All Posts By

odilesacoche

Video

Stop à la perfection

2 juillet 2017 by
stop à la perfection

De nos jours, on est tellement bombardé par les médias et les réseaux sociaux, qu’on cherche une forme de perfection. Et on peut se sentir vraiment mal face à ça. Aujourd’hui, je voulais juste te dire que c’est ok de ne pas être parfait, à travers une vidéo au naturel… Sans trop de pression.

5 commentaires

Geekeries & Blogs Video

Ces chaînes Youtube dont je ne me passe plus

30 mai 2017 by
sélection youtube favorite

Youtube je connais. Depuis longtemps. J’y ai toujours passé des heures dessus. Mais récemment, j’ai appris à utiliser Youtube autrement qu’en regardant des vidéos de tuto maquillage. D’ailleurs, j’ai supprimé presque tous mes abonnements aux chaînes Youtube beauté. Voir leurs mini-magasins de maquillage derrière elle ne me faisait tout simplement plus envie. Est-ce que je t’ai dit d’ailleurs que je me suis libérée de la moitié de mon maquillage tout confondu ? 50% est parti ! Ceci étant dit, j’aime toujours regarder une petite vidéo (ou, trois, ou quatre) avant d’aller dormir. C’est mon petit rituel (et depuis que j’ai un nouvel iPad avec l’éclairage spécial qui ne te pète pas les yeux le soir, c’est zéro guilty). Ce qui a changé ? C’est que désormais je regarde des vidéos de développement personnel, de réflexion, de personnes qui vont de l’avant et qui aident les autres à avancer. J’ai mes nouvelles chaînes Youtubes préférées, celles qui à mes yeux sont réels, pas parfaites et n’ont pas peur de le faire savoir. Aujourd’hui, je t’emmène faire un tour dans ma « playlist » (malheureusement, celle-ci est majoritairement si pas uniquement anglo-saxonnes).

Muchelle B.

C’est la première avec laquelle j’ai commencé. Je suis tombée dessus parce qu’elle faisait un challenge de 30 jours pour « se sentir mieux ». Je suis tombée sur cette chaîne après avoir lu Marie Kondo et en cherchant des vidéos de « decluterring » (désencombrement). Visuellement je trouve sa chaîne parfaite, ensuite, j’aime toujours les sujets choisis. Elle est un peu difficile à comprendre avec son accent australien, mais ça me fait bosser mon anglais. Muchelle B. elle a toujours l’air super joyeuse aussi, et j’adore aussi son look minimaliste.

Jenny Mustard.

De loin, ma préférée. J’ai mis du temps à accrocher à sa chaîne, car Jenny sort un peu du commun, mais ses vidéos sont remplies de bienveillance, de gentillesse, de douceur. Elle est suédoise, donc son anglais est haché, mais pour ceux qui débutent en anglais du coup, c’est hyper facile à comprendre. Jenny est minimaliste (comme Muchelle B.) et végan, mais ce que j’aime, ce sont ses vidéos sur l’acceptation de soi. Elle a un physique bien à elle et tu comprends en la regardant qu’elle a subit beaucoup de moquerie mais qu’elle arrive à les chasser d’un simple revers. C’est aussi Jenny qui m’a fait reprendre mes petits exercices de sport, tant elle a de la bienveillance pour « le corps humain ». Bref, Jenny, c’est mon nouveau gourou.

TEDx Talks.

Alors là, c’est LA découverte. Comment j’ai pu passer à côté de cette chaine ? Les conférences TED sont super connues : des experts de toutes sortes y interviennent pour « refaire le monde » (en allant des scientifiques aux psychologues en passant par des tops modèles). Tout y est abordé, mais moi, je regarde surtout les réflexions développement personnel. Chaque vidéo dure entre 15 et 20 minutes. Par exemple, The Minimalists y sont intervenus pour partager leur expérience (de manière très drôle d’ailleurs), mais aussi Iskra Lawrence, une mannequin body positive. J’adore cette chaîne ! Ça me fait beaucoup de bien de la regarder.

Lavendaire.

Lavendaire est d’une douceur sans pareil. Comme Jenny, elle est remplie de bienveillance. Ses vidéos sont simples et certaines sont des petits chefs-d’œuvre visuels. Lavendaire est calme et posée. Elle aborde aussi beaucoup l’amour de soi, le self care, et ce que j’aime sur sa chaîne, c’est qu’elle donne des exercices concrets pour avancer. Elle a un petit côté « artiste » aussi que j’aime beaucoup. Sa chaîne est super apaisante.

Vert feuille

Là, on s’attaque à l’alimentation, et Ô joie, cette chaine est en français. Emilio Abril aborde divers sujet alimentaire en toute simplicité (il a d’ailleurs une chaîne à part, sur le développement personnel, que j’ai commencé à suivre, mais je regarde surtout ses vidéos « bouffes »). Emilio, il est aussi toujours super joyeux, il parle bien, son discours est censé. Je crois qu’il est végan, mais ce que j’aime, c’est qu’il ne le prône pas à tout va, il n’impose pas, il suggère. J’ai adoré sa vidéo sur les fruits et légumes à prendre bio, et sa vidéo sur les graines de chia. Vraiment, il y a plein de bonnes choses sur sa chaîne, à boire et à manger (ha ha), et plein de bon sens. Le petit plus ? Il commence ses vidéos par « Salut à toi, humain, j’espère que tu as pris un bon petit déjeuner ». Puis c’est un homme simple, ça fait du bien, de voir des Youtubeurs sans trop de chichis.

