Search results for

label/Mon histoire d'acné

Beauté

Mes conseils pour en finir avec l’acné.

14 février 2015 by
L’acné et moi, comme tu le sais déjà, c’est une longue histoire. Tout a commencé l’été de mes 12 ans. Sortir de l’enfance, trouver son amie la Puberté… Et tous ses petits copains dont on se serait bien passé. Tu situes ? Je sais que tu situes. Du coup, depuis 18 ans (mon Dieu, de dire ça je me sens terriblement vieille) j’ai pu emmagasiner tout un tas d’infos et d’intox sur l’acné. Je me suis renseignée, j’ai vu 2-3 dermatos différents, j’ai lu, j’ai regardé des vidéos YouTube et comme tu peux t’en douter, j’en connais un rayon. Et parmi tout ce que j’ai pu lire, je pense que ce qui m’a toujours le plus déranger ce sont justement ces articles sur « Les conseils pour en finir avec l’acné ». Non pas que ces conseils soient faux, ou mal prodigués, mais qu’ils ont toujours eu le don de me déprimer. Parce que non seulement j’ai une longue histoire avec l’acné, mais j’ai aussi une longue histoire avec les régimes. Du coup lire que je dois faire attention à mon alimentation (même si ce n’est pas tout à fait faux) ça ne m’aidait pas vraiment. Aussi, j’ai décidé moi aussi de te faire part de mes conseils. Parce qu’une personne n’est pas l’autre, et que ça peut peut-être t’aider. Je tiens tout de même à rappeler que je ne suis pas du tout dermato, ni médecin, ni esthéticienne ni quoi que ce soit, mais je veux surtout te faire part de mon expérience

conseils anti acné

1. Ne pas hésiter avec les dermatos.

Que l’on s’entende, il y a acné. Et acné. C’est une chose d’avoir 2-3 boutons de façon ponctuelle, et de batailler depuis des années avec toute l’armada. Quand j’étais ado, je n’ai jamais vraiment été chez un dermato pour ce problème là. Je pense surtout parce qu’on se dit toujours « je suis adolescente, c’est normal, ça va finir par passer avec l’âge ». Mais quand j’ai eu 25 ans, que j’avais toujours des indésirables sur la tronche, il fallait en finir. Pourtant je n’ai attendu que mes 29 ans pour me décider. Je voulais te rassurer aussi que le premier dermato ne sera pas forcément le bon, celui qui te faut. Un peu comme tous les médecins finalement. N’hésites pas à y retourner, à faire jouer un deuxième avis. Personnellement c’est mon deuxième dermato qui m’a vraiment convenue et écouter (je t’en faisais part juste ici). Et depuis que je la vois elle, ça va vraiment beaucoup mieux ! Alors le dermato c’est sûr ça coûte un peu d’argent, mais mieux vaut l’avis de un (voir 2 ou 3) professionnel, que tester tout un tas de crèmes soit disant miracle. Entre nous, plus un produit se promet d’être miracle, moins il l’est (et ça c’est Lauren Conrad qui l’a dit).

2. Avoir une bonne hygiène de vie.

Et par là je veux dire, de bonnes habitudes. Pas mal de personnes conseillent de faire attention à son alimentation (sucre, graisse, lait, charcuterie,…). Bien sûr il faut manger de tout, et sainement. Mais si comme moi tu fais des fixettes sur la bouffe, sur ton poids, sur ton corps, cela ne va pas t’aider. Oui parce que le stress peut empirer ta santé (acné ou autre) tout autant que ton alimentation. Et si faire attention à ce que tu manges est une source de stress… Les boutons arriveront. Je te le dis, parce que c’est ce qui m’est arrivé. Alors quand je dis « avoir une bonne hygiène de vie » je parle surtout des routines à installer et de s’y tenir. Se laver le visage 2 fois par jour, mettre tel crème à tel moment, ne pas zapper le démaquillage, faire du sport, bien dormir, être zen, boire de l’eau,… C’est cet ensemble de choses qui t’aideront et à te sentir bien, et à aller mieux.

3. Se laver le visage ? Oui mais pas trop.

Ma routine est simple : je passe un coton d’eau micellaire le matin et le soir je savonne. Basta. On y va mollo avec sa peau. On lave en douceur avec des produits adaptés. On tapote son visage en douceur avec une serviette. Et on y va mollo avec les gommages  ! Personnellement, je ne gomme plus du tout mon visage. Je n’en ai pas besoin. Je me lave le visage 1 fois par semaine avec une brosse électrique pour un nettoyage plus profond mais c’est tout. Vraiment, ta peau a besoin de douceur (tout comme toi, ton esprit, ton corps), ce qui veut dire aussi qu’on choisit un gel nettoyant doux et pas agressif.

4. On s’écoute.

On écoute le dermato oui, mais on essaye aussi de s’écouter soi même. Quand j’ai publié mes articles sur « Mon histoire d’acné » certaines personnes m’ont dit (par exemple) que c’était pas très bon d’utiliser du Cicalfate. Mais moi je sentais que ça me faisait du bien. Je n’y ai pas été comme une grosse bourrue, j’ai continué et je l’utilise toujours. Ma peau s’en porte très bien. Donc les conseils (oui, même les miens) ils ne sont pas à prendre au pied de la lettre. Et c’est valable pour tout dans la vie : on fait jouer son libre arbitre. Tout n’est pas bon à prendre. Il faut pouvoir connaitre sa peau (apprendre à la connaitre d’ailleurs). Il y a plein de signes assez rapides qui te diront si ta peau supporte ou non quelque chose. D’ailleurs, deuxième exemple, ma dermato voulait à tous prix me prescrire des antibios, je ne le sentais pas mais je l’ai fait, et finalement je ne les ai pas du tout supporté. Comme quoi hein….

