tout quand on est enceinte, mais j’ai remarqué que quand je mangeais des poivrons, Miss Ouistitie était grognon et avait des coliques. Coïncidence ?
  • De manière générale, ma fille n’a eu des coliques qu’une ou deux fois. A nouveau, très chanceuse sur ce coup-là.

Je voulais ajouter une dernière chose, du moins insister sur ce point : allaitement ou pas, c’est TON choix (et celui du conjoint). Si tu veux allaiter, fais-le. Si cela te fait mal, arrête. Si tu veux sevrer à 3 mois, c’est ton choix. Si tu veux allaiter jusqu’à ses 2 ans, cela ne regarde que toi ! Tu peux faire un allaitement mix, ou ne donner que le biberon avec du lait maternel, peu importe, mais c’est TON choix. Sache que tout le monde va s’en mêler, tout le monde aura son mot à dire, mais quoi que tu décides de faire, pitié, zéro culpabilité. Le principal c’est la santé mentale et physique de ton enfant, et la tienne. Je trouve qu’on devrait arrêter de culpabiliser les mamans qui choisissent ou non d’allaiter, qui donnent le biberon, qui sèvrent trop tôt, ou trop tard etc. C’est déjà bien assez compliqué comme ça, chacun fait ce qu’il veut.

Voilà j’espère que cet article te sera utile, et n’hésite surtout pas si tu as des questions, je me ferai un plaisir d’y répondre. J’ai essayé d’aller à l’essentiel, mais le sujet est tellement vaste qu’il mériterait bien plusieurs articles. On se retrouve en tous cas en commentaires pour en discuter si le coeur t’en dit.

Crédit : photo 1 / photo 2

4 Replies to “Allaitement : mon retour d’expérience”

  1. Bon, je ne suis pas maman (et je fais mon retour iciiiii) mais j’admire!
    Perso, j’aimerais bien allaiter, ma belle soeur m’en a vanter les mérites et puis j’ai les mêmes raisons que toi pour le faire ^^’ . Donc quand ce sera mon tour, je l’espère, je sais que je tenterais, et puis on verra bien 🙂
    Pour l’alcool quand on allaite, ma belle soeur se permettait un fond de coupe de champagne juste après une tétée, elle m’expliquait qu’entre 2 tétées l’alcool n’avait pas le temps de « finir dans le lait » mais il ne fallait pas en abuser 🙂

    1. Oui il parait qu’on peut boire entre 2 tétées. Perso j’ai préféré éviter, mais aussi parce que je ne bois déjà pas d’alcool ^^
      Une fois de plus, c’est une question de choix et chacun fait bien ce qu’il veut 🙂

      Et merci pour ton retour ici <3

  2. Bonjour Odile,

    j’ai pris un réel plaisir à lire ton article. Je suis maman depuis presqu’un mois maintenant. J’allaite et je donne le biberon en même temps. J’avais vraiment envie de ne faire qu’allaiter mais le début a été une vraie douleur pour moi, tant physique que morale. Puisque mon fils avait faim, les sages femmes lui ont donné un peu de lait en poudre et m’ont donné le tire lait. Juste le temps de guérir de mes grosses crevasses ensanglantées parfois (dsl pour les détails). Je complétait le lait avec du lait en poudre car mon fils avait faim. Aujourd’hui j’ai gardé cette habitude sauf que j’ai repris l’allaitement. Je ne cache pas qu’est venu le moment de la culpabilité. Pourquoi je n’y arrive pas et les autres oui ? Pourquoi j’ai les gros yeux chez certain parce que je dis que je donne et du lait maternel et du lait en poudre ? Et puis maintenant après 3 semaines je me dis comme toi ! C’est mon choix ! Bébé ne peut pas se sentir bien si sa maman ne va pas bien ! Je fais comme je peux du mieux que je peux. Merci pour ton article. Je trouve ca intéressant de lire ton expérience. Belle soirée à toi, à miss Oustitie, Jules et l’homme .

    1. J’avais entendu un jour « mieux vaut donner le biberon dans le bonheur, que le sein dans la douleur ».
      L’important c’est de nourrir ton bébé avec amour.
      Tu as raison de ne pas écouter les remarques. Comme je le dis, peu importe ton choix, quelqu’un te dira de toute façon quelque chose.
      C’est bien que les sages femmes aient pu te suivre aussi.
      Courage pour la suite !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.