Daria Andronescu

Bon là, on retourne un poil vers la consommation, mais qui reste toutefois très raisonnée. Daria est Russe et est personal shopper. Pourquoi j’aime sa chaîne ? Car elle a un look unique, qui sort du commun et surtout parce qu’elle aborde le sujet de la capsule wardrobe. D’où le « raisonnée ». Elle privilégie les looks simples, la petite garde robe, l’éthique et t’explique comment faire. Son accent est aussi relativement haché, mais elle est pleine de bonne humeur. Elle poste peu de vidéos, mais j’adore les regarder. À voir ? Son programme de 4 semaines pour porter TOUS ses vêtements !

J’espère que tu trouveras ton bonheur dans ces chaînes, et n’hésite pas à partager à ton tour les chaînes Youtubes que tu adores et qui te font du bien !

7 commentaires

Lifestyle

Ce robot qui a changé ma vie : le PowerBOT de Samsung

25 mai 2017 by
test et revue powerbot samsung

Voilà. Tout est dit. Le PowerBOT VR 7000 de Samsung a changé ma vie. Au revoir et merci.

*pirouette et rideau*

Oui bon, ok, d’accord ça va. Je vais te faire une vraie revue puisque tu insistes. Revenons donc un peu en arrière. Disons, quelques années. Septembre 2012. Mon aspirateur Blokker produit blanc me lâche après 10 ans de bons et loyaux services. Mon homme a alors ce qu’il pense être l’idée du siècle, m’acheter un aspirateur balai, sans sac, de la marque Dyson. Ah ! Cet aspirateur. Jules, l’homme, pas le chien, me l’a vendu comme la perle du 21° siècle : il est petit, compact, sans fil, facile d’entretien et d’utilisation, la vie, la vraie. Oui sauf que. C’est une crasse. Mais une vraie crasse. Je pense que j’ai passé les 5 années qui ont suivi à jurer contre cet aspirateur : la batterie ne tenait pas, il fallait nettoyer le filtre qui mettait 18 semaines à sécher, sans compte le réceptacle juste sale et dégoutant dans lequel je devais mettre mes mains merveilleuses pour nettoyer. J’avais mal au bras, aux doigts (d’appuyer sur le bouton en mode pistolet), au dos, partout. Mes cheveux (longs à l’époque) se coinçaient dans la brosse, que je n’arrivais jamais à démonter, bref, faire le ménage était devenue la pire corvée du monde. Je passais mon temps à médire.

Aussi, en novembre 2016, fatiguée de cet aspirateur à qui, j’avais laissé plus d’une chance, j’ai été me racheter un aspirateur avec fil, avec sac, fin de l’histoire. Enfin, je revivais. Oui, rien que ça. Mais c’était sans compter sur mon homme qui avait une nouvelle idée en tête, me faire acheter un aspirateur robot. Ce truc sans fil, qui fait tout, tout seul (sauf à manger). Pour tout te dire, sa collègue en avait acheté un, et c’est vrai que l’idée était séduisante, mais non. Non, l’expérience Dyson m’avait suffit. Mon argument ? « Tant que c’est moi qui passe l’aspirateur, je choisis mon arme« . Oui parce que, monsieur m’avait bien dit que le Dyson était tellement cool qu’il l’utiliserait, mais que nenni. « Mais j’utiliserai le robot » me disait-il. Non. C’est non. Moi, vivante, un robot aspirateur sans fil sans sac ne rentrera pas chez moi. Il avait beau me scier les côtes, la réponse était « non ».

Point final.

Au revoir et merci.

*toussote*

Ah oui, j’oubliais la meilleure partie de l’histoire.

powerbot samsung aspirateur robot

Donc depuis presque 6 mois, mon homme et moi avions cette conversation d’aspirateur robot. Et puis, il y a quelques semaines, Samsung me contacte pour savoir si je veux tester son PowerBOT VR 7000. Leur nouveau modèle d’aspirateur robot. L’Univers à un certain sens de l’humour qui m’étonnera toujours. Pour le coup je me demande si lui et Jules, l’homme, pas le chien, ne travaillaient pas de mèche. J’ai donc décidé de laisser une chance au PowerBOT de Samsung. En moi, je riais intérieurement. J’étais sûre d’avoir gagné la manche. Je me disais : « Ha ha ! Je vais pouvoir lui prouver que c’est comme le Dyson, que la batterie ne tient pas, que l’aspiration n’est pas assez puissante, que le réceptacle est trop petit, qu’il ne l’utilisera pas et que je serais encore la bonne poire pour entretenir cette chose, qui finira de toute façon dans le placard« .

Rendez-vous chez Samsung. Ding dong ! Oui bonjour, c’est pour tester votre truc et je vous préviens, je ne suis pas convaincue donc, vous pouvez toujours y aller.

Je rentre chez moi avec la boite. En plus ce truc pèse une tonne, je me suis fait avoir comme une bleue.

Laisser la boite chez moi un jour. Deux jours. Je suis sure que quand je vais le déballer, comme d’habitude Jules, le chien va se mettre à aboyer dessus et courir derrière et ce sera juste l’enfer. Toute façon, j’m’en fous, j’ai toujours mon aspirateur avec fil et avec sac. Même si je dois mettre la rallonge. C’est moi qu’a raison ! Na !

Bon. J’vais quand même le déballer. Jules ? Homme, chien, venez déballer votre truc-là !

Oh tiens c’est marrant c’est pas si lourd. Pas si encombrant non plus. Trouver une petite place pour son socle. C’est bon, z’ont de la chance, ça se fond dans le décor. Bon, va falloir qu’on lui trouve un nom. C’est vrai qu’il est beau, ce robot.

home decor aspirateur samsung

Appuyer sur le bouton. Je suis sure que le chien va aboyer. Attendre. Allez, vas-y ! T’es avec moi ou quoi ? Punaise mais ils sont tous venus en équipe ou quoi ?