5. Apprendre la patience.

Je suis la plus grande impatiente que la terre ai faite. Pourtant, gérer mon acné m’a appris que rien ne sert de courir. La peau met du temps à se régénérer. Un traitement peut donc prendre du temps avant de donner des résultats. Tout comme des cicatrices qui peuvent mettre du temps à partir (il y en a 2-3 qui me donnent du fil à retordre depuis 6 mois !). Il ne faut pas désespérer, il faut continuer, tout vient à point à qui sait attendre. Le mieux dans ces cas là c’est de prendre des photos, une fois par mois, et promis, l’évolution tu la verras. Souvent aussi quand on commence un traitement, il y a une grosse poussée d’acné. Il faut se rassurer, cela ne veut pas forcément dire que ça ne marche pas, attends de voir. Être patient(e) ça veut dire aussi, ne pas changer de produits toutes les deux semaines. S’en tenir justement à sa routine et à ses bonnes habitudes de vie.

6. … et la zenattitude !

Pour moi c’est vraiment pas gagné. Loin de là. Mais c’est vrai que j’ai essayé de déstresser pour mon acné et j’y arrive tout doucement. Me dire que « ok j’ai des boutons, mais ce ne sont pas eux qui vont gagner et prendre le dessus sur celle que je suis ». Du coup, je vois aussi que ça paye. Stresser ça veut dire qu’on angoisse à l’arrivée d’un bouton. On le sent qui picote, on veut en finir vite (ha haaaa, patieeeence) alors on triture. On lit n’importe quel conseil et bardaf, le petit bouton qui aurait pu partir facilement est devenu un énorme truc sur ton visage. Alors que si on apprend à déstresser, on fait le bon geste. Et puis souvent, quand on est zen, les boutons ne débarquent pas. Et pour devenir zen, tous les moyens sont bons : colorier, faire du sport, sortir, écouter de la musique, dire à son corps à quel point il est formidable et qu’on le lui rendra, …

7. Ton corps te parle.

Si. Promis. Et je suis prête à parier que ces vilains boutons veulent te dire quelque chose. Tu n’as jamais remarqué qu’un bouton arrivait le jour le plus important de ta vie ? Que comme par hasard il a choisit ce moment là pour pointer le bout de son nez ? On en revient au point 6. Refouler son stress peut faire éclater un petit bouton. De même pour la colère aussi. Si tu veux en savoir plus, je te propose de lire les livres de Lise Bourbeau qui a étudié tout ça pendant des années. C’est très intéressant… Et criant de vérité ! Il parait que comme l’acné arrive souvent avec l’adolescence, si étant adulte tu te bats toujours avec, c’est que l’adolescente qui est en toi se bataille encore toujours contre un problème surgit à cette époque. Prends le temps d’analyser, tu verras, ça surprend !

8. Ne mets pas tout et n’importe quoi sur ta peau.

On en revient un peu à cette histoire de routine et de patience. La peau met du temps à se renouveler. Il lui faut donc du temps à assimiler un produit. Pour ma part, j’aimerais vraiment tester les masques Glam Glow. Et ce dernier fond de teint Lancôme me fait vraiment rêver. Mais non. J’ai mes crèmes, elles me vont. Je suis suivie par ma dermato, je sais ce qui me convient, pas la peine de changer juste pour voir. Le matin c’est mon eau micellaire, le soir mon gel visage, entre mes crèmes de pharmacie, et pour me maquiller c’est mon très cher fond de teint Lily Lolo. Il ne faut pas forcément changer une équipe qui gagne.

9. En apprendre un peu sur la cosméto.

Et par là je veux dire : lire les étiquettes. Je n’en connais pas un grand rayon, mais je sais par exemple que les silicones bouchent les pores et ne font pas bon ménage avec l’acné. Il est toujours mieux de privilégier les produits non-comédogènes. Je suis toujours un peu choquée quand je vois des YouTubeuses / blogueuses qui se plaignent d’acné mais qui utilisent des fonds de teint super couvrant, bourrés de silicone. Je pense que ça n’arrange rien. Je ne suis pas à dire qu’il faut absolument passer au bio (à nouveau, il faut s’écouter) moi même j’utilise des « médicaments » ou du La Roche Posay, mais il y a certaines choses qui peuvent aider, comme d’autres qui peuvent empirer. Même dans le bio… Personnellement, j’essaye de faire confiance à la mention « non-comédogène » et si j’ai un doute, je passe souvent faire un tour sur le site Beauté Test. Dès que je vois que plus d’une personne parle de boutons qui sont apparus, je prends mes jambes à mon cou !
Si j’ai d’autres conseils en tête, je te ferai peut être une seconde édition, en attendant n’hésites pas à venir mettre ton grain de sel en commentaire. Je ne voulais pas axer cet article sur les conseils qu’on à l’habitude de voir comme « boire beaucoup d’eau, changer sa taie d’oreiller, ne pas se tripoter et arrêter les charcuteries ». Bien sûr tout ça peut aider, mais je pense que combattre l’acné c’est un ensemble de plein de choses, et qu’être bien dans sa tête est une des plus importantes. Patience, bonnes habitudes, zenattitude et au débarras les boutons !

♥ ♥ ♥

Joyeuse Saint Valentin à tous(tes)

16 commentaires