Voir le robot en route.

Attendre encore.

Bip. Bip. Bip.

Ah ! Je le savais !! Il ne fonctionne déjà plus ! « C03. Quelque chose est coincé dans la brosse« . Pfff. Je vais devoir me battre. Ah ben non. C’est hyper facile. Mince. C’est vraiment super facile. La brosse est en caoutchouc, comme celle du coiffeur. Ça se démonte en 1, 2, 3. Mince alors. Ils avaient raison ? Non je ne capitule pas si vite.

Aspiration.

Ben… Le chien reste calme. Il n’aboie pas. Il n’a pas peur. Il ne court pas derrière. Il se couche à côté en le regardant tranquillement. Ça alors ! Moi qui dois toujours me battre avec Jules, le chien, quand je passe l’aspiro. Non, mais de toute façon, ya une faille. J’en suis sûre ! Il ne fera pas tous les coins. Voilà. Ça doit être ça, la faille.

bouledogue français jules

Voir Yolanda en action. Alias Yoyo, le robot. C’est son petit nom.

Elle passe, s’applique, dans tous les coins. Tourne, à gauche, à droite. Détecte un pied de table. Le contourne. Passe en diagonale. Repasse. Aspire. Et va se ranger toute seule sur son socle pour recharger sa batterie quand elle n’a plus d’énergie.

Bon sang. Mais je l’aime ma nouvelle femme de ménage.

… Surtout ne pas dire que l’homme avait raison.

Tester la bête, dans toutes les situations.

Dimanche dernier, je me suis levée et je devais faire le ménage. L’épreuve du dimanche. Et puis, l’idée du siècle. Tiens je vais lancer Yoyo pendant que je fais mes 30 minutes d’exercice (oui parce que parfois je fais du sport). Faire confiance à Yoyo, les yeux fermés. Pendant que je m’étire dans le bureau, je l’entends au loin passer dans la salle de bain. Le pied, je n’ai plus rien à faire.

Et le must ? Cette semaine, en rentrant du boulot, Jules, l’homme pas le chien, avait lancé Yoyo dans le salon pendant qu’il allait promener notre minus. On s’amuse avec notre nouveau joujou. On est fier.

Dois-je vraiment vous parler de ces performances ? Très bien. Vous voulez des chiffres ? Yoyo c’est tout de même un budget de 799€. Son seul point négatif. C’est aussi 3 vitesses d’aspiration, dit le Cyclone Force, et une application (Samsung Home) pour la lancer du fond de son lit, ou de son lieu de travail. Parce que oui, cet aspirateur magique est connecté au WiFi. Elle est livrée avec une petite télécommande si elle a oublié d’aller quelque part pour la lancer à l’assaut de la miette (oui ce PowerBOT fait beaucoup, mais comme tout être humain, il a un coeur et n’est pas parfait).

filtre bac samsung powerbot

En chinois, on dit aussi que, et je cite : « Des fonctions intelligentes comme le Visionary Mapping Plus et le Full View Sensor 2.0 permettent au PowerBOT VR7000 de cartographier et mémoriser la surface des pièces à vide et de savoir exactement quelles sont les parties auxquelles il doit consacrer plus d’attention. L’aspirateur nettoie également autour des petits obstacles (jusqu’à 10 mm). » A vos souhaits.

Avec mes mots ça veut dire que Yoyo elle fait tout, toute seule. Sauf faire mon couler mon bain. Elle a aussi une petite langue, si pour de vrai. Une languette rouge qu’elle sort quand elle arrive contre le mur, pour déguster et racler toutes les poussières.

Niveau entretien, on sait enlever le petit bacske, on peut le passer sous l’eau, le faire sécher et comme Samsung a pensé à tout, il y a un second filtre dans la boite. Comme ça, quand le premier sèche, tu poses le deuxième, et Yoyo peut toujours faire son boulot.

Yoyo, tu es parfaite. Tu n’as vraiment aucun défaut. Non vraiment.

Ça me fait du mal de te le dire, mais mon homme avait raison. Cet engin est juste parfait. On rentre, on le lance. Je fais mon sport, je le lance. Je vais faire pipi sors le chien, je le lance. Avant d’avoir des invités, je le lance. Ensuite, un simple petit coup de loque, et finito basta, mon ménage est fini. Sans les mains ! Mon appart n’a jamais été aussi propre, et avoir un PowerBOT c’est un gain de temps considérable.

Voilà.

Cette fois c’est vraiment la fin de l’histoire.

Merci Samsung, d’avoir une fois de plus changé ma vie. Tu as fait de moi une reconvertie.

Le mot de la fin : Je refuse de plus en plus de partenariat. Toi même tu sais. Mais mon égo a prit le dessus. Je voulais tellement prouver à mon homme qu’il avait tort, que je me suis fait prendre à mon propre jeu. Comme quoi, il ne faut jamais dire jamais. Et pour le coup, je suis ravie d’avoir dit « oui », à une nouvelle vie, femme toujours occupée que je suis. Passer l’aspirateur est devenu un jeu d’enfant.

Au revoir et merci.

*salut*

♥ ♥ ♥

En action : Samsung PowerBOT VR 7000, à partir de 499€

En partenariat avec Samsung.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

3 commentaires

Développement Personnel

[Inspiration] Les règles… du jeu

14 mai 2017 by
article inspirant développement personnel

Il y a longtemps déjà, j’ai participé à une séance de groupe avec ma coach. Elle organise ça régulièrement, et j’aime prendre ce temps pour rencontrer d’autres personnes. Le temps d’une soirée, on médite, on partage, on se conseille et… On avance ! Ma coach « anime » cette soirée de manière très intuitive, en partageant des textes, des réflexions, etc. Aussi, un soir, elle nous a lu un texte que je trouvais tout bonnement magnifique. Elle l’avait en format papier et je lui ai demandé si je pouvais prendre une photo, pour m’en souvenir. Elle a gentiment proposé de me le donner et depuis, je le garde bien au chaud dans mon journal intime. J’avoue que ce texte à longtemps trainé dans mon journal sans que j’y fasse vraiment attention, mais l’autre jour je suis « retombée » dessus (sans me faire mal, promis). Je le trouvais tellement joli, que je voulais te le partager… Et surtout, comme c’est un « papier » je voulais pouvoir le retrouver.

J’essaye petit à petit à me ré-approprier le blog. De me sentir bien ici comme je l’entends. Et s’il y a quelque chose qui me manque beaucoup c’est ce partage et cet échange que j’ai avec vous. Ce qu’il y a de formidable finalement avec Odile Sacoche, c’est qu’ici, je peux choisir de vous parler de tout ce qui me passe par la tête. J’apprends à redécouvrir cette liberté. J’aimerais vraiment faire de ce blog un endroit où on peut échanger, partager, où l’on se sent bien, au naturel. Comme je l’ai toujours dit, je suis lectrice avant d’être blogueuse, et si je peux te faire découvrir mes trouvailles, pour que comme moi, tu apprennes à te sentir mieux, je suis comblée. Si cette idée te plait, j’essaierai encore de partager d’autres textes ou newsletter inspirante (les réseaux sociaux c’est bien, mais je trouve ça très éphémère et l’information se perd).

Voici donc ce fameux texte, qui fait naitre en moi beaucoup de jolies réflexions. Je le trouve plein de bon sens et de justesse. Il résume simplement tout ce que j’ai pu lire dans tous mes livres de développement personnel. L’écrire et le relire m’apaise.

Bonne lecture et bonne réflexion !

Les règles… du jeu

  1. Vous recevez un corps. Vous pouvez l’aimer ou le détester, mais ce sera le vôtre pour cette période de temps.
  2. Vous apprendrez des leçons. Vus êtes inscrit dans une école à temps plein appelée « La Vie ». Chaque jour dans cette école, vous avez l’opportunité d’apprendre des leçons. Vous pouvez aimes les leçons, ou les trouver stupides.
  3. Il n’y a pas d’erreurs, seulement des leçons. Grandir est un processus d’essais et d’erreurs, d’expériences. Les expériences « ratées » sont autant une partie du processus, que les expériences « réussies ».
  4. Une leçon est répétée jusqu’à ce qu’elle soit apprise. Une leçon vous sera présentée sous différentes formes jusqu’à ce qu’elle soit apprise. Quand vous l’aurez apprise, vous pourrez passer à la leçon suivante.
  5. L’apprentissage des leçons ne se termine jamais. Il n’y a pas une seule partie de la vie qui ne contient ses leçons. Tant que vous vivrez, il y aura des leçons à apprendre.
  6. « Là-bas » n’est pas mieux qu' »ici ». Quand votre « là-bas » sera devenue « ici », vous obtiendrez simplement un autre « là-bas » qui à nouveau semblera mieux qu' »ici ».
  7. Les autres sont principalement des miroirs de vous-mêmes. Vous ne pouvez pas aimer ou détester quelque chose chez une autre personne qui ne reflète quelque chose que vous aimez ou détestez en vous-même.
  8. Vous faites ce que vous voulez de votre vie. Vous aurez les outils et les ressources dont vous aurez besoin. Vous décidez ce que vous en faites. Le choix vous appartient.
  9. Les réponses se trouvent à l’intérieur de vous. Tout ce que vous avez besoin de faire est de regarder, d’écouter et d’avoir confiance

– Auteur inconnu –

règle du jeu article anonyme

♥ ♥ ♥

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

8 commentaires

Bien dans son corps

3 reportages à voir de toute urgence… Sur Netflix !

10 mai 2017 by
documentary on netflix review fr

Depuis que je ne blogue plus peu, je fais plein d’autres choses. Par exemple, je cuisine. Mais pas que. Je découvre Netflix aussi, 1500 ans après tout le monde. Alors que Netflix est connu de tous pour ces superbes séries (et vraiment, je reconnais la qualité esthétique de chacune d’entre elles), moi, ce que j’adore par-dessus tout, ce sont leurs reportages. Je me régale. Il y en a 3 qui m’ont particulièrement marquée ces derniers mois (dont 2 que j’attendais avec grande impatience) et plutôt que de te le rabâcher sur les réseaux sociaux où finalement l’information se perd, je me suis dit que j’allais prendre mon clavier pour t’en parler (et puis, bon, parce que, quand même, ça me manque un peu, de ne plus m’approprier cet espace 2.0, mon petit chez moi que je gère tout comme je l’entends). Voici donc sans plus attendre ces 3 reportages à voir ABSOLUMENT !

The True Cost

Ce reportage, tout le monde DOIT le voir. Mais vraiment. Cela devrait être obligatoire, sous peine de sévère amande ! Plus sérieusement, j’ai vu ce reportage en janvier et il est à l’origine de mes envies de minimalisme. Il a complètement changé ma vision de la vie, de la consommation, de tellement de choses. Rien que de voir les images du trailer, j’en ai encore les poils qui se hérissent, et les larmes qui me montent. Ce n’est pas pour rien que je sois si touchée par ce reportage, ayant travaillé 10 ans dans la mode, j’étais aux premières loges. Et je te promets, que c’est vrai. Tout est vrai. Il faut que tu le voies par toi-même. The True Cost traite donc des travers l’industrie textile, et je trouve qu’on n’en parle pas assez. On ne pense pas que l’industrie de la mode est la 2 ème cause de pollution dans le monde et que oui, en 2017 des enfants et des femmes travaillent encore pour 1$ par jour. Si tu ne devais regarder qu’un seul des 3 reportages dont je te parle, ce serait celui-là. Il n’est pas que « choc » il est aussi très intéressant et il m’a fait voir une nouvelle vision de mes placards (tout confondus).

Minimalism: A Documentary About the Important Things

C’est un des reportages que j’attendais avec impatience. En effet, après avoir vu The True Cost (qui m’a foutu la claque de ma vie), j’ai commencé à m’intéresser au minimalisme. J’ai passé des soirées entières (et j’en passe encore) à regarder des vidéos YouTube sur le minimalisme, à lire Marie Kondo et à réfléchir aux petits gestes que je pouvais faire. De fil en aiguille, je suis tombée sur Joshua Fields Millburn et Ryan Nicodemus, plus connus sous le nom de « The Minimalists » : 2 gourous dans le genre. Joshua et Ryan sont en tournée depuis quelque temps pour « partager la bonne nouvelle » et en ont fait un reportage. Je mourrais d’envie de le voir, Netflix l’a fait. Alleluia. Quand je l’ai vu dans ma « playlist », je me suis empressée de le regarder (il était 11h du soir, je l’ai regardé en 2 fois, et j’ai rallumé ma tablette au petit matin, premier geste, pour le terminer). Il est absolument super, beaucoup plus doux que de The True Cost et il m’a juste donné envie de rencontrer Joshua et Ryan. Ce reportage donne de bons outils pour vivre son minimalisme, et avoir une réflexion saine à ce sujet. Il nous rappelle que le minimalisme ce n’est pas juste « jeter nos affaires » mais vivre heureux avec ce que l’on a, et surtout, que notre bonheur n’est pas dans « l’avoir plus ».

Embrace

Embrace est dans un tout autre genre, mais est tout à fait complémentaire à mon sens. Après s’être attaqué à nos possessions, au fameux « avoir », ici, on s’attaque à « l’être ». Être qui on est, s’accepter comme on est. Ce reportage est principalement dédié aux femmes, et il fait un bien fou. Comme pour Joshua et Ryan, j’attendais ce reportage avec impatience, car de clic en clic, je suis tombée sur la promotion trailer de ce reportage sur Youtube. Trailer qui m’a bouleversée. Comme The True Cost, je pense que toutes les femmes devraient le voir. Il devrait être diffusé dans les écoles primaires. Ce reportage est magnifique. Pour tout te dire, je l’ai regardé dimanche soir, et je l’ai recommence ce soir pour bien m’imprégner de toutes les expériences et sages paroles de toutes ces femmes qui propagent l’amour de soi. Celle qui est à l’origine de ce magnifique film ? Taryn Brumfit, qui a tout essayé, jusqu’à devenir une championne du culturisme, pour s’accepter, et qui en est arrivée à la solution non seulement la plus simple, mais surtout la plus belle : s’aimer telle qu’elle est. Ce reportage est plein de bonne humeur et fait beaucoup réfléchir sur la relation que nous avons avec notre corps.

Je souhaite de tout coeur que tu prennes le temps de regarder ces 3 magnifique reportages. Les regarder, ça a vraiment été fort pour moi. Autant (si pas plus), que de lire un énième livre de développement personnel. Je souhaite qu’il y ait plus de reportages de ce genre. À moins que… Tu en ais d’autres à me recommander ?

♥ ♥ ♥

PS :  Je te rassure, ils sont tous sous titrés en français 😉

19 commentaires

Développement Personnel

[Article Invité] Comment débuter le minimalisme par Maman s’organise

1 mai 2017 by
livre débuter minimalisme

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je voudrais me présenter en quelques mots. Je suis Judith Crillen et je suis passionnée par l’organisation du quotidien. Je suis l’auteure du blog Maman s’organise sur lequel je partage mon expérience et mes conseils pour se simplifier la vie et la rendre plus belle. Je suis aussi l’auteure de deux ouvrages parus aux Editions Rustica : Détox ta Maison et Minimalisme, la quête du bonheur et de la liberté par la simplicité

Ensuite, je remercie du fond du coeur Odile Sacoche de m’avoir invitée sur son blog pour parler du minimalisme. Je sais qu’elle s’interroge beaucoup à ce sujet et qu’elle mène une vraie réflexion par rapport à ses habitudes de consommation et son mode de vie. Alors si toi aussi tu aspires à un mode de vie plus simple, j’espère que cet article te donnera des pistes concrètes pour démarrer du bon pied sur le chemin du minimalisme.

Parce que devenir minimaliste ne se fait pas du jour au lendemain. Et il se peut très certainement que cela ne soit pas ton objectif. Il est vrai que le minimalisme est un terme qui peut faire peur en fonction de ce qu’il représente pour toi. Je te rassure tout de suite, mon but n’est pas d’essayer de te convertir au minimalisme extrême – ni même au minimalisme tout court – il est de le démystifier afin de le rendre moins effrayant et plus accessible.

Beaucoup de personnes désirent changer quelque chose dans leur vie afin de la simplifier, de se sentir plus léger et plus libre sans pour autant souhaiter ne posséder que trois t-shirts et une paire de sandalettes. Car si certains minimalistes ne possèdent que très peu et vivent loin de la civilisation, d’autres mettent la barre moins haut et possèdent bien plus que 100 objets en plus d’une vie sociale intense. Et c’est très bien ainsi !

C’est pourquoi, avant de se lancer dans un grand changement, je pense qu’il est important de passer par une phase de réflexion. L’objectif de cette réflexion est de prendre vraiment conscience de ce qui est superflu dans ta vie et de ce que tu veux changer pour te simplifier la vie.

débuter le minimalisme avec judith crillen

La phase de réflexion

La première étape consiste à réfléchir à ce que signifie le minimalisme pour toi. Quels sont les mots qui te viennent à l’esprit quand tu penses au minimalisme ? Par exemple, pour moi, le minimalisme est un chemin vers une vie plus simple, plus sereine et plus libre, dont le fil rouge est “moins mais mieux”, et ce tant au niveau matériel que dans les différents domaines de ma vie.

Ensuite, l’étape suivante est de réfléchir à tes motivations. Pourquoi souhaites-tu changer de mode de vie ? Les motivations principales sont plus de temps, plus d’espace, plus de liberté, plus de sérénité, plus d’argent. Mais il va falloir être plus précis et spécifique. Si par exemple, tu souhaites avoir plus de temps, réfléchis à qui ce temps est destiné. A toi, à tes enfants, tes amis, à ton conjoint ? Qu’est ce qui est important pour toi aujourd’hui ? Si tu décides de t’octroyer plus de temps à toi-même, comment vas-tu t’y prendre pour que ce temps soit respecté des autres ?

Si tu n’arrives pas à te projeter dans une vie future idéale de manière détaillée, réfléchis à tout ce qui t’envahit et que tu souhaites réduire comme par exemple les possessions matérielles, les distractions inutiles et chronophages, les sollicitations extérieures, le gaspillage de nourriture, etc.

Il est parfois utile de commencer un petit journal dans lequel tu écriras ce que tu souhaites changer dans ta vie de manière durable, pourquoi et quelles sont les actions que tu vas mettre en place pour y arriver. C’est la mise en place de tes objectifs et de ton plan d’action.

Je te conseille aussi de choisir un livre sur le sujet. Ce livre doit représenter pour toi une source d’inspiration, de motivation et un guide pour t’améliorer. Il ne sert à rien d’acheter en une fois tous les livres qui traitent du minimalisme ou de l’art de se simplifier la vie car c’est au fur et à mesure de tes expériences et des actions que tu mets en place que tu sauras exactement ce dont tu as besoin.

La phase d’action

Après une phase de réflexion plus ou moins longue, il va falloir passer à l’action et concrétiser tout ce que tu as imaginé.

Tout d’abord, tu vas certainement avoir envie de désencombrer ton intérieur de tous les objets qui l’encombrent. Il est plus facile de commencer par le désencombrement matériel car les résultats sont rapidement mesurables et souvent spectaculaires. Cela permet de donner un grand coup de frais et cela nous allège aussi mentalement. Déjà, tout te paraîtra plus facile une fois que tu auras fait le grand tri dans tes possessions matérielles. Evidemment, cela ne se fait pas en un coup de baguette magique, il faut se retrousser les manches et il va falloir prendre des décisions. Je garde ? Je jette ? Je vends ? Je donne ? A qui ? Quand ? Comment ?

Ensuite, il est important de mettre en place de nouvelles habitudes afin d’éviter l’effet rebond, cette désagréable sensation que tout est à recommencer trois mois plus tard. Pour cela, tu vas devoir faire attention à tout ce qui entre chez toi, même si c’est à l’insu de ton plein gré. Par exemple, quand tu t’aperçois que Chéri revient du bureau avec le lot de tombola numéro 42 de la fête du personnel… C’est donc tous ceux qui vivent sous ton toit qu’il va falloir briefer ! Et ce n’est pas toujours facile. Une autre façon d’éviter que le désordre revienne est de prendre l’habitude de ranger derrière soi. Mais après avoir désencombré, le rangement devient un jeu d’enfant et tellement plus rapide. Même chose pour le ménage qui devient beaucoup plus facile puisque plus rien ne traine au sol ni sur les surfaces planes.

Après avoir désencombré le matériel, certains seront prêts à attaquer l’organisation du quotidien, d’autres iront vers une réflexion zéro déchet, d’autres encore ressentiront le besoin de revoir le contenu de leur assiette et leurs habitudes alimentaires.

blog belge maman s'organise

Tu comprends maintenant pourquoi on ne devient pas minimaliste du jour au lendemain et que ce chemin est souvent parsemé d’embûches ?

Mais ne t’inquiète pas, je suis là pour t’aider si tu en as besoin. 😉 Tu trouveras encore plein d’autres super conseils sur mon blog Maman s’organise et dans mes livres.

 

A bientôt !

Judith.

♥ ♥ ♥

Note d’Odile Sacoche :

Je vous recommande vivement le livre « Minimalisme » de Judith Crillen, qui est accessible à tous et surtout à ceux / celles qui désirent en savoir plus sur le minimalisme. Je l’ai tout simplement dévoré ! Merci à Judith pour son super article !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

11 commentaires

Développement Personnel

[FREEBIES] Mes petites affirmations positives

30 mars 2017 by
outil de développement personnel

Dans presque tous les livres de développement personnel, on te parle d’affirmation. Je pense que le livre dans lequel elles ont le plus d’importance, c’est dans Miracle Morning. L’idée est toute simple et part du constat que plus on pense positif, plus on attire le positif. Une sorte de loi de l’attraction. Via cette dernière, on te propose de créer un tableau de visualisation afin de se concentrer sur ses objectifs (on en parle d’ailleurs aussi dans Miracle Morning). C’est une technique que j’utilise depuis que j’ai lu le Secret, et j’ai pu voir la magie du panneau de visualisation à l’œuvre. Dans Wake Up, il y a toute une partie sur les objectifs de l’année. Le fait de les écrire, les construire, établir un plan aiderait à créer la vie de ses rêves. Prenez-moi pour une folle ou non, mais toutes ces techniques fonctionnent ! Si ça t’intéresses, un jour, je te raconterai comment j’ai vu des trucs de fous se réaliser dans ma vie en utilisant soit le panneau de visualisation soit la technique des 12 objectifs de Christine Lewicki. Ce sont donc des « exercices » de développement personnel que j’utilise au quotidien, et largement testés, approuvés.

Je n’avais jamais vraiment développé la technique des affirmations. C’est seulement en lisant Miracle Morning que je me suis rendue compte à quel point les affirmations pouvaient aussi être importantes. Mais d’une certaine façon, je ne m’y suis jamais vraiment mise. Un jour, au détour d’une vidéo YouTube, je suis tombée sur une Morning Routine d’une personne qui utilisait ces affirmations via Pinterest. Je trouvais l’idée plutôt sympa et j’ai commencé à « pinné » des citations positives à la première personne du singulier.

Récemment, en faisant le tri dans mes panneaux Pinterest (qui pour le coup est un outil au top en matière de développement personnel), je suis retombée sur toutes ces petites affirmations. Pour le moment, bien que ma vie prenne un tournant absolument incroyable, je ne suis pas très bien dans ma peau, et dans mon physique. C’est quelque chose que j’essaye vraiment de changer. Hier soir, en rentrant du boulot, j’ai donc décidé de prendre « consciemment » du temps pour moi, et je me suis mise à lire ces affirmations à voix haute. Chaque phrase me procurait un petit frisson et j’ai vraiment tenté de ressentir ce que je disais. C’est comme ça que je me suis rendue compte du pouvoir des affirmations et que je me suis dit que je devais absolument continuer à les utiliser au quotidien, en prenant le temps de lire les affirmations de mon panneau Pinterest.

Le hic ?

Elles sont toutes en anglais. Personnellement, quand j’ai commencé à les lire, je me suis mise à les traduire en français à voix haute. J’ai donc pris un moment hier soir pour faire ça. Ce matin, en attendant le tram, plutôt que de perdre 10 minutes à attendre en scrollant une énième fois mon flux Instagram, je me suis dit que j’allais me concentrer sur mes affirmations Pinterest (ah que ferait-on sans un smartphone). Et là m’est venue une idée, me faire mes propres affirmations en français (puisque bon, je n’allais pas lire en rue mes « je suis merveilleuse »).

Me voilà donc ce soir, en prenant une fois de plus, un moment pour moi en pleine conscience, avec une musique Chill de Spotify (comment ça se fait que personne ne m’avait parlé de ce truc avant) et je me suis créé des affirmations en français dans le but de les ajouter à mon panneau Pinterest. J’aimerais en faire plusieurs, mais j’ai commencé par 5. Je me suis dit que ça te plairait peut-être et que certaines d’entre vous utilisaient peut-être déjà cet outil, donc j’ai décidé de les partager ici.

Elles ont été faites en format A5. Tu peux les imprimer du PDF que tu trouveras en cliquant sur le lien ci-dessous, ou bien simplement, toi aussi, les enregistrer dans ton panneau Pinterest.

J’espère que cela t’aidera pour avoir la vie merveilleuse dont tu rêves et te rappeler aussi à quel point tu es merveilleuse ! N’hésite pas à me dire si tu es intéressée par d’autres affirmations, je prendrai sûrement le temps d’en faire d’autres (je me suis même dit que c’était aussi une bonne occasion de m’essayer à la calligraphie).

♥ J’imprime les affirmations en format PDF ♥

freebies affirmation pinterest french

affirmations positives miracle morning

law of attraction secret

petite affirmation positive pour voir la vie en rose

pastel creative mind positive

♥ ♥ ♥

Les livres que je mentionne :

Miracle Morning de Hal Elrod

Wake up ! de Christine Lewicki

Le Secret de Rhonda Byrne

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

14 commentaires

Video

Tag – what’s in my bag ?

26 mars 2017 by
tag what's in my bag minimalism

J’avais envie de refaire une petite vidéo. Je cherche encore un peu mon style, et surtout, je n’ai pas envie de faire comme tout le monde (« Coucou les filles, j’espère que vous allez bien ! »). C’est encore un peu timide, ce n’est pas tout droit, ça manque parfois de cohérence, mais j’ai passé mon après-midi dessus, alors je me suis dit que c’était bien trop dommage de pas la publier.

Ces derniers temps, je regarde beaucoup de vidéo sur le minimalisme, de capsule wardrobe et de « What’s in my bag », pour éviter de trimballer toute ma vie avec moi. J’ai simplement eu envie de partager avec toi ce qu’il y avait dans mon sac. J’espère que la vidéo te plaira, et que YouTube autorisera la musique 😀

Bon visionnage !

♥ ♥ ♥

4 commentaires

Humeur

Comment mieux dépenser ?

8 mars 2017 by
Comment mieux dépenser son argent

J’ai déjà eu plusieurs fois cette conversation avec ma maman, ou avec mon homme. Comment mieux dépenser ? Cette conversation où l’on se lance à refaire le monde. Se dire qu’on devrait consommer mieux, acheter local, privilégier le petit boucher du coin plutôt que la viande grise des grandes surfaces. Quand on se dit qu’on devrait aller plus souvent au marché, acheter les fruits et les légumes pour la semaine. Manger mieux, manger bio. Qu’on devrait arrêter d’aller chez H&M, arrêter d’acheter Bengali. Quitte à payer la qualité, plutôt que la quantité. Le problème avec ce discours, c’est que je l’ai souvent trouvé bien hypocrite. Car qu’on se le dise, qui aujourd’hui peut mettre plus d’argent dans ses vêtements ? On nous habitue tellement aux promotions, aux soldes et aux codes promo qu’on ne sait plus dépenser prix plein. Moi la première. C’est vrai quand on y réfléchit : 3€ le tshirt chez Forever21. Moins cher que ton lunch à midi. Ça fait rêver, non ? Alors mieux dépenser, c’est bien joli, mais ça veut dire quoi au juste ?

Doit-on se remettre à faire nos vêtements nous-même ? Cultiver notre potager ? Se remettre au troc ou à la seconde main ? Ce sont des solutions, oui. Et pourtant aujourd’hui ce n’est pas toujours facile d’acheter local. D’où vient le cuir du petit artisan du fond de la rue ? Peut-on lui faire confiance ? Et puis, ne plus acheter Pakistanais ça voudrait dire supprimer des emplois là-bas, alors bon, on fait comment hein ?

Ce sont des questions auxquelles je réfléchis beaucoup en ce moment. On vit dans la société dans laquelle on vit et il est difficile de tout fuir, tout renier. Certains pour s’en sortir prônent le pro-véganisme, d’autre le pro-bio. Pourtant des catégories de tomates dites « bio » sont importées chez nous et viennent d’Espagne. Que fait-on de l’avion, du vieux camion et de l’essence qui les ont transportées ? Ils sont bio eux aussi ? Tu vois, ce qui me dérange avec tous ces discours, c’est qu’on doit tout remettre en question. Et quand je dis « tout » je pense à la chaîne de production. D’où vient le coton ? Comment a -t-il été cultivé ? Tu savais que lui aussi, c’était un OGM ? Doit-on parler de la problématique du cuir en Inde qui pollue les eaux du Gange ? Et le raisin là-bas dans le Lubéron, qui est bio, alors que le champ en face de lui ne l’est pas… Quand on sait que les voitures des habitants sont parfois recouvertes des sables du Sahara tellement le vent peut se montrer puissant, on fait quoi des particules de pesticides présentes dans l’air ?

Il est difficile de revenir en arrière, car une bonne partie de la production mondiale est à revoir. Tant au niveau de la chaîne d’alimentation, qu’au niveau des produits textiles… Et ne parlons même pas de l’affaire Foxcom…

minimalisme consommer mieux

Au-delà des scandales liés à la production, je pense que c’est avant tout à nous de changer notre manière d’acheter. Et par là, je ne veux pas forcément dire « apprendre à lire les étiquettes » ou « acheter plus cher ». Mais plutôt se poser la question : « Est-ce que j’en ai vraiment besoin ?« . Ce vernis-là, à 2,49€, est-ce que je vais vraiment l’utiliser ? Est-ce qu’acheter plein de vêtements pas chers va me rendre plus riche ? Mes armoires doivent-elles être pleines à craquer de nourriture ? Mais surtout prendre le temps de se demander, c’est quoi, finalement, « être riche » ?

On nous a habitués à vouloir du choix, du neuf, du changement. Vite. Maintenant. Tout de suite. Nos iPhones sont démodés après 1 an. 1 an ! Quand on pense que quand j’avais 15 ans (et ce n’était pas il y a si longtemps) cela n’existait même pas et qu’on faisait sans ! Est-ce que je vais réellement relire ce livre ? Oui ? Combien de fois ? Est-ce que j’ai besoin d’avoir les 4 palettes Naked ? Est-ce que je ne saurai pas réparer cette machine cassée ? Ou revendre ce sac avant de le jeter ?

Penser à l’économie, aux conditions de travail, à l’éthique, c’est une chose. Et entendons-nous bien, c’est une chose merveilleuse. Mais ne faudrait-il pas déjà réduire notre taux de consommation avant ? Le samedi, plutôt que d’aller lécher les vitrines, où attendre les soldes pour vite dépenser notre salaire, on pourrait, je ne sais pas moi, passer du temps avec nos proches ? Regarder un bon film ? Aller bruncher avec des copines ? Au lieu de dépenser tout notre argent pour vivre dans une « abondance matérielle »…

Mieux dépenser, c’est aussi investir dans des formations : ce cours d’aquarelle qui nous fait envie depuis si longtemps. Cet atelier maquillage qu’on rêve de faire. Apprendre une langue, participer à un cours de photo, s’inscrire à un cours de danse. De quoi va-t-on se souvenir dans 50 ans quand on sera vieux ? De cette jolie petite robe qui nous faisait de l’oeil depuis la vitrine ? Où de cette belle après-midi en famille à manger du gâteau fait-maison ? A-t-on vraiment besoin de toutes ces choses ? De ces collections ? De plus, toujours plus ?

Mieux dépenser, c’est conscientiser l’argent que nous allons dépenser. Profiter des choses que nous avons déjà. Faire preuve de créativité en leur trouvant une nouvelle utilité. Ou simplement se demander : « Est-ce qu’avoir plus, va m’amener plus de joie dans ma vie, et à long terme ? Est-ce qu’avoir cet objet, précisément, va me procurer tant de bonheur ?  »

Simplifier sa vie

Depuis un moment déjà, je n’achète que les vêtements qui me donnent envie de faire un petit pas de danse. J’avais lu ça dans un livre. Livre que j’ai savouré et que pourtant, j’ai donné il y a bien longtemps déjà. Je veux que chaque chose ait une histoire, mais surtout, je ne veux pas que les choses me possèdent. Être définie par un achat, un objet. Ce qui fait que je suis, celle que je suis, ce n’est pas cette paire de chaussures que j’ai achetée juste parce qu’elle était à moitié prix, mais les expériences que j’ai vécues. Les gens que j’ai rencontrés. Les liens que j’ai tissés. Les souvenirs que j’ai créés. Et ceux-là, bio ou pas, ils sont bien à moi !

♥ ♥ ♥

Enregistrer

Enregistrer

14 commentaires